Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

1001 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 janv. 2018

Document. La Monarchie espagnole incluse en fraude dans le vote de la Constitution...

Voilà comment Adolfo Suárez (président du gouvernement pendant la Transition démocratique des années 70) avoua involontairement, devant caméras, pourquoi il n'y eut pas de référendum sur "Monarchie ou République" : "Nous faisions des sondages et nous perdions (en cas de référendum)".

Antoine (Montpellier)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1995 : voilà la la bévue que commit, devant caméras, l’artisan majeur de la Transition que fut le premier président de gouvernement démocratique, Adolfo Suárez (par ailleurs, transition, transition, le dernier ministre président du Movimiento franquiste) : tout sourire, il avoua, en croyant avoir coupé son micro, à son interlocutrice la célèbre journaliste Victoria Prego, qui l’interrogeait sur la légitimité de la monarchie, qu’il s’était décidé à ne pas soumettre à référendum le choix entre monarchie et république car il savait, par des sondages réalisés en secret, que la république l’aurait emporté. D’où l’astuce d’inclure (sic) le roi, subrepticement, dans la loi de réforme politique que consacra le vote constitutionnel.

Tout un résumé de ce que fut la démarche, pipée, par laquelle advinrent la démocratie et la Constitution auxquelles on demande aujourd’hui aux Catalans, recourant à l’autrement démocratique consultation d’autodétermination, de bien vouloir se soumettre…

Document vidéo La Sexta Columna : Voilà comment Adolfo Suárez (président du gouvernement pendant la Transition démocratique des années 70) avoua pourquoi il n'y eut pas de référendum sur "Monarchie ou République" : "Nous faisions des sondages et nous perdions (en cas de référendum)".

Voir la vidéo

Par ailleurs : « La voie constitutionnelle, puisqu’elle procède directement de la légalité antérieure, n’est pas originaire ni illimitée. Deux faits l’attestent : les Cortès élues le 15 juin 1977 ne sont pas désignées comme constituantes ; la monarchie est antérieure à la Constitution à laquelle elle est intégrée d’office. Le monarque ne prête pas serment à la Constitution pour être roi mais en tant que roi. Il est donc important d’avoir à l’esprit que l’implicite de la Transition, le non-dit, a trait au poids du passé franquiste. Celui-ci est aussi décisif qu’il est peu mentionné. » (Thierry Maurice, La Transition démocratique, l’Espagne et ses ruses mémorielles (1976-1982) Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2013, p 222).

Ceci encore : Dans ce cadre répressif de haute intensité, la dépendance politique de la Justice espagnole, en particulier de ces trois piliers que sont le Tribunal Constitutionnel (8), le Tribunal Suprême et, en vrai héritage quasi direct, du Tribunal d’Ordre Public franquiste, la Audiencia Nacional, tient une place de premier plan pour faire que ceux-ci « mettent les mains dans le cambouis » d’un arbitraire sur lequel, dans une efficace répartition des tâches, la Constitution, texte sacré que personne du commun ne lit, a pour fonction de faire écran…démocratique.

On a pu lire que l’article 155 révèlerait la nature franquiste de l’Etat espagnol. Bien que, comme nous le faisons ici, il faille critiquer, sans concession la démocratie espagnole, il est contreproductif politiquement d’écraser les différences entre régimes : l’établissement des élections et la reconnaissance des libertés fondamentales et des partis et syndicats en 1978 est, osons le mot, une rupture avec le franquisme. Mais ce qui, principalement autour de la figure du Roi et du thème de l’unité de l’Espagne, a été constitutionnalisé dans cette démocratie, a construit le paradoxe que celle-ci recycle une hiérarchie des ordres du pouvoir qui est en clair héritage du franquisme. Le cours actuel des événements, avec en particulier la décisive intervention télévisée du Roi contre l’indépendantisme catalan montre la portée de cette structure avec la disposition ordinaire de la mise en retrait institutionnelle d’un Roi qui sait se poster aux premiers rangs, mais seulement en dernier ressort de légitimation politique du régime, pour réaffirmer ce qui a été un des axes constitutifs de l’idéologie franquiste : l’unité de la nation espagnole.

Ces lignes sont tirées de

Numéro de janvier du mensuel L'anticapitaliste (NPA) qui consacre un dossier à la Catalogne.

------------------------------------

Note : j'ai décidé de fermer les commentaires de cette page. Après un début relativement acceptable de remarques sur celle-ci, l'un de mes contradicteurs reprend ses habitudes de vitupérations et insultes l'exonérant de travailler à trouver une argumentation digne de ce nom. Cette façon de faire n'est plus tolérée ici.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la Nupes devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent