Oui, le FN est un parti fasciste

Après plusieurs échanges (ou plutôt affrontements à ce stade) avec de fervents partisans du FN, se disant plutôt de "gauche", j'en suis venu à proposer une illustration en 4 points de la tendance xénophobe et fascistoïde du FN.

Prenons donc le cas FN point par point. 

 

LE FN, L'IMMIGRATION ET LA XENOPHOBIE GRATUITE

Le FN est xénophobe. Son programme se base sur un argumentaire consistant à dire que l'immigration est le problème principal de la France. Tout est construit autour de ça. Or c'est une contradiction directe de l'histoire française, des principes économiques de base et des études sociales, car la richesse (économique, sociale et culturelle) de la France s'est construite sur l'immigration. Il suffit d'abord de revoir l'histoire française par la voie populaire (pas par les "grands personnages" qui ne sont que les acteurs d'une construction mythologique d'une France fanstamée). 
D'une part l'immigration a un bilan économique positif aujourd'hui : les immigrés cotisent plus qu'ils ne "consomment" les prestations sociales. D'autre part, l'immigration est une aubaine car elle créé une consommation locale. Un immigré en France est un consommateur de biens de bases. Or on peut rappeler qu'une économie solide se construit d'abord sur la consommation intérieure des produits de base, pas sur nos capacités d'export sur les marchés extérieurs (il suffit de regarder l'économie chinoise pour s'en convaincre). Bien au contraire, la concurrence internationale nous pousse au dumping social, donc au rabaissement des salaires, donc à la baisse de la conso locale, donc au déclin notre économie... Enfin, notre pays est avant avant dernier dans le classement de l'OCDE en ce qui concerne le taux d'immigration ! Comment pouvons nous parler d'un problème à propos d'un phénomène marginal ?( [www.alternatives-economiques.fr] ?)  

Ce qui nous amène à poser une question  aux FNistes de tout bord :

Comment un phénomène marginal peut il être responsable de tous les maux ? De mon côté j'ai plutôt tendance à aller dans l'hypothèse inverse : plus on ferme les frontières plus le pays s'enfonce dans un marasme économique et culturel (baigné d'intolérance...).   



LE FN ET SON PROGRAMME ECONOMIQUE : LA CONSTRUCTION D'UNE VASTE FUMISTERIE

Pour devancer l'argumentaire pseudo social du FN, il est nécessaire de pousser l'analyse économique plus loin :

- Les immigrés ne nous "piquent" pas notre travail. C'est la misère et l'absence de droits des immigrés qui posent problèmes : Que se passe-t'il quand les immigrés ont les mêmes droits que les locaux, en particulier en terme de droit du travail ? La soi-disant main d'oeuvre concurrente à bon marché est elle encore une réalité ? 

- Le chômage ne vient pas d'une augmentation du nombre de travailleurs mais d'un découplage entre la progression de la richesse produite et de la part revenant aux salaires. La productivité (et la production de richesse) a explosé en 30 ans (PIB en 1980 : 444 Md€, PIB en 2013 : 2 054 Md€), alors que le montant total revenant aux salaires a stagné voire diminuée (-9,3% sur la même période...). Or, un maintient de la part revenant aux salaires sur le niveau de 1980 (voire une augmentation?) permettrait de réduire le temps de travail individuel tout en maintenant le salaire individuel. Donc de liquider le chômage de masse (puisque mécaniquement, on libère du temps de travail) et de relancer l'économie par la consommation intérieure (suppression du coût du chômage, augmentation du temps libre, augmentation du pouvoir d'achat).

- La part du coût salarial est marginale dans l'industrie (il faut tenir compte de tous les autres coûts : j'en parle déjà ici). Ce qui montre que la délocalisation est une inepsie dans tout système industriel. D'ailleurs les actionnaires délocalisateurs en reviennent... La Chine n'est déjà plus l'aubaine espérée car l'augmentation, même minime, des salaires en Chine ajoutée au coût de la délocalisation a totalement consommée le profit initial. Les économies sont à chercher ailleurs, en particulier dans les services supports (système d'information, marketing, commercial...) et surtout dans les coûts logistiques d'approvisionnement et de distribution. Mais la réflexion à mettre en oeuvre est quelque peu plus "complexe". Donc encore une fois, l'étranger n'est pas le problème de l'économie française.

Tous ces points ne sont jamais abordés dans le programme FN. Bien au contraire, le FN ne remet pas en question ni le capitalisme (rémunération par la rente sans régulation) ni sa propension à alimenter une oligarchie au détriment de la majorité du peuple. Nous avons pour preuve simple la famille le Pen elle-même et la façon dont elle s'est enrichie. Le FN ne fait que remettre en question le libre échange. Pas pour réduire les profits qu'il apporte au capital, mais bien au contraire pour asseoir ce profit dans l'oligarchie française. L'illustration la plus évidente est le comportement au niveau local dans le passage des marchés publics : le FN rémunère ses copains et ses copains sont loin d'être des humanistes (dossier médiapart , article du diplo ). Le programme du FN ne propose qu'une redistribution du capital entre les entreprises, des plus grandes au plus petites, tout en attaquant frontalement les acquis sociaux en proposant une réduction des cotisations sociales et de l'impôt. Dès lors que l'outil de redistribution des richesses qu'est la cotisation sociale est remis en cause, il est impossible d'être crédible sur les pseudo propositions sociales concernant le financement de la retraite, de la sécurité sociale, et des allocations familiales et du chômage. 

