Hamma Hammami en petite forme devant les jeunes de son organisation



"Cet homme cultivé, et intelligent à sa manière, on dirait qu'il s'est donné pour but dans la vie de ne rien dire d'autre que de plates inanités et de prétentieuses sottises. La clé de l'énigme, c'est qu'il est, politiquement, depuis longtemps périmé. Toute l'époque actuelle dépasse sa taille. Son petit talent, valable pour les couloirs, prend un air pitoyable et nul dans l'effrayant tourbillon de nos jours." Léon Trotsky à propos de Léon Blum, propos recueillis dans son journal d'exil 1935.

"Communisme" remisé au garage des accessoires périmés
Je viens d'écouter notre ami Hamma Hammami intervenir à l'occasion du 27 anniversaire de la création de l'organisation de jeunesse du Parti des Travailleurs, l'Union de la jeunesse communiste tunisienne (UJCT).
Et d'abord une question: pourquoi l'organisation mère le Parti communiste des ouvriers de Tunisie (POCT) s'est-elle délestée de sa particule "communiste" en devenant Parti  des Travailleurs (Hizb El Oumal)) alors que dans le même temps son organisation de jeunesse à gardé  l'intitulé "communiste"?  Est-ce à dire que les jeunes sont toujours inscrit dans le combat pour le but final: le communisme, alors que l'organisation adulte à remisé ce dernier au garage des accessoires périmés.


"Contradiction principale et contradiction secondaire"
C'est vrai que dans la dernière séquence politique que vit notre pays, on a vu notre Hamma s'engouffrer après le lâche assassinat de deux de nos dirigeants les plus valeureux: Chokri Bélaïd et Mohamed Brahmi dans une alliance avec le ban et l'arrière ban de la Destourie au nom de la stratégie éculée de "la contradiction principale et contradiction secondaire". Et on connait le pétrin dans lequel il s'est fourvoyé et duquel il ne sait plus comment s'en dépêtrer. C'est ce qui explique, peut-être, la petite forme de l'ami Hamma à ce meeting où il était sensé retrouver la flamme de sa jeunesse pour galvaniser son auditoire jeune.

Jabha Chaabia ou Jabhat El Inkadh?
Deuxième question, l'actuel secrétaire général du Parti des Travailleurs, Jilani Hammami dans son intervention qui a précèdé celle de Hamma n'a pas cité Jabhat El Inkadh parmi les présents, et son compère l'a fait du bout des lèvres après avoir cité longuement l'ensemble du large spectre politique de la gauche, communiste, démocrate-patriote et nationaliste, ainsi que les "jeunes indépendants" du Front Populaire auquel l'ami Hamma a réservé un rôle important parmi la jeunesse, ce qui provoqua un tonnerre d'applaudissements.
Le discours de Hamma devant un parterre de jeunes était plutôt terne et sans étincelles. Son rappel de l'histoire des luttes de la jeunesse avant et après l'indépendance est resté superficiel sans contenu historique précis. Discours haché, sans trame, sans buts et sans mots d'ordre claires.

"Union sacrée" et "Front Patriotique"
Rappelons que l'ami Hamma se présente devant des jeunes de son parti en ayant durant la dernière séquence politique réservée toute son énergie à bâtir un front d'"Union Sacrée", un "Front Patriotique" avec Nida Tounes et son presque nonagénaire BCE. Il se présente devant  une assistance qui a beaucoup répété son désir d'en finir avec la dictature et de poursuivre le processus révolutionnaire avec le Front Populaire: "Thouar Thouar Oual Jabha Chabiya Hat Camel Il Michouar"(1), en ne pouvant pas cacher ses rencontres avec les représentants des impérialismes américains et européens.
Il a lu des chiffres sensés décrire l'état des jeunes tant au niveau du chômage, de la pauvreté, de la délinquance, de la consommation de drogues. Mais son descriptif de l'état de décomposition avancée de la jeunesse ne s'appuyait que sur les chiffres du Ministère de l'Intérieur et prenait des allures de quelqu'un qui égrène sur le mode du lamento, la situation de la jeunesse. Mais dire cela à un public jeune qui connait mieux que quiconque son propre état n'est d'aucune utilité si en face la seule solution à laquelle on opte est de remettre les composantes de l'ancien régime en selle par une alliance contre-nature avec eux.


"El Boulicia Kleb!"
Qui peut croire un seul moment que c'est le ticket Hamma/Sebsi qui peut sortir le pays de la crise dans laquelle il s'enfonce? Qui peut croire qu'en réhabilitant les services de sécurité et de répression on lutte contre une police que tous les jeunes vomissent à cause de la barbarie de ce corps, véritable milices armées au point que tous répètent ce qu'un rappeur à résumé en risquant la prison: "El Boulicia Kleb"(2).

 

1. "Révolutionnaires, Révolutionnaires le Front Populaire est la seule issue"

2. "Chiens de policiers"


  Hamadi Aouina
  17 novembre 2013

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.