arié alimi
Avocat au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2020

arié alimi
Avocat au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Nous, peuple de gauche

La France est au temps de tous les possibles. Surtout des pires. Un temps qui voit ressurgir les monstres et les mots d’un passé que nous pensions révolu. Au temps du capitaine Dreyfus, ces monstres auraient éructé à notre intention des judéo-opportunistes ou des bouffe-youpins, plus tard ils nous auraient agoni de judéo-bolchéviques, quand ils vomissent aujourd’hui des islamo-gauchistes.

arié alimi
Avocat au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous, peuple de Gauche

Depuis le 16 octobre dernier, jour funeste de l’assassinat de Samuel Paty par un jeune homme fanatisé, j’assiste au vacillement des plus fermes convictions sous les attaques d’une grande partie de la classe politique et médiatique. Je reconnais avoir moi-même douté des choix politiques et des défenses judiciaires qui jusqu’alors ne me paraissaient pas trahir ma conscience et mes valeurs. En défendant des personnes de confession musulmane, victimes de racisme et de discrimination, non pas seulement en raison de leur origine, mais également en raison de leurs croyances ou de leurs pratiques. En Côtoyant des collectifs ou des associations de défense des musulmans. En participant à une manifestation dénonçant un attentat commis contre un lieu de culte et la multiplication des actes islamophobes.

J’ai cru, un temps, m’être fourvoyé, et avoir comme certains le prétendent, contribué tout au moins inconsciemment à un projet politique rétrograde, celui de l’islamisme. Comment ne pas douter face au crime le plus atroce qui soit, au-delà de la symbolique de la décapitation, celui d’un enseignant, professeur d’histoire et d’éducation civique ? Celui qui consiste à porter atteinte à un homme bon, dévoué à la transmission à des collégiens, consciences en devenir, des valeurs les plus humanistes. Celles des libertés d’expression, de croyance et d’opinion, libertés des libertés, fondement de la démocratie, voix humaine qui lorsque toutes les autres libertés sont abolies ou emprisonnées, permet encore d’espérer les reconquérir.

J’ai douté de l’espoir même. Celui d’une humanité, respectueuse d’elle-même qui puisse tendre vers plus de justice sociale et d’harmonie avec son environnement. Valeurs que la gauche française faisait primer sur celles de sécurité, d’ordre et d’exclusion avant d’être envahie par la peur et la crispation identitaire.

Et puis j’ai entendu un ami pleurer. Parce que vilipendé, insulté, honni par les foules haineuses, traité d’islamo-gauchiste, culpabilisé pour ces attentats commis au nom d’une idéologie totalitaire. Lui qui, encore jeune, se lève chaque matin, avec l’impérieuse nécessité de mettre en lumière les plus fragiles et les militants, avec la conviction vitale que la solidarité et la fraternité contribuent à apaiser les douleurs sociales.

C’est pour toi mon ami que j’écris. Je n’entends pas te rassurer. La France est au temps de tous les possibles. Surtout des pires. Un temps qui voit ressurgir les monstres et les mots d’un passé que nous pensions révolu. Au temps du capitaine Dreyfus, ces monstres auraient éructé à notre intention des judéo-opportunistes ou des bouffe-youpins, plus tard ils nous auraient agoni de judéo-bolchéviques, quand ils vomissent aujourd’hui des islamo-gauchistes. Mais la haine est toujours la même. René Girard nous a appris que la colère populaire doit toujours trouver un exutoire. Les musulmans et ceux qui tentent de les protéger de cette colère en font aujourd’hui les frais.

Ce que je peux te dire, c’est que défendre des minorités et leur liberté de croyance n’est pas frayer avec l’islamisme et se rendre complice de terroristes. Nous ne faisons, bien au contraire, que défendre les valeurs de la République et le principe de laïcité que tous ceux extrémistes, islamistes, nationalistes, intégristes, laïcistes tentent d’abattre, dans une alliance de circonstance.

Ce que je sais c’est que les fractures sociales, la communautarisation, le fanatisme, la désespérance des enseignants, des soignants, la précarisation et tous les maux qui affectent la République et le peuple français sont exclusivement imputables à ceux qui ont dirigé la France ces dernières décennies.

Comble de la perversion, ce sont les mêmes qui aujourd’hui nous accusent des conséquences de leurs actes ou de leurs abstentions. Ce sont les mêmes qui pour masquer leurs fautes passées, veulent fracturer la société, transformer le pacte social et stigmatiser des personnes en raison de leur confession. Ces mécaniques ne sont pas nouvelles. L’Histoire nous l’a malheureusement trop souvent prouvé.

Sèche tes larmes mon ami, car j’en suis convaincu, un jour meilleur viendra. Le jour où le peuple de gauche, héritier de la Commune et des Dreyfusards assumera enfin de défendre avec force ses valeurs, en les portant en bandoulière sur toutes les places publiques.

Lorsque, nous, peuple de gauche, nous prendrons enfin conscience que ce qui se joue aujourd’hui, ce n’est plus la seule possibilité de compter ses alliés ou d’accéder au pouvoir, mais une certaine idée de la République, de la démocratie et de l’état de droit, nous, peuple de gauche, nous retrouverons le chemin de l’espérance.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André