MBF Aluminium - Prochaine victime du Sérial Killer COLLA ?

MBF Aluminium, une fonderie octogénaire située à Saint Claude (39) , est, depuis 2012, contrôlée par G Colla et sa holding anglaise. Cet affairiste italien a liquidé 5 entreprises en France et MBF risque d’être sa sixième victime, les prélèvements financiers opérés par la holding ont privé l’entreprise d’une part importante de ses ressources . Mais ce n’est pas tout … Art. modif. oct.2020

Gianpiero Colla et ses premières  victimes

Gianpiero Colla est un grand spécialiste des  liquidations d’entreprises françaises (voir détail )
Après avoir été déclaré, à deux reprises (en 1997 et en 2002) en faillite personnelle par la justice italienne, Gianpiero Colla  débarque en France en 2007.
Et c’est le début d’une succession de reprises et de liquidations :   une première entreprise dans le transport, puis quatre autres  dans la sous-traitance automobile (date de reprise/date de liquidation).

  • Transrochette, (2007/2014)
  • Metaltemple Savoie : 2008/2013, reprise sous la dénomination de MT Technologie (2013/2015)
  • Métaltemple Beaud mécanique , ex Beaud mécanique (2008/2010)
  • Métaltemple Aquitaine ex Fumex  (2009/2015)
  • GM&S à la Souterraine (2014/2016)

Il n’est pas seul , son épouse Claudia le suit dans toutes ses aventures, ainsi que ses fidèles amis : les anciens D’Andréa, Montanti, Blandino et les nouveaux rencontrés en chemin : Vieville et Martins.
Et pendant 11 ans, son commissaire aux comptes Janus Bonaz  fait preuve  d’un soutien sans réserve.

La collectivité est généreuse, des aides financières  de 26 millions € sont accordées avec de faibles  contreparties comme celle de  l’obligation de créer une société holding sur le territoire français, ce qui fut fait avec Steel&Founding en Savoie, en 2011.
Les comptes de cette holding, sans aucune activité, font apparaitre, au 31 décembre 2018, des déficits cumulés de 20 millions € !!!et des créances douteuses de 7 millions €!Et c'est Claudia Colla qui en est la dirigeante. Des transferts vers la Grande Bretagne ?

G Colla est, en effet, un adepte inconditionnel de montage juridico-financier, particulièrement opaque : si les entreprises de production sont toutes implantées en France, des holdings en tout genre  fleurissent en Grande Bretagne, en Nouvelle Zélande, comme en témoigne cet organigramme paru dans l’Huma Dimanche du 11 mai 2018 :

organigramme-cmv-hd



Gianpiero COLLA et  MBF Aluminium

 Naissance et  vie de MBF jusqu’en 2012

  • 1941 : création de l’atelier de mécanique générale par Mrs  Manzoni et Bouchot.
  • 1948 : diversification sur une activité de fonderie sous pression.
  • A partir des années 2000, cette entreprise sera soumise à la dure loi du Monopoly, rachetée, revendue, elle connaitra son premier  dépôt de bilan en 2007, puis un deuxième en 2011.

MBF sous la gestion COLLA

Un investissement de 50 000 € 

A la reprise de MBF en 2012, G COLLA, par le biais de sa holding n’a investi qu'une somme de 50 000 €, alors que PCA et Renault ont accordé à MBF une avance non remboursable de 5 millions €.

Les investissements en équipements réalisés entre 2013 et l2018, sont d’un montant de 5,7 millions € et   financés exclusivement par la subvention des constructeurs  et les résultats dégagés, sans la moindre contribution financière de CMV.

Quant aux équipements en leasing, leur financement est assuré par une ponction sur la marge industrielle, détériorant ainsi  les résultats de l’entreprise.

Le capital social traduit d’ordinaire l’investissement financier de l’actionnaire, mais ce n’est pas le cas à MBF. En effet, le montant de 6 millions € n’est constitué que pour 50 000 € par un apport de CMV, et de 4 950 000 € par celui des constructeurs automobiles et de 1 000 000 € pris sur le résultat 2014.

Et 5 millions € de prélèvements sur la période 2013/2018

La liste ci-dessous ne représente peut être que la partie visible de l'iceberg :

- Une distribution de dividendes, en 2017, de 1,7 million €, apparemment volontairement masqué dans les comptes et ponctionnant lourdement les ressources de l’entreprise.
- Des versements de redevances  sans aucune justification, un cumul de 1,1 million € entre 2013 et 2017, et combien pour 2018 et 2019 ?
- Des  facturations d’assistance et prestation de services : 1% du chiffre d’affaires, soit environ, d’après nos calculs, un cumul de 2,2 millions €.

Des flux financiers aussi opaques que troublants

Dans les comptes déposés, nous avons pu constater de bien curieux mouvements de capitaux :

- Une somme variant autour des 10 millions € est prêtée par MBF (créance) , depuis 2013 sans aucune précision de l’identité du bénéficiaire.
Or, à l’examen des comptes consolidés, il semblerait bien que ce prêt ne soit pas, pour sa plus grande part, accordé à la holding  mais à une entité extérieure au Groupe. A qui alors ? Pour quelles raisons ? Et dans quel respect de la législation ?

- Une somme variant autour de 8 millions € est empruntée par MBF depuis 2013 sans aucune précision de l’identité  du prêteur.

De même, à l’examen des comptes consolidés, il semblerait bien que cet emprunt  ne soit pas, aussi pour sa plus grande part,  contracté auprès de la holding mais d’une entité extérieure au Groupe.

L’entreprise MBF servirait elle d’intermédiaire  pour des  transferts financiers, sans aucun lien avec son activité, ni celle avec celle du Groupe ?

Seuls les comptes détaillés  de MBF permettraient d’infirmer (ou de confirmer) cette hypothèse.

2019 - Des difficultés masquées par  des effets d’annonce

Au cours de l'année 2019, G Colla ne cessera de répandre les bonnes nouvelles, telles que :

  • Projet d’introduction en Bourse !!!
  •  Conception de nouveaux produits révolutionnaires ( ?).
  • Carnet de commande plein pour les 7 années à venir.
  • Recrutement prévu de 50 personnes en 2020.

Mais pour éviter toute confrontation entre la réalité et ses promesses, G COLLA ne publie pas les comptes 2019.

2020 - La douche froide

En octobre 2020, la Direction annonce un possible plan de réduction des effectifs, en faisant porter la responsabilité aux constructeurs automobiles et à l'Etat et tente  d'obtenir le soutien des salariés et des syndicats

Et ce sont prés de 300 emplois directs et un réseau de sous traitants qui sont menacés,  par l’éventuelle disparition de « l’un des principaux spécialistes européens de l’injection sous pression, de l’usinage et de l’assemblage de pièces en aluminium, de grandes séries pour l’industrie automobile allant jusqu’à 10 kg », (site internet de la société). Une catastrophe économique pour Saint Claude et sa région si le scénario du pire se réalisait.

 

SOURCES

Comptes financiers MBF 2012 à 2018
Comptes consolidés CMV 2015
Rapport commissaire aux comptes 2013 et 2016
Articles de Presse
L’Humanité Dimanche du 11 mai 2018
Usine Nouvelle 12 mars 2019
Les Echos 27 mai 2019

Site internet MBF aluminium
Nos deux articles sur le site www.cuisinedespatrons.com
GM&S (EX), MBF ALUMINIUM, MÉTALTEMPLE (EX)
HISTOIRE COURTE : L’OGRE COLLA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.