arié alimi
Avocat au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 avr. 2018

Par delà la défense judiciaire, celle du Service Public

Défendre la Justice, c’est aussi défendre tous les Services Publics contre une idéologie économique qui remet en cause l’essence même du service public, cette essence qui a fait de la France apres la libération, parmi toutes les nations, celle qui fait primer l’intérêt général sur les intérêts privés, l’intérêt de l’usager plutôt que celui d’une vision où tout service ne peut qu’être marchand.

arié alimi
Avocat au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pendant très longtemps, j’ai cru que la défense devait s’inscrire dans la seule enceinte judiciaire. Je voyais le droit comme un outil sans autres limites que la pensée, un droit qui se suffisait à lui-même pour réguler et pacifier la société, circonscrit dans un Etat de droit sans autres aspérités que les violations ponctuelles qui lui étaient faites.

Depuis j’ai défendu des personnes contre l’Etat ou ses représentants, en matière pénale ou administrative, tant dans les affaires de violence par ou sur dépositaire de la force publique, que dans les affaires de terrorisme, celles de l’état d’urgence et ses suites ou encore celles questionnant le rapport entre l’exercice du culte et les autorités publiques.

Je sais, désormais, que le droit n’est qu’un chemin vers une issue inéluctablement politique.

D'abord parce que la justice est rendue par des  femmes et des hommes qui ne peuvent se défaire de leurs oripeaux sociaux ni des liens qu’ils entretiennent avec tous les autres acteurs de l’institution judiciaire. Ensuite parce que le service public de la justice, auquel je contribue en ma qualité d’auxiliaire de justice, s’inscrit dans un Etat lui-même dirigé par des représentants politiques dont les objectifs tout aussi politiques retentissent à chaque instant sur le fonctionnement de ce service public.

Nous autres avocats, juges, greffiers, huissiers, nous devons cesser de nous penser indépendamment de notre déterminisme politique. Car, si nous voulons protéger cette vision du service public de la justice que nous partageons indubitablement, nous ne pourrons éviter de tacher nos robes sur les pavés des réformes des services publics en général et de celui de la Justice en particulier.

Défendre la Justice, c’est défendre tous les services publics contre une idéologie économique qui remet en cause l’essence même du service public, c'est aussi défendre le programme du Conseil National de la Résistance instaurant une réelle démocratie économique et sociale après la libération,  c'est défendre la politique exécutée par le Général de Gaulle dans le cadre de multiples nationalisations, cette vision qui a fait de la France parmi toutes les nations, celle qui faisait primer l’intérêt général sur les intérêts privés, l’intérêt de l’usager plutôt que celui d’une vision où tout service ne peut qu’être marchand.

Le mouvement social qui débute, avec les cheminots en première ligne est certainement l’un des plus importants que la France ait connu depuis la libération, parce qu'il vise à protéger l’esprit du programme du CNR et le modèle social Français. La bataille du rail est aussi une bataille symbolique et financière. C’est la raison pour laquelle j’ai signé l’appel à constituer un fond de soutien aux grévistes de la SNCF1.

Parce que si l'esprit de la réforme pourrait être salutaire tant ce service public semble s'épuiser faute de moyens ou de modernisation  et du fait de manœuvres gestionnaires visant à le décrédibiliser, encore faut il que ces réformes soient rationnelles et s'orientent vers un meilleur fonctionnement du service public au profit de ses acteurs et de ses usagers. Force est de constater que les privatisations larvées de la Justice, de la SNCF, de l’Hôpital, la suppression du régime des cheminots et la sélection des étudiants à l'entrée dans les universités, n'ont d'autre objectif que d'en finir avec le service public français.

Ce combat se mène dans les tribunaux, les hôpitaux, les gares, les universités, la rue, avec tous ceux qui contribuent à ces services publics ainsi qu’avec ses usagers afin que ces derniers ne soient jamais contraints de se priver de ces services en raison de leur situation de fortune ou de leur situation géographique.

Par delà la défense judiciaire, nous devons assurer celle du Service Public.

1. www.leetchi.com/fr/Cagnotte/31978353/a8a95db7

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — France
En Seine-Maritime, l’emprise de trafiquants de drogues sur une maire socialiste
Nos confrères du Poulpe ont pu consulter des éléments de l'enquête ayant conduit à la mise en examen de la maire socialiste de Canteleu et de son adjoint. Ils révèlent l’influence d’un réseau criminel sur le monde politique local.
par La rédaction du Poulpe
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS