Arnaud Gossement
docteur en droit, avocat spécialisé en droit public et en droit de l'environnement, enseignant à l'Université Paris I
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 avr. 2017

Arnaud Gossement
docteur en droit, avocat spécialisé en droit public et en droit de l'environnement, enseignant à l'Université Paris I
Abonné·e de Mediapart

Présidentielle : n'oublions pas les élections législatives

Le résultat de l'élection présidentielle dépend de celui des élections législatives. La capacité du prochain président de la république à réaliser ses promesses de campagne dépend en effet de la couleur de la prochaine majorité à l'Assemblée nationale. Un fait trop souvent oublié. Il serait précieux de disposer des programmes, non seulement des candidats mais aussi de la "majorité présidentielle".

Arnaud Gossement
docteur en droit, avocat spécialisé en droit public et en droit de l'environnement, enseignant à l'Université Paris I
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'élection présidentielle se déroulera les 23 avril et 7 mai. Les élections législatives sont organisées les 11 et 18 juin. Or, il est surtout sinon exclusivement question de la première et presque jamais des secondes. Pourtant, le résultat de la première dépend du résultat des secondes. Cet "oubli" est intéressant : il rend compte de la présidentialisation, non seulement des institutions mais aussi des esprits. Tout se passe comme si certains analystes, éditiorialistes ou journalistes étaient convaincus que l'élection d'un homme ou d'une femme peut à elle seule déterminer le sens des politiques publiques pour les cinq années à venir.

Certes, le président de la république est élu au suffrage universel direct et dispose de prérogatives trés importantes. Toutefois, son pouvoir est conditionné au soutien de la majorité des députés. Si cette majorité fait défaut ou n'est que partielle, intermittente, le chef de l'Etat peut être confronté à une cohabitation, parfois même au sein de sa propre familles si l'on se souvient des relations complexes entre François Mitterrand et Michel Rochard. Plus récemment, François Hollande n'a pas réussi à partager certains de ses choix (déchéance de nationalité) ou son gouvernement a été amené à recourir à la technique du vote bloqué, ce qui donne rarement de bonnes lois.

Conséquence : même sous la Vème république, l'analyse des programmes des candidats à l'élection présidentielle doit tenir compte du fait que leur mise en oeuvre dépend pour beaucoup de la couleur de la prochaine majorité à l'Assemblée nationale. Si l'on s'en tient - avec prudence - aux sondages d'opinion - l'hypothèse que le prochain président de la république ne soit pas de la même famille politique que la majorité des députés n'est pas totalement fantaisiste. Il n'est donc pas exclu que le prochain président de la république ne puisse pas, en tout ou partie, tenir ses engagements, faute de pouvoir être soutenu paar les élu(e)s. Nombre des promesses des candidats supposent le vote de lois, notamment de finances. Et le président de la république ne peut qu'agir pour que son gouvernement propose : la décision revient aux parlementaires.

Prenons un exemple. La plupart des candidats a développé un programme écologique, avec plus ou moins de sérieux, plus ou moins de conviction. L'une des mesures la plus mise en avant tient à simplification du cadre juridique applicable aux énergies renouvelables pour en permettre le développement. Aucun ne précise à ce jour quelles sont précisément les mesures de simplification qu'il conviendrait de voter. Et pour cause : quel que soit le candidat élu à la présidentielle, nul ne peut dire à ce jour qui sera ministre de l'écologie et s'il disposera d'assez de soutiens à l'Assemblée nationale pour adopter ce type de mesures et lesquelles. 

Il serait donc précieux de ne plus penser que l'élection présidentielle est la seule digne d'intérêt et de disposer du programme complet des partis politiques qui présentent des candidats aux élections législatives pour pouvoir les analyser en correspondance avec les programmes des candidats à l'élection présidentielle. Cela serait cohérent avec la réforme du quinquennat qui avait pour objet de prévenir les épisodes de cohabitation en favoraisant la création d'une "majorité présidentielle". Si l'on s'en tient à cette réforme, il serait donc utile de disposer du programme, non pas seulement des candidats à l'élection présidentielle mais de la majorité présidentielle appelée à gouverner pendant cinq ans. Voter pour un programme qui ne sera peut être jamais appliqué n'est pas une perspective acceptable.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Parc éolien offshore en mer d’Oléron : le gouvernement persiste
Après un débat public très critique, une décision ministérielle publiée le 29 juillet 2022 au Journal officiel confirme la réalisation d’un parc éolien posé en Sud-Atlantique, au large de l’île d’Oléron. Malgré son éloignement des côtes, sa localisation dans le périmètre d’une zone « Natura 2000 » de protection des oiseaux ne permet pas de dissiper les inquiétudes.
par Laurent BORDEREAUX
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit