Armelle MABON
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 avr. 2021

Armelle MABON
Abonné·e de Mediapart

Massacre de Thiaroye: lettre à Geneviève Darrieussecq

Les ministres ne parviennent plus à s'accorder pour désigner l'endroit des sépultures des victimes du massacre de Thiaroye, le 1er décembre 1944. Ce n'est plus la peine de faire des discours, il faut agir avec l'exhumation des corps des fosses communes et vérifier si les tombes anonymes du cimetière sont vides.

Armelle MABON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Madame la Ministre,

Par sa question, le député Jacques Marilossian souhaitait savoir si le gouvernement comptait axer sa politique mémorielle de façon plus active en faveur de la reconnaissance publique des combattants d'Afrique de la Seconde Guerre mondiale. Dans votre réponse vous avez mentionné : « S'agissant des cimetières et nécropoles, il convient de mentionner le cimetière militaire de Thiaroye (Sénégal) qui comporte 202 tombes « in memoriam » de soldats inconnus, morts durant la Seconde Guerre mondiale, dont les victimes de la répression du 1er décembre 1944. Longtemps laissé à l'abandon, il est entretenu par le ministère des armées depuis 2014. Le cimetière rénové a été inauguré par le Président de la République avec son homologue sénégalais, lors du Sommet de la francophonie, en novembre 2014 ».

En tant qu'historienne travaillant depuis de nombreuses années sur le massacre de Thiaroye, je m'étonne de l'emploi du mot répression alors qu'il n'y a eu ni mutinerie, ni rébellion armée.

Le cimetière militaire de Thiaroye représente une des clefs permettant de lever les zones d'ombre sur ce massacre. Pour la première fois, par votre réponse au député, l’État français mentionne que les victimes présentées comme des soldats inconnus sont inhumées dans les tombes anonymes. Depuis 1944, il ne s'agissait que de rumeurs non étayées et le discours du président Hollande de novembre 2014 a soulevé à nouveau le doute.

Dans votre argumentaire, vous signalez d'autres soldats inconnus morts durant les combats de la Seconde Guerre mondiale qui seraient donc également enterrés dans les tombes anonymes.

Je me permets d'insister sur le fait que les victimes de Thiaroye ne peuvent être considérées comme des soldats inconnus. Lorsqu'ils ont débarqué à Dakar le 21 novembre 1944, ils portaient tous un nom, un matricule et étaient bien inscrits sur les listes de rapatriés pour l'appel quotidien.

…/...

Malgré mes nombreuses démarches auprès du service des sépultures de l'ONACVG et de la DPMA, je ne parviens pas à trouver la moindre archive sur ce cimetière militaire qui fut longtemps géré par la France et notamment pour savoir quand ces tombes ont été érigées. La présence de soldats inconnus ouvre de nouvelles perspectives.

Vos services sont forcément en mesure de donner les dates du transfert des corps de la métropole, éventuellement de la Lybie ou de la Tunisie vers ce cimetière et je vous serais reconnaissante de m'indiquer où ces archives sont consultables puisque ni le SHD, ni l'ONACVG ne les possèdent et me permettre d'accéder à ces documents.

Il est souvent mentionné que ces tombes sont vides. Afin de faire cesser ce qui pourrait être une simple rumeur et dans la mesure où ce cimetière est entretenu par la France, il me semble important de faire procéder à la fouille de ces tombes sous l'égide de votre ministère et de l'Ambassade de France.

Il n'y aurait dans ces tombes que des soldats inconnus. En effet, les victimes du massacre du 1er décembre 1944 ont bien été inhumées dans des fosses communes comme l'a confirmé le ministre Jean-Yves Le Drian le 1er février 2021 en suggérant un travail d'analyse scientifique mené par des historiens pour les localiser. Ce travail a déjà été mené. Le 9 avril 2021, un jugement du Tribunal administratif de Paris mentionne que c'est au Sénégal de procéder aux fouilles à l'endroit du camp. La justice française reconnaît donc que les victimes du massacre ne sont pas inhumées dans les tombes anonymes du cimetière militaire de Thiaroye. Je me permets de rappeler les termes de l'article 16-1-1 du Code civil : « Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. Les restes des personnes décédées, y compris les cendres de celles dont le corps a donné lieu à crémation, doivent être traités avec respect, dignité et décence. »

Ne serait-il pas temps, Madame la Ministre, de mettre tout en œuvre avec le Sénégal, afin de procéder à l'exhumation des corps ?

La France ne peut-elle pas suivre les traces du Royaume-Uni, qui, ce 21 avril 2021, s'est excusé pour les soldats morts originaires de ses anciennes colonies, et les reconnaît victimes de « racisme généralisé » ? Ne serait-il pas opportun de s'inspirer des propos de Ben Wallace, ministre de la défense du Royaume-Uni :  « Nous ne pouvons pas changer le passé, mais nous pouvons nous racheter et agir ».

Pour le massacre de Thiaroye, agir c'est rendre consultables toutes les archives, exhumer les corps des fosses communes, faire aboutir le procès en révision et accorder réparations aux familles.

Par ailleurs, je souhaiterais savoir si un homme de nationalité sénégalaise vivant au Sénégal est éligible à la pension d'invalidité suite au décès de son père sous statut militaire le 1er décembre 1944 (Livre 1, Titre IV du Code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre).

Dans l'attente de votre réponse, je vous prie de croire, Madame la Ministre, à l'assurance de ma haute considération.

A. Mabon

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis