ROULAGE DE PELLES, DE PATINS ET REVOLUTION!

 

Roulage de pelles!

Voici une réplique qui rappelle la superbe photo de Doisneau, en noir et blanc, d'un couple qui se roule des pelles en plein Paris.... (1)

Certes les esprits chagrins vont nous rétorquer que celle-ci se produit à l'occasion d'une fête, celle où les baisers sont permis. Ok.

Sauf, comme pour la photo de Doisneau (2), ces roulements de pelles laissent un sublimes goût au point de voir un esprit chagrin vouloir les interdire au delà de 21h...

Mon propos est de souligner que cela se produit dans un pays continent: l'Indonésie; un pays musulman à plus de 90%...

On retrouve au Maroc, dans le pays rifain, des traditions qui veulent qu'à l'occasion d'une fête annuelle, ce sont les femmes qui choisissent leur conjoint... Avec permission de se "tester" pour voir si cela fonctionne.... Un Maroc musulman, y compris chez les hommes libres amazigh...

Hier, ce furent ces images qui nous viennent de l'Egypte prises sous la botte de fer du Sissi de Maréchal, où égyptiens et égyptiennes communient et prient ensembles, de manière mixte, ce qui ne se produit que dans le Haram de la Mecque à l'occasion du Pèlerinage...

Que ces images nous viennent de l'Egypte musulmane indique que quelque chose de profond travaille au corps nos sociétés en révolution...(3)

La police tunisienne en manque!

En Tunisie, où des médecins se sont assis sur leur sermon pour servir de caution à une police tatillonne et habituée aux manipulations d'objets quelconques pour mettre à la question des prisonniers torturés, (entre autre la pratique de la bouteille et des bâtons enfoncés dans le cul des torturés), un jeune étudiant homosexuel se retrouve embastillé, pour une année entière, pour des SMS amoureux déflorés par la flicaille qui a fouillé d'abord son téléphone avant de réclamer que l'on fouille son derrière pour s'assurer de pratiques homosexuels... Et hop en prison...

A cette arrestation répond le défi de jeunes amoureux homos tunisiens de se tirer le portrait, en train de se rouler des pelles...

C'est ainsi: à provocation réactionnaire, réponse révolutionnaire...

Pour les esprits chagrins, les désespérés éternels, les vaincus d'avance avant même d'avoir tirer la moindre salve, ces différents moments viennent filer une bonne claque aux mauvaises augures, et aux mauvaises odeurs en provenance du marigot des charognards.

Privilèges! De charognards "bourguibologues"!

Ceux-ci sont accrochés à leurs privilèges, celui d'avoir surfer sur une économie de rente et de spéculations. Ils sont prêts à avaler toutes les couleuvres...

Ils se sont démenés pour faire élire un vieux grabataire, vieille relique d'une époque vermoulue et que la révolution a voulu refermer de manière définitive...

Voici que ce parfait spécimen des derniers "bourguibologues" qui s'accrochent, telle la vieille de notre adage; en pleine bourrasque, s'agrippant à sa frêle esquif, emportée par le torrent rugissant, s'écrie: "l'année sera prometteuse en récoltes abondantes"... notre vieux "bourguibologue" fait des siennes et est encore, à son âge, capable de saillies "verbales" assassines...

Face à une vraie raclure de chienne de garde égyptienne (et fervente lèche bottes du Maréchal massacreur) et sur une chaine égyptienne, notre vieille relique, en gardien du temple, lui qui descend d'un longue lignée de gardiens du calumet beylicaux (la connerie est transmissible sexuellement, on en a une preuve vivante) a réaffirmé haut et fort son opposition à la moindre réforme du code pénal en matière de répression de l'homosexualité... (4)

Il poussa le bouchon, lui qui n'est, en principe, qu'un simple locataire du Palais de Carthage, à désavouer le ministre de la justice tunisien, qui sous le coup du ramdam fait à la suite de l'arrestation et la condamnation du jeune étudiant homosexuel, a laissé entendre un possible dépoussiérage du code en question...

Retrouvant les relents "bourguibologues", notre "gardien du calumet" s'est érigé en dernier rempart des bonnes moeurs....

Cocufiés! 

Les voilà cocufiées, ces couches moyennes supérieures, qui se sont gendarmées pour faire élire la relique à la présidence... au nom de la "modernité"...

Non seulement leur "Béji" s'est avéré être un fieffé menteur, en s'alliant à ces "marchands du temple" et adorateurs du "veau d'or": les nouveaux "mounafikinnes", dont le Kapo, cette autre momie poussiéreuse, sortie du même magasin des antiquités, est prêt à vendre son âme au diable pour quelques piécettes... Et ce en pleine révolution.... Ses positions donnent le tournis à ses affidés...

De sa casematte carthaginoise, le "Béji" pousse le culot jusqu'à vouloir amnistier ses commanditaires par une loi, sur mesure, permettant à toutes les raclures mafieuses d'éviter la case "prison"...

Celle-ci est réservée, en priorité, aux enfants du peuple, qu'ils soient consommateurs de "Zatla", "Homos".... etc....

Sans oublier que le vieillard s'épuise à endiguer la vague révolutionnaire et c'est le but de sa visite au Maréchal "pour mettre au point l'éternelle contre-offensive"...

"Mercenaires!"

Qu'il cornaque une bandes de mercenaires occupant des maroquins ministériels et dont les seules initiatives tendent à conforter la spoliation du pays des dernières richesses dont il dispose.

Sans oublier cette "assemblée" du peuple, véritable chambre d'enregistrement où les lois votées vont dans le sens de la vente à la découpe de ce qui reste à vendre après la braderie monstre du fuyard Ben Ali.

Ce dernier, à travers la feuille de choux numérique d'un de ses affidés, nous affirme "qu'il a mal au pays", lui qui se la coule douce chez la tribu des Saoud, "entre prières, pages faceboukiennes, et rôle de papy"...

Cette "interview" éclaire, à sa manière, le champ de ruines où les différents clans sont à couteaux tirés pour le partage du gâteau.

Comme en Syrie, comme en Irak, comme en Egypte, comme au Yémen, comme en Libye, comme hier dans l'Algérie des généraux, ils sont prêts à mettre la région à feu et à sang pour la sauvegarde de leurs privilèges de charognards...

La révolution n'a pas épuisé ses cartouches.

Même si ce n'est que par des roulements de pelles (hétéros et homos) et une mixité en séances de prières, nous avons, là, la preuve que la taupe révolutionnaire creuse et creuse encore....

Alors, pourquoi pas imaginer dans les prochains jours un "flashmob" à travers les pays et les continents d'une séance de "roulage de pelles, de patins", hétéros et homos réunis, en solidarité avec la révolution arabe....

A vos marques!

 

(1)http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2015/10/06/en-indonesie-baisers-interdits-apres-21-heures_4783090_3216.html

(2) http://video.fnac.com/mp2799874/Robert-Doisneau-Poster-Reproduction-Le-Baiser-De-L-Hotel-De-Ville-Paris-60x80-cm?Origin=EF_GOOGLE_FNAC_DVD&mckv=swP8AVyhK_dc&pcrid=73523212976&plid=&ectrans=1&gclid=CjwKEAjw4s2wBRDSnr2jwZenlkgSJABvFcwQ7_23De1SA-8BV8yhIvtYycQ9WntZZn9xzM6oCqk9YBoCQW_w_wcB

(3) https://www.facebook.com/ilaiki.net/videos/618606978278412/?pnref=story

(4) https://www.facebook.com/Tunisiaonline.org/videos/1606593639561426/?pnref=story

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.