Insoumis, vous nous gonflez... Dégonflez votre bulle et parlons unité politique !

Ceci est une réaction au ton adopté par certains insoumis à un billet de blog sur Mediapart, certes critique vis-à-vis de la FI, mais appelant au débat (ces lignes sont parues en commentaire de Avec la France Insoumise : polémiquer, lutter, rassembler ? ). Il y a le ton d'une inadmissible condescendance, au nom de quoi, je vous demande ? Et bien sûr il y a le fond qui commande le ton. C'est tout cela qui est brièvement énoncé dans ce qui, ci-dessous, prend parfois l'allure d'un ras-le-bol face à ce qui est littéralement un travail d'intimidation politique rappelant le terrorisme intellectuel qui a longtemps sévi à gauche et dont celle-ci paye aujourd'hui largement les pots cassés.

-----------------------

Je réponds au premier commentaire que je trouve sur cette page mais cela renvoie à ce que je lis de la part de plusieurs partisans un brin agités de la FI : l'un de leurs arguments de base, si je puis dire, c'est, sur fond d'exaltation assez puérile, que les critiques (pour eux c'est synonyme de détracteurs !) questionnant l'orientation de JLM et du noyau dirigeant de la FI n'ont pas de leçons à donner car ils sont, eux, dans l'impuissance absolue, l'échec XXL... Que le NPA, en particulier mais il n'est pas le seul dans ce que l'on qualifie d'extrême gauche, soit en échec, qui le conteste ? Certainement peu déjà dans le NPA.

Mais ce que nos fans de la FI oublient, c'est de nous parler de leur propre échec. Oui, oui, sortons de la quadrature du cercle dans laquelle ils cherchent à nous enfermer afin de verrouiller toute discussion honnête (à laquelle Alexandre s'essaie, quel courage !) sur les stratégies de chacun. Tant, hier, dans l'orientation du Front de Gauche que dans celle, actuelle, de la FI nous devons repérer que ces deux regroupements se caractérisent par un état de fait fort déplorable : ils ont échoué, tous les deux, comme n'importe quel parti de gauchos, à bloquer le rouleau compresseur capitaliste. Le Front de Gauche a été incapable de peser politiquement après 2012 car il n'a eu d'autre stratégie qu'attendre le grand soir électoral pour offrir son débouché politique. Cette incapacité politique tient à une incapacité congénitale à devenir un acteur sur le terrain social de par l'assomption du vieux schéma désastreux de la division des tâches "aux partis le politique, aux syndicats le social" ! Quant à la FI, sa campagne, malgré la différence avec celle du FdG, repose sur le même postulat électoraliste qui a d'emblée fait une embardée en se montrant incapable de faire fructifier à la législative la poussée de JLM à la présidentielle. Qu'il y ait mille raisons recevables pour expliquer ce hiatus n'enlève rien au côté dérisoire qu'il y a à se gargariser aujourd'hui d'être opérationnel politiquement quand les autres à gauche sont "à la ramasse" !

Le problème avec le mélenchonisme et les épigones qui sautent comme des cabris en extase devant les prouesses de leurs parlementaires et, en premier lieu, de leur Chef, c'est qu'en soi celles-ci relèvent de la gesticulation dont s'accommode parfaitement le système. Je dis en soi car il y a une autre possibilité qu'il en aille différemment et que ces actions au Parlement de la FI prennent une tout autre tournure et deviennent une base d'appui du mouvement populaire : cela consisterait à d'abord bien prendre la mesure humblement que tenir le micro à l'Assemblée nationale peut être plus que l' exercice de parole dont les électoralistes indécrottables se délectent et pourrait devenir un outil articulé à ce qui doit être le centre de gravité de la lutte antisystème, ie anticapitaliste, le mouvement social. C'est au fond tout l'objet de ce billet d'Alexandre et il est significatif que la majorité des interventions contre celui-ci passent délibérément à côté de ce point.

Pourquoi cette esquive ? Parce que ne pas y céder impliquerait que la FI cesse de se prendre pour ce qu'elle n'est pas : l'opposition (au singulier de l'exclusion des autres opposants) au gouvernement et l'alternative politique induite. Or son "succès" n'est qu'électoral et surtout sans effet décisif sur le rapport de force parlementaire (ne parlons pas de l'au-delà de ce champ clos fait pour légitimer le pouvoir en place !), sur le vote des lois antisociales et liberticides, et cela le système le digère parfaitement, le temps joue pour lui. La preuve par le FdG et de ce point de vue la FI reconduit la même tare.

Il reste donc à voir dans quelle mesure la FI est capable de s'investir aux côtés (je dis bien aux côtés dans une démarche ... d'unité, pardon pour le gros mot) des autres qu'elle et qui sont, quoiqu'en disent les électoralistes bornés qu'on lit ici, des acteurs essentiels, autrement dit des acteurs politiques du social ! Il est vrai que les médias ne s'intéressent à eux que quand leur travail de fourmi parvient à faire le saut qualitatif de devenir mouvement social. Au passage nos insoumis "sectaires", sarcastiques envers les petites mains politiques de la résistance sociale, relaient des façons de médiatiser bien peu insoumises.

Pour résumer : le mouvement social contre la loi travail n'est pas advenu tout seul, il a largement impliqué des courants politiques, pas seulement syndicaux, pas seulement des sans-partis, sans syndicat... qu'il est inacceptable de voir réduits au degré zéro de l'efficience politique au prétexte tellement fallacieux que cela ne se lit pas dans leurs résultats électoraux ! Le NPA fait partie de ces acteurs, ils n'en est qu'une partie, pas le tout, ces acteurs n'ont pas la prétention insoumise de certains à vouloir être le tout alors qu'ils ne sont qu'une petite partie d'un tout qui les dépasse largement et qui a nom représentation électorale. Laquelle, au demeurant, ne "représente" pas grand chose d'un certain point de vue (on parle des abstentions qui touchent aussi la qualité représentative de la FI ?).

Bref, insoumis bienvenus dans la discussion mais commencez par vous défaire d'une arrogance mal venue : Mélenchon n'est pas plus efficace en l'état que Poutou ! En face les macroniens et le reste de la bande et le Medef le savent parfaitement. Il n'y a que vous qui semblez l'ignorer... Pas terrible au regard de ce que vous postulez être dans vos écrits et de ce surplomb (en prise directe avec ce verticalisme auquel vous vous soumettez en interne de la FI et que, par compensation, vous voudriez imposer autour de vous, en dessous de vous !) avec lequel vous vous penchez, dédaigneux, sur le tout venant contestataire !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.