Espagne. Exhumer Franco ou le franquisme ?

Nombre d'Espagnols ne veulent pas laisser croire à ce gouvernement socialiste qu'il suffit d'exhumer Franco pour solde de tout compte démocratique et souhaitent aller au fond des cloaques malodorants du régime où les corrompus, pour la plupart addicts à la mémoire du dictateur, se maintiennent impunis aux affaires du pays.

Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2018-08-28%2Ba%25CC%2580%2B22.22.42.png

Exhumer Franco c'est céder à la facilité.

Exhumons le franquisme !

Les deux personnages, professionnels de la vidange des fosses septiques et autres WC, au sommet du Valle de los Caídos où la monumentale croix chrétienne est substituée par un aussi monumental déboucheur de WC : A trois on y va, un... deux...(Tiré de eldiario.es)

Le Gouvernement espagnol semble décidé à extraire les restes de Franco du mausolée où il lui est toujours rendu hommage. C'est bien sûr une façon de faire avaler la pilule de son soutien aux incarcérations politiques des dirigeants catalans, de sa volonté de respecter les équilibres budgétaires dictés par l'UE ... mais il n'en reste pas moins qu'extirper Franco de ce lieu reste une bonne chose. Mais seulement une étape pour "défranquiser" le pays. Car il faut prendre la mesure de ce qu'a révélé au grand jour le référendum catalan du 1er octobre en faveur de la République : le régime de la démocratie-monarchiste espagnole a gardé de fortes attaches, via la Transition des années 70, avec le franquisme. La police matraquant les électeurs du référendum, est franquiste, la justice, qui met en prison des dirigeants indépendantistes (mais aussi des non-catalans !) et oblige d'autres à l'exil, renoue avec les procès politiques du franquisme. Le juge Llarena désavoué par les justices belge et allemande (bientôt écossaise) et appelant au secours l'Etat espagnol pour le protéger de la convocation devant un juge belge pour irrégularités dans son instruction des accusations des catalanistes , est un franquiste intégral. Etc. Donc oui, comme le dit et le figure si bien le dessin ci-dessus de eldiario.es sur une scène du Valle de los Caídos (la Vallée des tombés pour le franquisme) où gît le tyran, il faut en finir avec le franquisme qui est toujours là, instrumentalisé par une démocratie toujours plus autoritaire, liberticide et vouée à la défense des intérêts capitalistes reconduits eux aussi, en ligne directe, des temps de dictature.

Nombreux sont ceux et celles qui ne veulent pas laisser croire à ce gouvernement socialiste, qui accorde, sous la pression d'un PP et d'un Ciudadanos extrême-droitisés, son soutien, après avoir tergiversé, au dit juge Llarena, qu'il suffit d'exhumer Franco pour solde de tout compte démocratique : nombreux sont ceux et celles qui désirent aller au fond des cloaques malodorants du régime où les corrompus, pour la plupart addicts à la mémoire du dictateur, à commencer par une famille royale éclaboussée de scandales de toutes sortes, se maintiennent impunis, à quelques lampistes près, aux affaires du pays et/ou à la tête de l'Etat. Et cela malgré l'arrivée d'un gouvernement socialiste soutenu par des parlementaires socialistes votant encore avec le PP et Ciudadanos pour que la contestation du régime soit contenue !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.