Arnaud Simetiere
Dj et artiste
Abonné·e de Mediapart

38 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 sept. 2021

Une comète nommée Jacob Desvarieux

Un hommage amoureux au musicien, chanteur et producteur guadeloupéen disparu le 30 juillet dernier, à travers 11 morceaux et disques couvrant la période 1979-1990.

Arnaud Simetiere
Dj et artiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour la reprise radiophonique de mon émission Open Sky, je tenais à rendre un hommage appuyé et sans réserve à un chanteur, musicien et producteur français disparu cet été. Un homme illustre qui disait on, avait constamment le sourire aux lèvres. Un homme que je n’ai rencontré qu’en musique, mais dont la signature et le style ont constitué des révélations pour l’homme blanc métropolitain que je suis, découvrant chemin faisant, les artefacts flamboyant de la créolisation. Ce monsieur fut à l’origine d’un big bang musical, le zouk, avec le groupe qu’il fonde en 1979 à l’invitation des frères Décimus et du producteur Freddy Marshall, Kassav’.

Cet homme fut une comète nommée Jacob Desvarieux.

Jacob Desvarieux

Pour reprendre la trajectoire de cette comète, je vous propose une revue de 11 titres et disques couvrant la période 1979-1990. Des titres signés Kassav’ bien sûr, mais pas seulement, le musicien ayant joué et produit pour lui ou pour d’autres.

Open Sky #126 © A.S

1. Chantal Curtis - Get Another Love (Disques Trema, 1979)

Nous sommes en 1979, la planète est secouée par la vague disco et, depuis un studio de Courbevoie en région parisienne, Pierre Jaubert produit des titres bien funky qui squattent les playlists des clubs new-yorkais. C’est la chanteuse d’origine tunisienne Chantal Curtis, dont le destin suivra le drama de cette satanée décennie eighties, qui est en headline d’une formation où un guitariste fait montre de ses amours rythm’n blues. Get Another Love…

2. Kassav’ - Love And Ka Dance (Fm Productions, 1979)

On retrouve Chantal Curtis sur le premier album de Kassav’ sorti la même année, en 1979. Ce premier album pose les bases du zouk, tout en étant pleinement ancré dans l’ère disco et fusion de la fin des années 1970. La subtile recette qui fera le son de Kassav' se met en place : l’hybridation des styles, insulaires et continentaux, anciens et nouveaux, la langue créole dans le texte, en écho aux revendications politiques et à la lutte indépendantiste qui secouent Guadeloupe et Martinique, comme le rappelle très justement Stéphanie Mulot dans une récente tribune du Monde. Love and Ka Dance est une morceau hommage à Marcel Lollia, dit Vélo, maitre tanbouyé et figure de proue du gwoka guadeloupéen. Ce titre marquera les esprits à la Guadeloupe, un hymne contemporain et moderniste pour le maitre adulé de la musique contestataire de l’île, le gwoka, historiquement marginalisé par les autorités françaises. Sur le disque, Jacob est crédité à la guitare, il l’est également au mix et aux arrangements. Si vous ne connaissez pas bien le son de Kassav’, je vous invite à vous pencher sur la production de la section cuivre. Un modèle du genre dont Jacob Desvarieux est l’architecte.

3. Beckie Bell - Music Madness (12“ version, Favorite rec., 1980/2016)

Jacob Desvarieux retourne en studio avec l’écurie Jaubert et son autre disco queen, Rebecca Bell. En plus de la guitare, Jacob joue également du polymoog, un synthétiseur, sur un morceau disco surfant sur une veine afro, la marque de fabrique de Pierre Jaubert qui sera derrière le légendaires projets Lafayette Afro Rock Band puis Ice.

4. Robert Helms - Sekele I Like It (12“ version, Betino’s records, 1980/2017)

Si j’ai opté pour l’image de la comète lorsqu’il s’est agi de titrer cette émission et article dédiés à Jacob Desvarieux, ce n’est pas pour l’effet de style. C’est que proprement, mon esthétique de la réception du son Desvarieux m’envoie immanquablement dans les étoiles. Le groove de sa gratte, la concision de ses arrangements qui flirtent avec les délires P-Funk, ses envolées synthétiques. Ca décolle, ca spatialise, ça envoie en l’air. Preuve en est ce titre produit en collaboration avec le musicien camerounais Pasteur Lappé pour Robert Helms. Sekele I Like It ou un hit cosmic qu’aurait très bien pu jouer Danielle Baldelli dans son cosmic club à Rimini!
Cette collaboration avec Pasteur Lappé rappelle l’influence du makossa dans le son de Kassav’ et dans le même temps, le raz de marée du zouk sur le continent africain, dont été très fier Jacob Desvarieux. L’Angola en particulier a constitué une terre promise pour le groupe et sa musique. Lors de leur première tournée en Afrique en 1985, ils jouent à Luanda devant 90000 personnes et avant même de démarrer le show, ils font 3 fois le tour du stade. C’est pour dire !

