ARLETTE CHARLOT
Indignée
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 avr. 2020

EHPAD ORPEA - Souffrance pour les uns, Fortunes pour les autres (actualisé Nov. 2020)

En cette période de crise sanitaire, les conditions parfois désastreuses de vie et de mort des personnes âgées dépendantes reviennent dans l’actualité. Mais trop peu de voix s’élèvent pour dénoncer les véritables responsables de cette situation. L’exemple du groupe privé d’EHPAD ORPEA, est particulièrement révélateur des causes de maltraitance passive dans ces établissements

ARLETTE CHARLOT
Indignée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour l’historique de ce groupe, se reporter mon précédent article

 Une insuffisance notoire de personnel

Pour environ 19 800 résidents dans les EHPAD ORPEA en France,  les effectifs sont de 12 615 salariés temps complet et temps partiel, répartis entre le personnel soignant, le personnel hébergement et vie sociale et le personnel administratif .

A partir du nombre total d’heures travaillées en 2018, il apparaît qu’une personne âgée dépendante est prise en charge par du personnel soignant durant 1 h 22 par jour et du personnel hébergement et vie sociale durant 1 h 09 par jour.

Avec ce laps de temps de 2 h 31 minutes, le personnel doit effectuer un grand nombre d’opérations individuelles telles que soins, habillage, toilettes repas déplacement …., mais aussi collectives  telles que cuisine, ménage, animation ..., ce qui est mission impossible!
Ces calculs démontrent  aussi qu’une personne âgée dépendante reste seule pendant  plus de 21 h par jour.

Dans l’EHPAD très chic « les bords de Seine » à Neuilly sur Seine, à la tarification de 10 000 € par mois, les résidents ne sont pas mieux lotis, aussi les familles fortunées ont recours à des dames de compagnie pour combler ces heures de solitude (article médiapart).

Pour le plus grand profit des actionnaires

 Depuis l’arrivée en 2013 du fonds de pension canadien CPPIB dans l’actionnariat, les bénéfices n’ont pas cessé de progresser, pour atteindre en 2019, un montant de 234 millions € (Ensemble du Groupe, France et International.).

Jusqu'en 2018, plus du tiers du résultat était distribué en dividendes aux actionnaires. En 2020, il fallait bien communiquer sur l'effort  des actionnaires en période de Covid et ne procéder à aucune distribution de dividendes sur le résultat de 2019. Mais, dans les faits, il ne s'agit pas d'un sacrifice, car les sommes non distribuées une année peuvent très bien l'être les années suivantes.

Pour l’enrichissement des dirigeants et du fondateur

Le directeur général Yves LE MASNE a perçu en 2019, un montant de 1,5 million €, soit 100 fois la rémunération d'un salarié s'occupant des personnes âgées !
Le directeur délégué Jean Claude BRDENK a perçu 1,2 million €, soit 80 fois la rémunération d'un salarié s'occupant des personnes âgées !

Une partie importante, dite variable, de leurs rémunérations est liée à l'atteinte d'objectifs. Et parmi ces derniers, figure en bonne place le résultat d'exploitation, lui-même conditionné par les "économies " sur le personnel.

La pression sur la rémunération du travail des salariés intervenant directement auprès des personnes dépendantes, est donc source d'enrichissement des dirigeants : quel cynisme ! 

Quant au fondateur de ce Groupe Jean Claude Marian, parti à la retraite en 2017, il a accumulé une petite fortune :

- des plus values sur les reventes d'actions en 2013 et 2020 pour un montant de 740 millions €,
- des dividendes perçus pour un montant de 40 millions €,
- des rémunérations d'un montant de 500 milliers € au cours des 5 dernières années.

Et ainsi, Jean Claude Marian et sa famille figure en bonne position dans le top 500 des plus grandes fortunes de France.

Sur des fonds publics

Ces rémunérations d’actionnaires et de dirigeants sont d’autant plus scandaleuses que les EHPAD sont financés pour 30% voire même 47% avec l’argent public : 20 % (32%)  sécurité sociale, 10% (15%) allocation personnalisée d’autonomie.(

 Sur le site officiel de la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie (CNSA), les données pour l'ensemble des EHPAD sont bien différentes :

"En moyenne en 2016, 32 % du coût d’une place en EHPAD relève du volet soins, 15 % du volet dépendance. Les 53 % restants correspondent donc au tarif hébergement. Cette étude analyse les tarifs hébergement et les tarifs dépendance des EHPAD".

Il en ressort que la contribution publique pourrait être bien plus élevée, 47% que celle indiquée dans le document de référence Orpéa.

Les établissements de santé répondent à des besoins vitaux de la population, et devraient être placés sous contrôle direct de la puissance publique. L'exploitation de la dépendance et de la maladie, pour l'enrichissement de quelques uns, est proprement inhumaine et scandaleuse.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy