arrad
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 nov. 2016

La France insoumise doit clarifiter plusieurs points critiques d'urgence

Je sais que je vais encore me faire engueuler, mais le cru Mélenchon n'est pas encore à maturité. Il promet un beau millésime, mais il faut encore transformer l'essai. Vendange en vert d'un côté, maturation voire surmarturation de l'autre. J'entends par là qu'il va falloir mobiliser très à gauche maintenant et ne pas trop chasser en terre FN. Donc clarifier 2-3 points critiques du programme ...

arrad
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je sais que je vais encore me faire engueuler, mais le cru Mélenchon n'est pas encore à maturité. Il promet un beau millésime, mais il faut encore transformer l'essai. Vendange en vert d'un côté, maturation voire surmarturation de l'autre.

J'entends par là qu'il va falloir mobiliser très à gauche maintenant et ne pas trop chasser en terre FN. Donc clarifier 2-3 points critiques du programme actuel qui pour ma part me posent de sérieuses questions.

1/ Le souverainisme : je comprends bien le principe, mais en se focalisant uniquement sur le souverainisme on pose la question des frontières de fait ! Pour ne pas se la poser il faut confronter franchement le souverainisme national à l'émancipation des classes laborieuses. De mon point de vue, un protectionnisme économique n'est QUE un cadeau à destination du capital s'il n'y a pas réforme du capital. Et je ne crois pas à la théorie de la redistribution en cascade. Non, les patrons n'arrosent pas équitablement les subalternes. C'est un fait. Il faut donc un mécanisme de refonte du capital, par sa socialisation en particulier. Le fait est que la commission économie du PG y travaille depuis des années et a même publié un rapport interne très précis et complet sur les méthodes pour le mettre en oeuvre. Mais comme d'hab les travaux de la com'éco ne sortent pas de la com'éco (merci généreux...). On a plein d'outils à disposition, déjà en place. Je pense aux SCOP et aux SCIC en particulier ou à la capitalisation directe (épargnants qui misent sur des entreprises à des taux de profits raisonnables, forme de crowfunding structuré).

2/ La planification écologique : OK avec le principe, sans planification on gaspille, on stagne, on est inadaptés à répondre correctement aux besoins des usagers/consommateurs. Mais il faut aller plus loin : qui planifie et comment ?? Grande question, pas vraiment posée. C'est l'Etat qui décide tout et donc reste largement soumis aux lobbys industriels ? A coup de grosses subventions publiques histoire de faire exploser encore le gavage des entreprises qui en profitent (170Milliards€ pour 2017 ! du délire !!! On était à 65Md€ en 2007 !). ça rejoint le point 1 ! La planification n'est profitable qu'à deux conditions : elle doit répondre à des enjeux locaux, elle doit être équilibrée à l'échelle nationale. Donc il nous faut un appareil législatif central (des lois qui s'appliquent à tous) et un exécutif local et citoyen. Pas un mot là dessus sur le programme. Or c'est très critique.

3/ Service militaire : alors là c'est mon gros point de désaccord, revenir à un service obligatoire me fout les boules. On tombe dans du patriotisme de bas étages là. J'entends l'idée que l'armée doit être composée de citoyens. Mais nous avons quand même d'autres moyens de luttes hein. Et le problème actuellement ce n'est pas l'armée mais la police qui blesse, mutile et assassine impunément. Concernant la lutte contre le terrorisme, je ne vois vraiment pas ce que ça apporterait. On va réarmer chaque citoyen comme après la révolution ? Attention à la dérive sur ce sujet. Il faut des contours nets sinon ça craint.

Et globalement, le programme actuel est très flou. Il possède des belles idées mais ne décrit absolument pas les moyens politiques de les mettre en oeuvre. Or ces belles idées ne servent à rien si elles sont pas applicables dans les institutions actuelles. 2 points concrets pour illustrer mon propos :

-  pas un mot sur les causes du problème agricole à savoir les liens dévasteurs entre l'industrie et l'agriculture au travers de la FNSEA qui dirige toutes les chambres d'agricultures qui sont toutes à la tête des crédits agricoles, seul organe en capacité de capitaliser l'agriculture actuellement. Tout le programme agricole ne vaut rien si on n'aborde pas cette question de front.

- L'impact carbone du transport : Pas un mot sur la concurrence déloyale entre le fret ferroviaire et le routier. Or c'est l'UNIQUE problème lié aux coûts du transport. 1 tonne.kilomètre en train doit rémunérer l'investissement et la maintenance des infrastructures en plus du coût d'achat du train, de sa maintenance, de sa conso énergétique et de la main d'oeuvre impliquée. 1 tonne.km par la route ne doit financer que le coût du camion et du conducteur et peanuts pour le réseau (péage qui ne coûtent que dalle ramené à l'impact d'un camion sur la dégradation du réseau). Et oui, l'Etat s'est désengagé du financement du fer, mais continue a bien alimenter le budget route....

Certes il y a le projet de constituante. Mais tout ne doit pas reposer là dessus. Car cette constituante devra passer par un vote majoritaire, qu'il soit parlementaire ou référendaire. Il faudra donc convaincre avec des exemples concrets. 

Voilà, donc vive l'humanisme et le progrès social, vive la France insoumise si elle se met en capacité de les mettre en oeuvre concrètement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Journal
Avec Roberta Metsola à la tête du Parlement, la droite se rapproche du « Grand Chelem » à Bruxelles
Malgré ses positions anti-IVG, la conservatrice maltaise a été élue mardi avec une large majorité – et les voix des eurodéputés LREM - à la présidence du Parlement européen. La droite dirige désormais presque toutes les institutions de premier plan au sein de l’UE.
par Ludovic Lamant
Journal
Après un mois de débats, l’Autriche se dirige vers l’obligation vaccinale
Le Parlement, qui a reçu 110 000 contributions citoyennes, a commencé lundi l’examen du projet de loi introduisant la vaccination obligatoire générale. Le texte devrait être voté dans la semaine et entrer en vigueur en février, malgré les nombreuses réserves qu’il suscite. 
par Vianey Lorin

La sélection du Club

Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre