Chine : Le secteur des services de livraison a repris plus de 80% de sa capacité

Début mars 2020, le secteur de la livraison en Chine avait déjà repris avec plus de 160 millions de colis par jour traités durant la crise du Covid-19.

Le secteur du courrier en Chine traite actuellement plus de 200 millions de colis par jour, un retour à la normale en vue, avec un niveau quasiment identique à la période pré-coronavirus, selon Bian Zuodong, un responsable officiel du bureau des postes chinoises.

Le modèle de livraison du dernier kilomètre de la Chine impacté par la crise du Covid-19 a changé et a su se réinventer, grâce à la résilience et l’agilité de la Chine. Une économie qui s'est fortement digitalisée ces dernières années. Un phénomène accéléré par la crise du Covid-19.

Normalement, lorsque les personnes commandent des produits en ligne en Chine, ils arrivent en un jour. Un des impacts de la crise du Covid-19 est l’augmentation du délai de livraison. Les nouvelles mesures rendent quelques fois plus compliquée la livraison en main propre à la porte

LES CLÉS DU SUCCÈS :

Les livraisons online et autonomes

Certaines entreprises pivotent vers les véhicules autonomes (AV) pour résoudre les problèmes de livraison et fournir un système «sans contact» dit «cashless» pour aider à réduire le risque de propagation de virus et accélérer la livraison des commandes.

C’est le cas par exemple de la plateforme de e-commerce JD.com qui a effectué sa première livraison à Wuhan en véhicule logistique autonome le 6 février vers un hôpital proche de la station logistique JD.com. Comment ça marche ? Les personnes chargent le véhicule logistique autonome à la station, puis le véhicule autonome livre les marchandises à destination. Un véhicule peut ainsi livrer 24 commandes de petits colis en un seul voyage avec une vitesse de déplacement de 15 km par heure.

Véhicule autonome JD.com dans une rue de Wuhan, Chine © JD.com Véhicule autonome JD.com dans une rue de Wuhan, Chine © JD.com

Meituan (en chinois 美团网), la «super application» chinoise spécialisée dans la vente en ligne, a également récemment commencé à piloter des véhicules logistiques autonomes pour livrer dans le district de Shunyi à Pékin.

Le livestreaming

Des ventes boostées par les vidéos en live ; le «livesteaming» est rapidement devenu un élément crucial pour les marques afin de soutenir les ventes de produits en ligne et soutenu par les offres et coupons de réduction proposés par les marques et les géants du e-commerce chinois comme Alibaba et JD.com. Le nombre total de sessions de diffusion en direct dans toute la Chine en février 2020 a augmenté de 77,7%, tandis que le nombre de marchands hébergeant des sessions de diffusion en direct a atteint 246 000, en hausse de 36,4% en glissement mensuel.

Les commandes en ligne sur les plateformes de e-commerce ont bondi à plus de 300% pour certaines catégories dans le secteur alimentaire. Ces opérateurs se démènent pour faire face au boom des commandes en essayant de protéger les salariés.

Pivot de la stratégie en ligne

Les marques et retailers se sont tournés vers les achats online ; le «commerce en ligne social» (social e-commerce) a gagné du terrain permettant de maintenir leur activité : La création de boutiques en ligne sur les principales plateformes de e-commerce et commerce social tel que Tao Xiaopu plateforme de commerce social de la marketplace Taobao a enregistré plus de 30 000 nouveaux commerçants par jour qui ont ouvert des boutiques en ligne du 1er au 15 février 2020.

La plateforme «Taobao Live», propriété du groupe Alibaba a enregistré une forte augmentation des activités au mois de février avec plus 719% de nouveaux marchands et plus de 20% de commandes générées par des marchands au cours du mois de février 2020. Des transactions multipliées par 2 par rapport à la même période en 2019.

Bestseller Fashion Group China, l'un des plus grands détaillants de mode en Chine, exploitant plus de 7 000 magasins sous plus de 20 marques de mode, dont Jack & Jones, Only, Vero Moda et d'autres, a également révélé un déplacement de ses ventes vers ses programmes «WeChat Mini-programmes» au milieu de l'épidémie de Covid-19 ; les ventes des «WeChat Mini-programmes» ont augmenté de 300%, passant de 6,2 millions de yuans, soit environ 809 mille euros le 1er février à 18,9 millions de yuans le 5 février, soit environ 2,46 millions d’euros.

