Antoine Perraud

Journaliste à Mediapart

Paris - France

Sa biographie

Antoine Perraud travaille depuis 1986 à France Culture, où il produit l’émission “Tire ta langue” depuis 1991 (avec une interruption de 2006 à 2009 consacrée à “Jeux d'archives”). Il est l’auteur de documentaires historiques et littéraires: “Une vie, une œuvre” (Jacques Bainville, Confucius…), “Le Bon Plaisir” (Bronislaw Geremek, Pierre Combescot…), “Mitterrand pris aux mots”, ainsi que de séries d’été: 18 heures sur Elias Canetti, 10 heures sur Charles de Gaulle, 5 heures sur la télévision française de 1944 à 1964… Par ailleurs et de surcroît, participation à l'émission que Laure Adler confia en 2004 à Élisabeth Lévy (avant que David Kessler ne l'en dessaisît en 2006) : “Le Premier Pouvoir”.

De 1987 à 2006, Antoine Perraud a été critique et grand reporter à Télérama, où il s'accomplit en introduisant le terme « bobo » (inventé par David Brooks) dans notre idiome en 2000, comme l’atteste la dernière édition du Grand Robert de la langue française

Diplômé du CFJ (Centre de formation des journalistes) en 1983, Antoine Perraud a régulièrement pris du champ : deux ans au Korea Herald (Séoul), DESS de correspondant de presse en pays anglophones, fondation “Journalistes en Europe”, préparation (aussi vaine qu'éphémère !) à l’agrégation d’histoire.

En 2007, il a publié La Barbarie journalistique (Flammarion), qui analyse, à partir des affaires Alègre, d’Outreau et de la prétendue agression du RER D, comment le droit de savoir peut céder le pas à la frénésie de dénoncer.

Membre du comité de lecture de la revue Médium (directeur: Régis Debray) depuis 2005, Antoine Perraud contribue depuis 2006 au supplément littéraire du quotidien La Croix. Fin 2007, il a rejoint mediapart.fr

Pour en savoir plus :
http://www.auditeurs-de-france-culture.asso.fr/?Dejeuner-Rencontre-du-29-janvier

Ma déclaration d'intérêts.

Lire ses articles dans le journal
Son blog
305 abonnés Tournure
Ses éditions
Voir tous
  • Mai 68: j'voulais être CRS

    Par
    Au lendemain de la nuit des barricades, le 11 mai 1968, à l'âge de 8 ans, du haut de mon balcon du troisième étage, au 26 de la rue Gay-Lussac (Paris Ve), je n'avais en tête qu'un slogan : CRS Yes Yes !
  • Le paltoquet apprivoisé

    Par
    Retour sur une pièce de Marivaux ressuscitée à La Comédie Française : Le Petit Maître corrigé. La modernité politique et clinique de ce texte en fait non seulement un projet pré-révolutionnaire, mais un secours pour dégommer tout paltoquet du jour...
  • Ivo Pogorelich, pianiste sépulcral

    Par
    Le récital parisien d'Ivo Pogorelich, salle Gaveau, fut de bout en bout sombre, lugubre et funèbre. Ce qui prit tout son sens existentiel en ces heures sinistres précédant la Pâques 2018, où la musique en vient à sonner le glas...
  • Pour Caroline de Haas

    Par
    Hommage à une militante et pédagogue de la cause des femmes, qui arracha, avant qu'il ne fût trop tard, les œillères d'un homme parmi les hommes. Tout n'est pas perdu, puisque Caroline de Haas m'a rendu moins phallocrate...
  • Le piano constellé de visions d’Adam Laloum

    Par
    Né en 1987, Adam Laloum, distingué l’an dernier aux Victoires de la musique, a confirmé dimanche 18 février, au Théâtre des Champs-Élysées, qu’il est l’un des pianistes les plus profonds de sa génération. Une merveille de récital accompli.
Voir tous