Justice pour les enfants, Taubira répond présent!

Cette année l'assemblée générale de l'Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille (AFMJF), ayant pour thème «à la recherche de l’enfant perdu», s’est ouverte avec une allocution inattendue de Mme Taubira, nouvellement désignée, Garde des Sceaux. La belle Salle des Criées du Palais de Justice de Paris gardera le souvenir d’un moment particulier de rencontre d’espoirs à partager : que les  nouvelles orientations permettent  à la jeunesse en difficulté de ce pays de trouver une attention exigeante mais non stigmatisant.  

Cette année l'assemblée générale de l'Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille (AFMJF), ayant pour thème «à la recherche de l’enfant perdu», s’est ouverte avec une allocution inattendue de Mme Taubira, nouvellement désignée, Garde des Sceaux. La belle Salle des Criées du Palais de Justice de Paris gardera le souvenir d’un moment particulier de rencontre d’espoirs à partager : que les  nouvelles orientations permettent  à la jeunesse en difficulté de ce pays de trouver une attention exigeante mais non stigmatisant.  

A l’issue de son intervention, les professionnels de la justice des enfants présents (magistrats,  greffiers, travailleurs sociaux, psychologues, assesseurs…) l’ont ovationné debout. C’est dire si sa présence et sa parole a eu l’effet du ‘bol d’air’ pour cette justice sinistrée. Soumise aux attaques répétées par des mesures sécuritaires depuis 2002 (les premières lois Perben) cherchant à mettre en cause, à ‘casser’ l’ordonnance du 2 février 1945 voulue par le Général De Gaulle qui a instauré, en matière de  justice des mineurs la primauté de l’éducatif sur le répressif.

Pour la ministre de la Justice il s’agit d’appliquer les postulats de «l’autorité et de la sanction proportionnée conjointement avec la prévention et l’éducation» dans le chapitre des valeurs, et  «l’écoute, le dialogue, la sollicitation des professionnels…» pour ce qui est de la méthode.  Et Mme Taubira a martelé à plusieurs reprises «Je veux fonder une politique de justice sur l’expérience».

Abordant les nombreuses questions qui se posent à la juridiction des mineurs, des moyens, des innovations,  mais aussi du sens donné à l’action de la justice. Le cas du projet de la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs, une invention de la Sarkozie, instaurée par une loi du mois d’août 2010, mis en place en janvier de cette année. Ces tribunaux, chargés de juger les mineurs récidivistes de 16 à 18 ans pouvant être condamnés à une peine égale ou supérieure à trois ans de prison, symbolisent en quelque sorte la façon dont l’ex-Président voyait l’action de ‘prévention et d’éducation’ auprès de la jeunesse en conflit avec la loi.

Les CEF (Centres éducatifs fermés), qui accueillent des mineurs délinquants récidivistes, dont le nouveau Président a pris l’engagement d’élargir le nombre ont également été évoqués. La question du sens de ces établissements c’est peut-être la question principale et, si un effort budgétaire doit être fait, il paraît plus pertinent de le faire pour les structures d’accueil en milieu ouvert qui concerne l’Etat mais aussi les structures des Conseils Généraux acteurs de la politique de protection de l’enfance dans les départements.

La singularité de sa présence c’est aussi le fait que la ministre est restée pour écouter les interrogations, les remarques, les attentes des participants,  se prêtant ‘au jeu’ des réactions à chaud concernant les manifestations de la salle.    

La présidente de l’AFMJF, Catherine Sultan, dans son propos introductif a souligné l’attente des magistrats d’une réflexion ouverte et exigeante sur le chantier d’un des secteurs les plus démantelés par dix ans de Sarkozisme laissant sur le bord de la route des jeunes qui auraient grand besoin de permanence, d’orientation et de structure. Ce magistrat, présidente du Tribunal pour Enfants de Créteil a dénoncé également les « attaques inacceptables, médiocres » à l’encontre de la ministre.

 La journée a été riche en échanges et l’argumentaire sur le thème choisi cette année peut être consulté sur le site de l’Association  http://www.afmjf.fr/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.