Les marques de vêtements se tournent vers les programmes de l’application lifestyle WeChat en utilisant les «mini programmes WeChat» pour stimuler les ventes pendant l'épidémie de Covid-19. Des données du 10 février ont montré que les «mini programmes» de WeChat comptait plus de 36 000 utilisateurs, tandis que le volume brut de marchandises quotidien moyen pendant trois jours dépassait 1 million de yuans, soit un peu plus de 130000 euros, en hausse de 500% en glissement annuel sur 2020.

Les secteurs en forte croissance pendant la crise du Covid-19 en Chine sont l’alimentaire, la santé, l’hygiène, les jeux en ligne, l’éducation en ligne, le yoga et les produits sanitaires. Le nombre de consommateurs a été multiplié par deux dans les villes «Tiers 3» constitué de 249 villes comme par exemple Weifang, Baoding, Zhenjiang, Yangzhou, Guilin, Tangshan, Sanya, Huzhou, et inférieures, qui achètent en ligne, pour la première fois au cours de cette période par rapport au reste de la Chine.

Au cours des 12 dernières semaines se terminant le 20 mars 2020, 62,6% des ménages urbains chinois ont acheté du produits de grande consommation (FMCG) en ligne.

FORTE PROGRESSION DES LIVRAISONS DANS L'ALIMENTAIRE

JD.com indique qu'au cours du dernier mois, ses chauffeurs ont livré 71 500 tonnes de riz, de farine et d'autres céréales - 20 fois plus que la même période l'an dernier, - 27 millions de litres d'huile de cuisson et 50 000 tonnes de viande, œufs, légumes et autres produits frais. La plateforme en ligne Pinduoduo a déclaré que les commandes de pommes, de fraises et d'autres fruits frais de ses 586 000 vendeurs de produits agricoles avaient augmenté de 120% en janvier. 

Le bras logistique d'Alibaba «Cainiao» - qui expédie plus d'1 milliard de colis par jour à son apogée - a déclaré être déjà à pleine capacité.

Selon le détaillant français Carrefour, les livraisons de légumes ont augmenté de 600% d'une année sur l'autre pendant la période du Nouvel An lunaire (fin janvier-début février 2020). Le détaillant chinois en ligne JD.com a indiqué que ses ventes d'épicerie en ligne ont augmenté de 215% d'une année sur l'autre pour atteindre 15 000 tonnes sur une période de 10 jours entre la fin janvier et le début février.

Pendant ce temps, voyant l'énorme demande en ligne de produits frais et d'épicerie au milieu de l'épidémie de Covid-19, la plateforme «JD Daojia» a lancé un programme pour assurer un approvisionnement stable de produits frais tous les jours de 7 h à 10 h. Plus de 40 chaînes de supermarchés, dont Walmart China, Yonghui, Better Life, Aeon, 7Fresh, CP Lotus et Lianhua, ont rejoint le programme et ont permis aux clients de commander leurs produits alimentaires et leurs courses sur la plateforme de JD Daojia. Pour rationaliser le processus de commande et de livraison, les chaînes de supermarchés ont ajouté plus de personnel pour prélever et emballer les commandes et ont amélioré la communication avec JD Daojia. JD Daojia a également augmenté le nombre d’expéditions pour traiter le nombre croissant de commandes. Du 24 au 30 janvier 2020, JD Daojia a enregistré une augmentation de 470% en glissement annuel des ventes au milieu de l'épidémie de COVID-19.

Le responsable officiel du bureau des postes chinoises, Bian Zuodong, a déclaré que 96,6% des villes et villages du pays, ont établi des stations pour le service de livraison express.

Malgré l'épidémie, plus de 3 milliards de colis ont été postés et livrés dans les zones rurales au premier trimestre 2020, ce qui a facilité les flux de produits agricoles vers les villes et de produits industriels vers les zones rurales pour plus de 200 milliards de yuans (environ 26,09 milliards d’euros).

L'industrie sera bientôt de retour à sa pleine puissance.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.