Antoine Perraud
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

168 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 nov. 2021

Bertrand Russell, sauve-nous !

La préparation d’un article pour Mediapart, « Aux origines de notre cauchemar politique : l’effet Le Pen en 1984 », fit l’effet d’un poison. Un antidote s’imposait. D’où cette archive audiovisuelle de Bertrand Russell datant de 1959 : un merveilleux secours face à des temps monstrueux...

Antoine Perraud
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Plonger dans les archives de la télévision française à la recherche de « l’effet Le Pen » provoqué par sa participation à l’émission « L’Heure de vérité » du 13 février 1984, c’est retrouver la devise dont use et abuse aujourd’hui l’héritier (Éric Zemmour) de tant de répulsions recuites : niche-toi dans le fracas. La haine, la haine toujours recommencée...

À lire ici

Une de Mediapart, 4 novembre 2021

L’extrême droite française garde un chien de sa chienne à l’antiracisme, au mouvement féministe, à Mai-68, à la décolonisation, à la Résistance, aux dreyfusards, au catholicisme social, à la République, à la démocratie et donc – terminus tout le monde descend ! – à la Révolution française. Il s’agit, dans les esprits racistes et fascisants, de prendre sa revanche sur de tels épisodes : « C’est la revanche de Dreyfus ! », s’était au reste exclamé Charles Maurras en apprenant sa condamnation au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

Dans l’univers lepéno-zemmourien, la France regorge de représailles à mener. De lois du talion à toujours appliquer, de Némésis et de vendetta politiques à l’égard de boucs émissaires reconstitués selon les circonstances – les minorités font irrémédiablement figure de cinquième colonne. Cette culture de l’exécration d'autrui se conjugue aujourd’hui avec le déversement de détestations véhiculées par les réseaux sociaux.

L’écœurement des consciences démocratiques est à la mesure de l’exécration tous azimuts dans laquelle s’acharnent les sectateurs de la solution raciste et autocratique. Ceux-ci souhaitent le pire, qui leur permettra de remonter le courant de leurs antipathies.

© Copie d'écran du site Ebay

Face à de telles vengeances spectrales en cascade ne trouvant à s’épanouir que dans la guerre civile et le meurtre – de moins en moins symbolique – du prochain, existe-t-il un antidote ? Comment contrecarrer la déraison obsessionnelle de l’extrême droite française, emplie de hantises, de cauchemars, de phobies, d’hallucinations et d’idées fixes scélérates ?

Peut-être en convoquant un bon fantôme, cette fois : Bertrand Russell (1872-1970), élevé dans le parc de Richmond par un grand-père né en 1792. En bon Britannique socialisant, Russell récapitulait l’histoire, non pas pour chercher réparation dans la vindicte, mais pour garantir un futur endurable, lui qui vit le jour avant l’électricité mais s’éteignit en luttant contre le danger nucléaire.

Le message qu’énonce, dans la vidéo ci-dessous, ce philosophe pacifiste, engagé dans les meilleurs combats, nous purifie des miasmes exhalés depuis 1984 par Jean-Marie Le Pen, puis par son ultime épigone en date.

Du fond des âges, Lord Russell offre, à rebours des mensonges et de la détestation, un viatique pour aborder la présidentielle du printemps prochain et ce qui s’ensuivra. Tout en illustrant un point essentiel : du bon usage de la télévision (c’était en 1959 pour la BBC, le texte anglais est à retrouver ici)...

Bertrand Russell, âgé de 87 ans, livre deux conseils pour résister aux bobards (“fake news” comme on ne disait pas encore) et à la pulsion de mort encouragée par les fauteurs de guerre civile... © Hygiène Mentale

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report