arié alimi
Avocat au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juil. 2014

arié alimi
Avocat au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Français, avocat, juif, né à Sarcelles, dans le désordre

Je n'ai jamais pris la plume publiquement pour défendre des valeurs ou des clients. Ma tradition, professionnelle et confessionnelle, est avant tout orale. J'ai pourtant éprouvé la nécessité de transmettre ces quelques reflexions qui me taraudent depuis mardi, depuis cette audience qui s'est tenue devant le Tribunal de Grande Instance de Pontoise, au cours de laquelle j'ai choisi de défendre deux jeunes hommes que beaucoup ont voulu assimiler aux violences à caractère antisémite qui se sont déroulées dimanche dernier à Sarcelles.

arié alimi
Avocat au Barreau de Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je n'ai jamais pris la plume publiquement pour défendre des valeurs ou des clients. Ma tradition, professionnelle et confessionnelle, est avant tout orale. J'ai pourtant éprouvé la nécessité de transmettre ces quelques reflexions qui me taraudent depuis mardi, depuis cette audience qui s'est tenue devant le Tribunal de Grande Instance de Pontoise, au cours de laquelle j'ai choisi de défendre deux jeunes hommes que beaucoup ont voulu assimiler aux violences à caractère antisémite qui se sont déroulées dimanche dernier à Sarcelles. Depuis ce jour, nombreux sont ceux, proches, connaissances ou personnes se revendiquant de la communauté juive qui m'ont exprimé leur incompréhension voire leur dégout. A cela s'ajoutait la défense que j'avais également choisi d'assurer d'un jeune homme à qui l'on reprochait de s'être rendu en Afghanistan à des fins « Jihadistes ».

Comment, moi, juif, pratiquant, né à Sarcelles, ayant passé l'essentiel de ma scolarité à l'école Otsar Hatorah de Sarcelles, me rendant à la synagogue de Sarcelles avec ma famille, originaire d'Algérie, qui vit encore aujourd'hui dans cette ville avec cette haine triviale des arabes, ai je pu défendre un « jihadiste », et des « emeutiers antisémistes » qui s'en sont pris à mes coreligionnaires ? Le sujet a semble-t-il retenu l'attention de certains qui y sont allés de leurs explications de tous ordres.

La haine de soi d'abord. La haine d'être juif. Anathème lancé à chaque fois qu'une personne se revendiquant ou se voyant imposée cette identité n'agit pas conformément à la solidarité avec sa communauté et plus confusément avec celle de la politique de l'Etat d'Israel en particulier en période de conflit meurtrier avec le peuple Palestinien. J'ai toujours porté haut et fort, mon nom, ma tradition, y compris mon attachement à Israel. A l'université, en tant que président de l'UEJF à ASSAS en combattant toutes les formes de racisme et d'antisémitisme, dans mon assiette en respectant certains interdits alimentaires, en vacances, à chaque fois que je me rends à Jérusalem et que je sens le souffle du Judaisme pénetrer mon corps et mon esprit, et plus encore lundi dernier lorsque je me suis senti suffoquer face à la pharmacie des flanades, tenue par une vieille dame juive depuis quarante ans, brulée, aux vitres brisées des magasins aux enseignes trop connotées, à toutes ces images de pogroms qui ressurgissent, comme un eternel et inexorable recommencement.

Alors, une haine de ce moi ? Peut être. Mais alors, une haine de ce moi inconsidérément collectif, tribal, ce moi de la communauté de sang et du sang qui ne parvient plus à reprendre son souffle dans son élan guerrier contre cette masse indistincte antisémite ou antisioniste, la différence ne pouvant plus être prononcée ou simplement pensée, après Barbes et Sarcelles, après les diatribes gouvernementales, après les condamnations de ces émeutiers.

Alors, j'ai choisi de défendre ces deux jeunes hommes arrêtés par des fonctionnaires de Police qui ont vu en eux des casseurs, parce qu'une bouteille en verre était venue s'échouer près d'eux, et que ces deux là étaient dans la rue au même moment. Certains ont cru voir dans mon choix, un simple appat du gain. Je les offenserai encore plus en leur disant que je n'ai pas souhaité être rémunéré pour cette défense. Beaucoup ont pensé au narcissisme de l'avocat face aux caméras. Et je dois reconnaître, que si la presse a cet avantage de porter rapidement et au plus grand nombre des idées, elle nécessite d'être véhiculée par l'image d'une personne qui doit se mettre en avant pour les faire entendre.

D'autres ont vu dans cette défense, une énième provocation, après avoir défendu un « jihadiste », si tant est que ce terme ait un sens. Et je dois avouer que cette explication me semble être la plus proche de mes intentions. Provoquer. Provoquer la réaction, le débat pour tenter de contribuer à mon petit niveau à la dislocation de ces deux masses informes qui se structurent au sein même de la communauté Francaise, cette communauté républicaine, qui voit s'affronter la communauté juive à des jeunes des cités pour certains aveuglés par une rage que les politiques de plusieurs décennies n'ont cessé d'alimenter.

Je continuerai donc à défendre des jeunes des cités, des « jihadistes », des emeutiers, parce que face aux sombres jours qui s'annoncent pour notre pays, face à un racisme et à un antisémitisme d'Etat qui se prépare dans l'ombre, le dialogue intime que se noue entre un avocat et son client quelque soient ses haines et ses colères, est déjà source d'apaisement et de compréhension retrouvés. Francais, avocat, juif, ayant passé ma jeunesse dans les cités, je revendique chacune des ces identités, dans le désordre.

Arié Alimi, 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol