Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

991 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 sept. 2018

Martinez, de la CGT, ne parle pas le Bompard (FI) et c'est bien !

A l'heure d'un vif débat sur les migrant-es, rendu brouillon-confus par la direction de la FI, la voix claire et chaleureuse de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, vient de remettre les choses à leur place : il y a un discours public sur les migrant-es qui est non seulement inadmissible politiquement mais dangereux !

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Manuel Bompard, l'un des principaux dirigeants de la France Insoumise, a publié un billet sur Mediapart pour expliquer pourquoi il ne signait pas le Manifeste pour l’accueil des migrants. Voici l'un de mes commentaires sur cette position que j'ai adressé à l'un de ceux qui la justifient.

"Comme d'habitude vous cherchez à semer la confusion : la FI joue sur plusieurs tableaux discursifs avec en plus, suivant les moments et les intervenants, rédacteurs, etc., des implicites qui évitent de prendre le taureau par les cornes. On y joue par exemple sur l'ambiguïté entre accueil et régularisation... Mais il est vrai que les doubles, triples, quadruples discours ont leurs limites. Surtout quand un dirigeant important du syndicalisme français vient mettre les points sur les i : " Ce n’est pas l’immigration qui crée du dumping social, mais l’absence de droits ! »",  "Prétendre que l’on peut stopper ou maîtriser les mouvements migratoires est un leurre politicien et une posture idéologique. ", "Renforcer les contrôles aux frontières et rendre plus difficile l’accès au séjour et au droit de travailler dégradent de plus en plus violemment les parcours migratoires, les conditions de vie et de travail dans les pays d’accueil et entretiennent les mafias et les réseaux de la traite des êtres humains.", "C’est en luttant ensemble, en insistant sur « ce qui nous lie », et non sur « ce qui nous oppose », que nous pourrons nous battre efficacement pour une société meilleure et égalitaire."

Martinez ne parle pas le Bompard : en particulier il ne perd pas une minute à divaguer sur la nécessité d'aider les pays d'origine des migrants comme réponse à l'accueil des migrants, je dis bien comme réponse... Car aborder ce sujet comme réponse aux urgences que vivent ces gens, c'est se payer la tête de ces gens mêmes d'abord et deuxièmement cela cache l'idée qu'après l'accueil, il y a le renvoi "chez eux" (relisez la déclaration de Mélenchon qui est relevée dans l'article du Diplo que j'ai mis dans mon commentaire (1)) sans avoir rien changé aux causes premières et lourdes des migrations : guerres et/ou misère ! A bon entendeur salut. Et, lisez bien, Martinez n'hésite pas à dire sans ambages que ne pas garder le cap de l'ouverture sans réserve aux migrants, c'est céder au discours de l'extrême droite et diviser le front ouvrier par où tous les salariés, migrants, non migrants, sont affaiblis face à l'offensive du capital. Ce discours cégétiste a une qualité que n'ont pas les discours de la FI : il parle d'une voix claire et ne virevolte pas. Pour une raison simple et c'est une bonne nouvelle : il s'agit d'une parole syndicaliste qui n'est pas enchaînée à une démarche électoraliste et garde le cap de l'unité des salarié-es. Il est aussi, depuis ce socle du "front ouvrier", un avertissement adressé à tous les apprentis sorciers de la gauche de la "révolution par les urnes" : attention à ne pas vous inscrire dans des problématiques électorales d'extrême droite qui tirent le champ politique vers elles. Si une chose devrait être retenue de ce qui s'est passé dans les années 30, c'est bien celle-là. Céder un doigt à l'engrenage de l' extrême droite c'est se préparer à y passer le bras et plus !

Donc retenez ceci : vous énoncez clairement que vous êtes contre l'ouverture des frontières à tous les migrants, ce que vous n'avez pas toujours dit, et cela suffit à faire dérailler tout ce que vous citez d'autre sur la générosité, l'accueil humain... Vous avez commis la faute absolue. Dans le contexte actuel, c'est bien la faute absolue. A sa façon, par un rappel à l'ordre général, sans vous désigner, la FI, nommément, le dirigeant cégétiste vient de vous canonner ! Et il vient de faire oeuvre de salubrité politique, quoi que l'on puisse penser par ailleurs de ses autres positionnements... Restez avec Bompard, je préfère, sur la solidarité avec les migrants, Martinez. Sur ce sujet là, on n'est pas, on n'est plus, dans le même camp, vous, la FI, et nous. Aux camarades de la FI qui signent la pétition que Bompard ne veut pas signer, d'aller jusqu'au bout de leur démarche. Croire que se démarquer ouvertement et, comme il se doit, impérativement, de la dérive "boîte de Pandore" de la FI sur les migrants, c'est briser l'unité nécessaire pour gagner politiquement, c'est cautionner, contradictoirement à la signature de la pétition, le choix de briser l'unité des travailleurs qui est la condition première pour construire l'unité politique de ces travailleurs et des couches populaires agressées par le capital."

(1)

Tiré de Migrants. Quand Mélenchon parle le Wagenknecht...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart