Ici Vichy, pas de trêve pour le « sans papiers » des Lilas !

Ce lundi, 3 novembre, le ministre de l’immigration et de l’identité nationale, organise à Vichy, pour deux jours, un sommet européen en vue de la mise en œuvre d’une politique convergente à l’échelle européenne en matière d’immigration.Et à la même date, Monsieur Junhan Cai, ressortissant chinois (dans la proximité de Wenzhou), sans papiers, était arrêté Porte de Lilas (Paris) avec son épouse.
Ce lundi, 3 novembre, le ministre de l’immigration et de l’identité nationale, organise à Vichy, pour deux jours, un sommet européen en vue de la mise en œuvre d’une politique convergente à l’échelle européenne en matière d’immigration.Et à la même date, Monsieur Junhan Cai, ressortissant chinois (dans la proximité de Wenzhou), sans papiers, était arrêté Porte de Lilas (Paris) avec son épouse. Conduits au Commissariat de la Goûte d’Or, dans le 18ème arrondissement de Paris.Très rapidement le Réseau d’Education sans Frontières s’est mobilisé et une quinzaine de personnes se sont postés devant le Commissariat.

Son épouse a pu partir mais lui a été transféré, en fin d’après-midi, au Centre de Rétention de Roissy. Il lui reste quarante huit heures pour qu’un avocat dépose un recours.

 

Monsieur Cai, en France depuis quatre ans, père d’un garçon de quatorze ans, collégien, risque l’expulsion.La mobilisation de certains professeurs du Collège de son enfant –présents ce lundi de vacances scolaires- et d’autres parents d’élèves démontre l’attention qu’on peut porter aux effets de cette politique avec la négation du droit de vivre en famille. Si le père est expulsé, reste cette mère, seule avec son fils vivant l’angoisse quotidienne d’une nouvelle interpellation et de l’inconnu du sort du père de famille.

 

Quelles valeurs dans cette « politique convergente » sinon de réponde aux intérêts économiques des pays riches ?

 

 

Bien sûr qu’on ne s’amusera pas à faire des rapprochements dans la décision de Monsieur Hortefeux de planter son chapiteau à Vichy. Mais on peut être interloqué sur son choix d’une ville où des directives attachées à son nom peuvent se confondre avec certains choix politiques d’aujourd’hui.

*

Pour ce père de famille, comme pour tant d’autres, victimes notamment d’une politique de la performance-arithmétique du chiffre des expulsions, on peut consulter le site internet de RESF www.educationsansfrontieres.org et soutenir leur action.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.