Le FN est donc encore un parti poujadiste, qui lutte pour l'égalité, certes, mais uniquement entre les exploiteurs.


 

LE FN, LA NATION ET LES VALEURS MORALES : L'IDEOLOGIE FASCISTE INCARNEE

Le second volet de l'argumentaire FN se base sur les valeurs nationalistes et l'incarnation du pouvoir dans une référence "morale". Une morale basée sur la soumission à l'autorité et aux "valeurs" chrétiennes. Le programme du FN a un volet sécuritaire particulièrement fourni, visant justement le rétablissement de ce respect de l'autorité, en particulier de l'autorité policière. Le FN remet en question le principe même d'indépendance de la justice et va jusqu'à proposer le rétablissement de la peine de mort. Quand à l'affichage en premières pages du programme d'un volet dédié aux anciens combattants associé au matraquage des rubriques militaristes et sécuritaires (bien subdivisées et réparties pour limiter l'effet de masse en 1ère lecture), nous sommes encore là dans l'idéologie fasciste basée sur l'héroïsme militaire et l'affirmation forte de la nation face aux autres puissances nationales grâce à une armée démesurée (tout pour favoriser l'apparition d'une nation belliqueuse).

Nous pouvons également évoquer les groupuscules orbitant autour de ce parti et organisant dans de nombreuses villes des patrouilles de milices n'hésitant pas à s'attaquer à tout ce qu'ils considèrent comme un ennemi : personnes racialisées, "gauchistes" en tout genre et toute la scène culturelle alternative. Malgré les propos des cadres du parti, le FN maintient des liens très étroits avec ces groupuscules comme en témoigne les militants à la fois membres du parti et de ces groupuscules. Quand on voit que la majorité des policiers français vote FN et adhère à ses idées, nous pouvons également nous poser de sérieuses questions sur les liens entre les multiples crimes policiers et ce parti (tout en constatant la tolérance abjecte des pouvoirs en place).

Pour finir avec ces analogies, les expériences de gestion communales du FN ont toutes menées à l'entrave manifeste des associations humanistes, dans la droite lignée de l'opposition directe aux droits de l'homme du fascisme historique.

Nous sommes donc bien là face aux fondements de la doctrine fasciste mussolinienne. 

D'autant plus que comme le fascisme italien, le FN cherche l'incarnation du pouvoir dans une famille, la famille Le Pen. Nous sommes donc face au stéréotype parfait du fascisme et les partisans de ce parti ont une poutre dans l'oeil ! On retrouve là leur connivence avec les mouvements royalistes anti-révolutionnaires (d'où émane directement le FN) dont il réinventent l'héritage du pouvoir, comme des nostalgiques de la monarchie absolue (histoire de l'extrême droite française)


 

LE FN, LE NEPOTISME ET L'ANTI-EXEMPLARITE : OU COMMENT ETRE EN CONTRADICTION TOTALE AVEC SON PROPRE DISCOURS ?

A propos des Le Pen, comment est-il possible  de croire qu'ils peuvent incarner un renouveau démocratique ? Cette famille croule sous les scandales. Richesse bâtie sur l'extorsion d'un vieillard, escroquerie à l'impôt, placements en suisse, tout cela couvert de népotisme. (je vous laisse regarder par là : dossier médiapart  ). Sans parler du négationnisme, du soutien au mouvements racistes, intégristes, identitaires. Ou encore de leur connivence avec un certain nombre de grands patrons pas vraiment des plus irréprochables...  Bref, nous sommes face au plus pur cauchemar français ! Les militants FN ont ce côté lunaire consistant à lutter contre l'oligarchie en proposant une alternative oligarchique !


 

LE FN, UNE EXTENSION DE LEUR OBSESSION UMPS ?

Nous pouvons concéder au FN qu'effectivement ni l'UMP, ni le PS n'incarne une politique républicaine et démocratique irréprochable. Mais un parti fasciste est-il la bonne alternative à cette dérive. Certes, notre Vème république est une plaie béante dans la démocratie, mais le FN n'est que le staphylocoque doré, attendant de s'y installer. Voter FN c'est se diriger vers la gangrène irréversible de notre société.

L'électorat FN est encore constitué d'une majorité de possédants, une population active vieillissante qui vote essentiellement par peur de perdre son petit confort. Peur de l'immigré, peur de la redistribution, peur de l'évolution des valeurs sociales... Peur qui empêche toute prise de recul sur la situation et qui se traduit par une peur de tout ce qui remet en cause l'ordre établi. 

Ce qui n'empêche pas cet électorat d'être essentiellement composé d'ouvrier et de petits employés ayant accédé à la classe moyenne. Il n'y a rien de contradictoire. La psychose de la perte du droit à la propriété, même de faible valeur est ce qui semble motiver le plus cet électorat, qui se rattache essentiellement à ses biens : 4x4 acheté à crédit, pavillon en lotissement, équipement hi-fi... etc...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.