Vierges... de la mer!

Comment vit la jeunesse d'Israël, que se passe-t-il loin des lieux de pouvoir et de conflit, comment se construit-elle? Quelques jours après la décision de la Knesset, j'ai vu VIERGES, le film de Keren Ben Rafael, et je me suis dit que, là, ici ou ailleurs, la fiction-documentaire ou vice-versa, nous donne à voir une jeunesse en attente... à nous d'imaginer le but ou la suite!

Résultat de recherche d'images pour "vierges film"  C'est une séquence de l'histoire de vie d'une adolescente, rebelle et créative dans ses seize ans, seule avec sa mère, tenancière d'un café sur la plage dans une station balnéaire israélienne, Kiryat-Yam, où pas grand monde semble s'y retrouver. Elle ne rêve que de partir pour Tel-Aviv. On ne sait pas très bien pourquoi, pour devenir femme..., sans doute pour s'émanciper, élargir son champ de relations limitées à ses trois copains, fuir de ce lieu confiné malgré son espace ouvert vers la mer. Issue de l'émigration russe, sa mère (Evgenia Dodina) n'est pas loin de vouloir aussi aller ailleurs mais où, tant qu'elle tient son bistrot à peine fréquenté, dont deux retraités devnus amis, qui ne consomment pas beaucoup et son amant, maire de la ville à l'aise dans des petits arrangements pas très réglos.

Deux arrivées, bouleversent cette quiétude inquiétante, la cousine de Lana (orpheline de dix ans qui vient passer quelques jours de vacances) et celle, plutôt passage, d'un beau jeune journaliste à la recherche de sensationnel et d'apaisement...!

Le décor est planté et Ben Rafael nous fait partager son premier film, avec des belles prises de vue de cette plage peu captivante et qui rassemble la vie de ce bord de mer.

C'est là que Lana (Jon Rieger) traduit pour Chipi (Michael Aloni), en inventant les propos des pêcheurs dont un aurait vu au large une sirène. Oh la belle trouvaille, quand rien ne se passe voilà une belle occasion pour attendre quelque chose...! Et de là toute la population se mobilise, le Maire y voit même un beau filon... En fait personne n'y croit et tout le monde l'espère. Il n'y a que le vieil homme client du bistrot, Vladimir qui, enfant sur le bateau amenant sa famille en Israël, aurait vu surgir de la mer la sirène, mais sa maman lui a caché les yeux devant la nudité... C'est peut-être lui le seul qui n'est pas dans le "buzz" de l’événement mais dans le fantasme de son rêve d'enfant... quand il prend une barque à la tombée de la nuit dans l'espoir de la retrouver et la voir surgir des eaux loin de la plage!

Comme s'il représentait cet espoir qu'une autre vie soit possible, harmonieuse, pour un peuple en attente. En hébreu sirène se traduit par «vierge de la mer». Et c'est aussi de cela dont il s'agit pour Lana qui voit dans la perte de sa virginité l'émancipation, alors que sa mère lui dit «je ne me souviens même plus la première fois» et la petite cousine qui, à son tour veut accompagner le vieux Vladimir pour trouver la «vierge» dans la mer...!

Pour la réalisatrice, qui travaille entre Paris et Tel-Aviv, ce lieu l'a inspiré, " une ville d'immigrés où l'on entend davantage parler le russe et l'éthiopien que l'hébreu ", dit-elle. Avec une " architecture un peu russe, l'immensité de ses plages désertes, l'atmosphère pesante figée dans les années 1980 où les gens marchent lentement".

On sort du film de Ben Rafael avec l'idée que là, comme ailleurs, une jeunesse se désespère et se conforme, comme elle peut,  à la vie qui va! Et un premier film à soutenir par ce regard alerte et pour son attention à l'autre.

Résultat de recherche d'images pour "vierges film"

*ooo*

Et ce week-end en Israël:

* Et ce vendredi, les forces israéliennes ont tué par balles un Palestinien et en ont blessé au moins 220 autres vendredi 3 août lors de manifestations...  Gaza : un Palestinien tué

* * Samedi, «La marine israélienne a arraisonné samedi un bateau humanitaire battant pavillon suédois qui tentait de rejoindre la bande de Gaza, enclave palestinienne sur laquelle Israël impose un blocus». un-bateau-destination-de-gaza

*** Une importante manifestation, samedi soir sur la place Rabin à Tel-Aviv à l’appel du comité druze contre la Loi de la Nation. Des dizaines de milliers de Druzes sont venus exprimer leur opposition à la Loi de la Nation tout en réaffirmant leur loyauté envers l’État d’Israël. De nombreux sympathisants mais aussi des représentants de partis et organisations de gauche ont protesté contre la loi qui «consacre la ségrégation dans la Loi Fondamentale». Un manifestant était habillé d'un côté en militaire de l'autre à civil, pour mieux dénoncer la situation qui découle de la décision car les Durzes contrairement aux citoyens arabes d'Israël sont autorisés à porter l'uniforme. Quant il est à civil il n'a pas les mêmes droits que ses collègues militaires, il devient de "seeonde zone".

****  le 21 juillet 2018: Israël, la ségrégation consacrée dans la Loi!

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.