Antoine Perraud
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

168 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 nov. 2021

Bertrand Russell, sauve-nous !

La préparation d’un article pour Mediapart, « Aux origines de notre cauchemar politique : l’effet Le Pen en 1984 », fit l’effet d’un poison. Un antidote s’imposait. D’où cette archive audiovisuelle de Bertrand Russell datant de 1959 : un merveilleux secours face à des temps monstrueux...

Antoine Perraud
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Plonger dans les archives de la télévision française à la recherche de « l’effet Le Pen » provoqué par sa participation à l’émission « L’Heure de vérité » du 13 février 1984, c’est retrouver la devise dont use et abuse aujourd’hui l’héritier (Éric Zemmour) de tant de répulsions recuites : niche-toi dans le fracas. La haine, la haine toujours recommencée...

À lire ici

Une de Mediapart, 4 novembre 2021

L’extrême droite française garde un chien de sa chienne à l’antiracisme, au mouvement féministe, à Mai-68, à la décolonisation, à la Résistance, aux dreyfusards, au catholicisme social, à la République, à la démocratie et donc – terminus tout le monde descend ! – à la Révolution française. Il s’agit, dans les esprits racistes et fascisants, de prendre sa revanche sur de tels épisodes : « C’est la revanche de Dreyfus ! », s’était au reste exclamé Charles Maurras en apprenant sa condamnation au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

Dans l’univers lepéno-zemmourien, la France regorge de représailles à mener. De lois du talion à toujours appliquer, de Némésis et de vendetta politiques à l’égard de boucs émissaires reconstitués selon les circonstances – les minorités font irrémédiablement figure de cinquième colonne. Cette culture de l’exécration d'autrui se conjugue aujourd’hui avec le déversement de détestations véhiculées par les réseaux sociaux.

L’écœurement des consciences démocratiques est à la mesure de l’exécration tous azimuts dans laquelle s’acharnent les sectateurs de la solution raciste et autocratique. Ceux-ci souhaitent le pire, qui leur permettra de remonter le courant de leurs antipathies.

© Copie d'écran du site Ebay

Face à de telles vengeances spectrales en cascade ne trouvant à s’épanouir que dans la guerre civile et le meurtre – de moins en moins symbolique – du prochain, existe-t-il un antidote ? Comment contrecarrer la déraison obsessionnelle de l’extrême droite française, emplie de hantises, de cauchemars, de phobies, d’hallucinations et d’idées fixes scélérates ?

Peut-être en convoquant un bon fantôme, cette fois : Bertrand Russell (1872-1970), élevé dans le parc de Richmond par un grand-père né en 1792. En bon Britannique socialisant, Russell récapitulait l’histoire, non pas pour chercher réparation dans la vindicte, mais pour garantir un futur endurable, lui qui vit le jour avant l’électricité mais s’éteignit en luttant contre le danger nucléaire.

Le message qu’énonce, dans la vidéo ci-dessous, ce philosophe pacifiste, engagé dans les meilleurs combats, nous purifie des miasmes exhalés depuis 1984 par Jean-Marie Le Pen, puis par son ultime épigone en date.

Du fond des âges, Lord Russell offre, à rebours des mensonges et de la détestation, un viatique pour aborder la présidentielle du printemps prochain et ce qui s’ensuivra. Tout en illustrant un point essentiel : du bon usage de la télévision (c’était en 1959 pour la BBC, le texte anglais est à retrouver ici)...

Bertrand Russell, âgé de 87 ans, livre deux conseils pour résister aux bobards (“fake news” comme on ne disait pas encore) et à la pulsion de mort encouragée par les fauteurs de guerre civile... © Hygiène Mentale

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel

La sélection du Club

Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
par carlita vallhintes