EHPAD OPALINES, Au bonheur des Ménéchet et des Péculier

Groupe d'EHPAD rendu célèbre par une grève de 120 jours en 2017 dans l'établissement du Jura et par l'émission Zone Interdite : une journaliste s’est fait embaucher sans formation ni diplôme et au bout de deux jours, a fait fonction d’aide soignante, des économies drastiques pour assurer la fortune des deux familles actionnaires

 https://www.youtube.com/watch?v=7vBGlSjvCQs&t=14s

Texte de la Vidéo

Les Opalines, ce sont 46 établissements, 1 951 salariés, dont environ 1 150 personnels soignants pour 3 339 résidents.
Un simple calcul permet de déterminer que chaque résident est pris en charge par du personnel soignant durant une heure quarante par journée de 24 heures, pour le lever, la toilette, l’habillage, les soins, les déplacements, la prise des 4 repas, le déshabillage, le couchage et tous les incidents d’une journée qui peuvent arriver à une personne malade, âgée et dépendante.

Quant aux repas, le coût alimentaire est de 3,62 euros, comme cela a été dénoncé dans l’émission Zone Interdite, et la réponse du financier est effarante « c’est une performance d’acheteur » dit-il et non pas un manque de qualité, 3,62 euros pour les 4 repas de la journée par personne.

Et précisons qu’une partie de l’activité des EHPAD, 30%, est financée par de l’argent public : la sécurité sociale et le conseil général.

Et combien, ça rapporte ces économies et cet argent public? 15 millions € par an !
Et à qui ça rapporte  pour les Opalines ? A la Famille PECULIER  qui en possède  42%, à la famille MENECHET qui en possède aussi 42% et à Dominique GUITTARD, un marchand de meubles, qui en possède 16%.

Les deux familles possèdent aussi des actions dans un autre groupe d’EHPAD, les Jardins d’Iroise à 25 % chacune.
Et que font elles de tout cet argent ?

LES PECULIER ET MENECHET, LA FORTUNE ET LA VIE DE RÊVE À SAINT BARTH ?

A présent, parlons de la fortune des familles Péculier et Ménéchet, elles ont investi dans les Opalines, les jardins d’Iroise et autres, un capital de  12,7 millions €,  et elles ont récupéré un bénéfice en 2016 de 21,5 millions € pour une seule année.
Sacrée rentabilité, une performance comme dirait l’autre, pas d’acheteurs mais d’actionnaires, prés de 200% de taux de rentabilité!
Et comme elles possèdent ces EHPAD depuis plus d’une vingtaine d’années, la fortune  s’est accumulée et aujourd’hui, ces deux familles font partie du top 500 des plus riches, avec un patrimoine de 210 millions d’euros en 2018 en augmentation de 75 millions € sur les 5 dernières années.

ll y a une bizarrerie, le commissaire aux comptes, celui qui est censé certifier  les comptes, mais qui est désigné et payé par les actionnaires, eh bien ce commissaire aux comptes est domicilié dans l’île de St Barthélémy, vous savez cette île française célèbre pour son tourisme de luxe, son Johnny Halliday et sa fiscalité très avantageuse . c’est bizarre comme choix de commissaire aux comptes puisque tous les EHPAD sont en France, en territoire métropolitain et que les deux familles ont une adresse sur le territoire métropolitain !!!

Pourquoi ce choix d’un commissaire implanté dans cette île ? On peut se poser la question de savoir si ces 2 familles ne seraient pas domiciliées à l’île Saint Barthélémy pour ne pas payer d’impôt ? C’est la question !

UN AUTRE PARTAGE POUR LE BIEN ÊTRE DES RÉSIDENTS ET DES CONDITIONS DÉCENTES DE TRAVAIL POUR LES SALARIÉS

Et maintenant passons à des propositions alternatives. Avant de commencer, récapitulons quelques données financières pour les Opalines, Les deux familles ont investi un capital de 10 millions d’euros et reçoivent chaque année 15 millions €.

Comme leur capital a été depuis longtemps remboursé et leur fortune est assurée, on pourrait trés bien envisager de laisser un bénéfice 0, mais soyons bon prince, laissons un bénéfice de 1 million €  qui rémunère à hauteur de 10% leur capital.

Que peut-on faire des 14 millions d’euros?  Il y a plein de propositions possibles, nous en ferons deux.

L’amélioration des repas, c’est une évidence, on pourrait passer le coût alimentaire de 3,62 euros à 6,62 euros, ce qui aurait un coût global supplémentaire de 3.7 millions €

Deuxième série de propositions, bien évidemment recruter du personnel supplémentaire, 345  salariés, soit 7,5 personnes de plus par établissement,  et sur la base de 30 000 € par personne, le coût supplémentaire serait de 10,3 millions €.

E t donc de l’argent il y en a dans les EHPAD privés, et il faut faire cesser ce pillage mortifère  des actionnaires et les  contraindre à respecter les personnes âgées et le personnel.

Mesdames, Messieurs les députés, faites une loi pour encadrer les prélèvements des actionnaires dans les EHPAD privés d’autant qu’il y a de l’argent public investi !

Sources
Comptes consolidés 2M Promotion
Comptes consolidés MAT IMMO Beaune
Comptes consolidés Fournydis
Comptes consolidés New Co
Comptes annuels SGMR
Comptes annuels SAEM et EHPAD Opalines
Site infogreffe
Site internet des Opalines
Emission « Envoyé Spécial » du 20 septembre 2018
Emission « Zone Interdite » du 7 octobre 2018

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.