Antoine Perraud

Journaliste à Mediapart

Paris - France

Sa biographie

Antoine Perraud travaille depuis 1986 à France Culture, où il produit l’émission “Tire ta langue” depuis 1991 (avec une interruption de 2006 à 2009 consacrée à “Jeux d'archives”). Il est l’auteur de documentaires historiques et littéraires: “Une vie, une œuvre” (Jacques Bainville, Confucius…), “Le Bon Plaisir” (Bronislaw Geremek, Pierre Combescot…), “Mitterrand pris aux mots”, ainsi que de séries d’été: 18 heures sur Elias Canetti, 10 heures sur Charles de Gaulle, 5 heures sur la télévision française de 1944 à 1964… Par ailleurs et de surcroît, participation à l'émission que Laure Adler confia en 2004 à Élisabeth Lévy (avant que David Kessler ne l'en dessaisît en 2006) : “Le Premier Pouvoir”.

De 1987 à 2006, Antoine Perraud a été critique et grand reporter à Télérama, où il s'accomplit en introduisant le terme « bobo » (inventé par David Brooks) dans notre idiome en 2000, comme l’atteste la dernière édition du Grand Robert de la langue française

Diplômé du CFJ (Centre de formation des journalistes) en 1983, Antoine Perraud a régulièrement pris du champ : deux ans au Korea Herald (Séoul), DESS de correspondant de presse en pays anglophones, fondation “Journalistes en Europe”, préparation (aussi vaine qu'éphémère !) à l’agrégation d’histoire.

En 2007, il a publié La Barbarie journalistique (Flammarion), qui analyse, à partir des affaires Alègre, d’Outreau et de la prétendue agression du RER D, comment le droit de savoir peut céder le pas à la frénésie de dénoncer.

Membre du comité de lecture de la revue Médium (directeur: Régis Debray) depuis 2005, Antoine Perraud contribue depuis 2006 au supplément littéraire du quotidien La Croix. Fin 2007, il a rejoint mediapart.fr

Pour en savoir plus :
http://www.auditeurs-de-france-culture.asso.fr/?Dejeuner-Rencontre-du-29-janvier

Lire ses articles dans le journal
Son blog
297 abonnés Tournure
Ses éditions
Voir tous
  • Quoi de neuf sur le Pater Noster?

    Par
    Ce 3 décembre 2017 voit le Notre-Père modifié. « Ne nous soumets pas à la tentation » devient : « Ne nous laisse pas entrer en tentation. » Explications en profondeur, critiques obligeantes et proposition de bonne foi : c'est notre semaine de bonté philologique !...
  • S’en prendre à Valls et laisser braire

    Par
    Explications pour un public de bonne foi (au sens déconfessionnalisé de l’expression) quant à la possibilité de mener de front : une critique radicale de Manuel Valls, la lutte contre le terrorisme, le refus de l’antisémitisme et l’inacceptation que les musulmans de France soient traités en citoyens de seconde zone…
  • Trump victime du yes we can dira-t-on

    Par
    Barack Obama est revenu la nuit dernière, spectre surgissant soudain pour chasser les miasmes du trumpisme triomphant. Retour sur cette offrande politique yankee, où flotta comme un air de déjà vu, entendu et ressenti...
  • Le Maire en prince de la musique

    Par
    Zoom sur un bis éminemment politique dédié, le 5 octobre au soir, par Emmanuel Krivine, à la tête de l'Orchestre national de France, au ministre de l'économie et des finances, Bruno Le Maire, présent dans la salle de concert. Clef de fat ?...
  • La gauche culturelle enfarinée

    Par
    Dans un article de la revue « Esprit », Laurence Engel taille en pièces la politique culturelle de la gauche municipale parisienne, partant de la méfiance aveugle manifestée à l'endroit des conservatoires. Un régal ! La controverse est enfin lancée...
Voir tous