5. Kassav’ - Lague Moin (Fm Productions, 1980)

6. Kassav’ - Pey An Moin (3A Production, 1982)

On poursuit notre voyage dans la trainée de la comète Desvarieux avec les titre Lagué Moin et Pey An Moin parus respectivement sur les seconds et quatrième albums de Kassav’. A l’écoute de cette musique, je me dis que leurs auteurs avaient sacrément besoin de s’échapper, de créer des imaginaires, de créér leurs imaginaires, loin des assignations et de la violence imposée par l’histoire et le présent colonial. S’échapper par la danse, le corps, s’échapper par les sons.

7. Jacky All Stars - Droite, Gauche (3A Production, 1982)

8. Kassav’ - Zombi (Franck r. Record, 1983)

Il y a quelques années je suis tombé sur le premier enregistrement des Jacky all Stars, un side project mené par G. Decimus et Jacob Desvarieux (dont la direction artistique est menée par P.E Decimus). Le titre Droite, Gauche a été composé par Jacob Desvarieux et reste, pour moi, un morceau unique avec cette basse qui appelle ce que deviendra two step et bass music des années plus tard du côté de l’Angleterre. Et puis, il y a ce texte qui se joue d’une politique bien impuissante et illusoire, rappelant si nécessaire, le caractère éminent politique et revendicatif des textes et de la musique de Jacob Desvarieux et par extension de Kassav’. On est loin de la carte postale doudouiste ventant la joie de vivre, le rhum, les cocotiers et le flegme ultra-marin.
La première fois où j’ai joué ce morceau en soirée, quand la guitare arrive après le refrain dans la dernière partie du titre… comment dire… j’étais ébahi par tant de maitrise, par le caractère solaire de cet arrangement.
Ensuite, c’est Zombi, toujours composé par Jacob, pour Kassav’ cette fois. On est alors en 1983.

9. Jacob F Desvarieux & Georges Decimus - Zouk-La-Se Sel Medikaman (G.D Productions, 1984)

10. Kassav’ - Soleil (12“ version, Epic, 1987)

Je ne pouvais pas y couper. Il me fallait placer dans cette sélection Zouk-La-Se Sel Medikaman, le zouk c’est notre seul médicament, le gros hit signé Kassav’, sorti pourtant sur un album qui n’est pas crédité au nom du groupe mais de ceux du cerveau bicéphale du projet, le duo Décimus-Desvarieux. Il y a aussi le merveilleux Soleil où l’on entend l’incisive voix de Jocelyne Beroard, un titre sorti initialement sur l’album Lagué Moin et repris ici en 1987, avec une version plus électronique.

 11. Kassav’ - Ou Lé (Metropolys Mix) (CBS, 1990)

Pour finir cette sélection, un titre que j’ai beaucoup joué cet été, Ou Lé, remixé alors par un jeune producteur français, Dimitri From Paris, qui fera ses armes en remixant à la fin des années 80 et aux début de la décennie suivante bon nombres de chanteur.euse.s et musicien.ne.s français.

11 morceaux et disques et une heure d’émission radio ne peuvent suffire à aborder l’ensemble des facettes du monstre musical qu’était Jacob Desvarieux. Il vous reste le reste de votre vie pour découvrir et plonger dans son oeuvre. Je ne saurais trop vous conseiller le visionnage du documentaire Kassav’ paru en 2019 et réalisé par Benjamin Marquet pour France Tele à l’occasion des 40 ans de carrière du groupe. Il est super bien foutu, politique, incisif et la production a eu la grande idée de traduire toutes les paroles des chansons à l’écoute.
Vous pouvez également écouter un podcast que j’avais réalisé sur les frontières musicales de France où j’aborde la révolution Kassav’. Dans les notes du podcast, il y a d’autres références utiles pour creuser le sillon.

A l'écoute :

Open Sky #126 © Switch Groove

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet
Journal
Fabien Roussel : le Rouge qui fâche
Le candidat du PCF à la présidentielle a réussi à gagner en notoriété en enfourchant les thématiques de droite. Mais au sein de ses troupes, certains jugent que l’idéal communiste a déserté la campagne.
par Pauline Graulle
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali
Journal
Le socialiste portugais Antonio Costa rêve de majorité absolue
Les législatives anticipées se dérouleront le 30 janvier sur fond d’explosion des cas d’Omicron. L’abstention pourrait grimper. Le premier ministre espère parvenir à gouverner sans l’appui de ses anciens alliés de gauche, mais le pari semble difficile.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener