ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

672 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 juin 2012

Justice pour les enfants, Taubira répond présent!

Cette année l'assemblée générale de l'Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille (AFMJF), ayant pour thème «à la recherche de l’enfant perdu», s’est ouverte avec une allocution inattendue de Mme Taubira, nouvellement désignée, Garde des Sceaux. La belle Salle des Criées du Palais de Justice de Paris gardera le souvenir d’un moment particulier de rencontre d’espoirs à partager : que les  nouvelles orientations permettent  à la jeunesse en difficulté de ce pays de trouver une attention exigeante mais non stigmatisant.  

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette année l'assemblée générale de l'Association française des magistrats de la jeunesse et de la famille (AFMJF), ayant pour thème «à la recherche de l’enfant perdu», s’est ouverte avec une allocution inattendue de Mme Taubira, nouvellement désignée, Garde des Sceaux. La belle Salle des Criées du Palais de Justice de Paris gardera le souvenir d’un moment particulier de rencontre d’espoirs à partager : que les  nouvelles orientations permettent  à la jeunesse en difficulté de ce pays de trouver une attention exigeante mais non stigmatisant.  

A l’issue de son intervention, les professionnels de la justice des enfants présents (magistrats,  greffiers, travailleurs sociaux, psychologues, assesseurs…) l’ont ovationné debout. C’est dire si sa présence et sa parole a eu l’effet du ‘bol d’air’ pour cette justice sinistrée. Soumise aux attaques répétées par des mesures sécuritaires depuis 2002 (les premières lois Perben) cherchant à mettre en cause, à ‘casser’ l’ordonnance du 2 février 1945 voulue par le Général De Gaulle qui a instauré, en matière de  justice des mineurs la primauté de l’éducatif sur le répressif.

Pour la ministre de la Justice il s’agit d’appliquer les postulats de «l’autorité et de la sanction proportionnée conjointement avec la prévention et l’éducation» dans le chapitre des valeurs, et  «l’écoute, le dialogue, la sollicitation des professionnels…» pour ce qui est de la méthode.  Et Mme Taubira a martelé à plusieurs reprises «Je veux fonder une politique de justice sur l’expérience».

Abordant les nombreuses questions qui se posent à la juridiction des mineurs, des moyens, des innovations,  mais aussi du sens donné à l’action de la justice. Le cas du projet de la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs, une invention de la Sarkozie, instaurée par une loi du mois d’août 2010, mis en place en janvier de cette année. Ces tribunaux, chargés de juger les mineurs récidivistes de 16 à 18 ans pouvant être condamnés à une peine égale ou supérieure à trois ans de prison, symbolisent en quelque sorte la façon dont l’ex-Président voyait l’action de ‘prévention et d’éducation’ auprès de la jeunesse en conflit avec la loi.

Les CEF (Centres éducatifs fermés), qui accueillent des mineurs délinquants récidivistes, dont le nouveau Président a pris l’engagement d’élargir le nombre ont également été évoqués. La question du sens de ces établissements c’est peut-être la question principale et, si un effort budgétaire doit être fait, il paraît plus pertinent de le faire pour les structures d’accueil en milieu ouvert qui concerne l’Etat mais aussi les structures des Conseils Généraux acteurs de la politique de protection de l’enfance dans les départements.

La singularité de sa présence c’est aussi le fait que la ministre est restée pour écouter les interrogations, les remarques, les attentes des participants,  se prêtant ‘au jeu’ des réactions à chaud concernant les manifestations de la salle.    

La présidente de l’AFMJF, Catherine Sultan, dans son propos introductif a souligné l’attente des magistrats d’une réflexion ouverte et exigeante sur le chantier d’un des secteurs les plus démantelés par dix ans de Sarkozisme laissant sur le bord de la route des jeunes qui auraient grand besoin de permanence, d’orientation et de structure. Ce magistrat, présidente du Tribunal pour Enfants de Créteil a dénoncé également les « attaques inacceptables, médiocres » à l’encontre de la ministre.

 La journée a été riche en échanges et l’argumentaire sur le thème choisi cette année peut être consulté sur le site de l’Association  http://www.afmjf.fr/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak