ARLETTE CHARLOT
Indignée
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2022

Vaccination massive et mortalité COVID Données mondiales détonantes !

Il est souvent affirmé que les pays pauvres subiraient une vague de mortalité dramatique liée au Covid, la responsabilité en incomberait au coût trop élevé des vaccins qui priverait ainsi les populations d’une protection indispensable contre la pandémie. Vérité ou Fausseté ?

ARLETTE CHARLOT
Indignée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une analyse menée sur un échantillon de 31 pays représentant 39% de la population mondiale, sélectionnés selon la taille de population, le niveau de développement et le taux de vaccination, tente de répondre à cette question.
Du tableau (au bas de l’article), établi à partir de sources officielles, il ressort la synthèse suivante :

Moyenne des 31 pays, taux de vaccination 49% : 100 décès COVID pour 100 000 habitants
- 11 pays, taux de vaccination inférieur à 21% : 9 décès COVID pour 100 000 habitants
- 1 pays, l'Inde, taux de vaccination de 46,6% : 35 décès COVID pour 100 000 habitants
- 10 pays, taux de vaccination de 21% à 60% : 160 décès COVID pour 100 000 habitants
- 9 pays, taux de vaccination supérieur à 60% : 201 décès COVID  pour 100 000 habitants.

Certes, la structure par âge de la population, les modes de vie, le climat … ont une influence sur les conséquences de la pandémie par pays, mais les écarts de vaccination et de mortalité sont tels que ces facteurs ne sont pas susceptibles de modifier en profondeur la tendance générale.

Christian Vélot, maître de conférences en génétique moléculaire à l'université Paris-Sud et responsable d'une équipe de recherche à l'Institut de génétique et microbiologie d'Orsay, ne cesse depuis deux ans d’alerter sur les méfaits de la vaccination massive. Il explique, dans différents entretiens, la capacité des vaccins type ARNm à favoriser l'apparition de nouveaux variants, lorsqu’ils sont injectés massivement à toute une population. La vaccination devrait être sélective, et réalisée seulement sur les personnes vulnérables, du fait de leur âge ou d'une santé fragile.

Le développement rapide du variant Omicron en fin d'année 2021, consécutif à la vaccination massive durant cette même année parait confirmer le bien fondé de l'analyse du professeur.

Cependant la remise en cause du dogme de la vaccination massive (voir notre article précédent) est souvent considérée comme une hérésie. Et suite à une première diffusion de ces données, les critiques ont afflué : les chiffres officiels ne seraient pas fiables, les pays pauvres ne sauraient pas comptabiliser les décès dus au Covid, les éléments concernant l’Inde seraient faux. Mais, hormis ces dénégations, aucun élément de preuve n’est apporté pour étayer cette affirmation d’une mortalité dramatique dans les pays à faible taux de vaccination.
Certes, une revue dénommée "Science" a consacré un long article sur ce qui serait une catastrophe sanitaire liée au COVID en Inde. Mais l'indépendance de cette publication n'est pas assurée, aucune indication n'est fournie sur les dirigeants et les laboratoires pharmaceutiques, dont Pfizer, interviennent dans cette revue en tant qu'annonceurs pour des offres d'emploi. En outre, cette information n'a guère été relayée, ni par les médias (à l'exception de Ouest France), ni par les chantres de la vaccination massive. Pour cause de partialité ?

En abaissant considérablement les coûts, la levée des brevets sur les vaccins est, bien évidemment, une nécessité indispensable à la liberté de choix des populations, celle de se faire vacciner ou non.

En France, cette liberté a été supprimée, imposant aux habitants des injections à répétition,  sans que les organismes de contrôle (Conseil d’état, Conseil Constitutionnel) ne s’y opposent. Les médias, dans leur quasi-totalité, soutiennent sans réserve les mesures dites « sanitaires » du gouvernement. L’action des syndicats et des partis politiques d'opposition se limite à quelques protestations de pure forme, du fait de leur adhésion au sacro-saint principe de la vaccination massive, comme en atteste leur slogan « convaincre plutôt que contraindre ».

Tous les contrepouvoirs à la politique liberticide de Macron ont été neutralisés, laissant la porte ouverte à des actes désespérés ou violents, pouvant être considérés, à tort par certains, comme seuls moyens restant pour lutter contre le diktat macronien. Et le risque de l'exploitation de cette situation par des organisations d'extrême droite est malheureusement bien réel.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes