Bettencourt Boulevard et la voix de Michel Vinaver

C'est une soirée exceptionnelle à laquelle nous a convié Anne-Marie Lazarini, directrice du théâtre Athévains. La lecture, par l'auteur de  Bettencourt Boulevard ou une histoire de France, Michel Vinaver.

C'est une soirée exceptionnelle à laquelle nous a convié Anne-Marie Lazarini, directrice du théâtre Athévains. La lecture, par l'auteur de  Bettencourt Boulevard ou une histoire de France, Michel Vinaver.

Afficher l'image d'origine

S'il n'est pas rare qu'un dramaturge présente au public son texte, le résultat de son travail, le fait qu'un auteur de la qualité de Michel Vinaver, avec son histoire et toute son œuvre, vienne à 88 ans nous lire sa pièce, m'a ému par cette mise en jeu de son travail avant même qu'il soit joué. En quelque sorte l'expression d'un très grand respect pour le public de théâtre. «Voilà, pris comme vous par cette séquence de l'actualité immédiate, j'ai écrit et je vous livre le résultat, comment et où j'insère cette histoire de France». Il ne l'a pas dit ainsi, mais je l'ai écouté comme cela.

Le théâtre artistic athévains, qui aime nous faire entendre les voix d'un auteur a, une fois encore, contribué à rapprocher un public d'un auteur, dans la magie du théâtre dont les textes sont faits pour être joués, voire réinventés par la création d'une équipe, d'une troupe de comédiens.

Il nous a donné à entendre une tragédie (autour du conflit mère-fille), une comédie (la cour, les serviteurs, les profiteurs, les envieux, les manipulateurs), une chronique d'un fait de la sphère politique, des puissants, avec ses favoritismes, ses manœuvres, ses coups pour « gruger » le fisc, dans ce milieu du patriotisme du compte en banque, dont le quinquennat précédent nous avait donné de nombreux signes, le suivant aussi, d'ailleurs.

Mais Michel Vinaver ne nous embarque pas sur le terrain du règlement de comptes de boulevard... Il nous apporte cette distance, son regard de côté, cette histoire à l'origine de la tragédie mère-fille : Eugène Schueller le père "génial", fondateur de l'Oréal, financier du mouvement La Cagoule et très catholique de Liliane Bettencourt, mère de Françoise Bettencourt-Meyers, mariée à Jean-Pierre Meyers, petit fils du rabbin Robert Meyers, déporté et disparu avec son épouse à Auschwitz pendant la guerre. Ce n'est que le début de l'histoire...

 *  *  La pièce sera présentée au TNP de Villeurbanne, dans une mise en scène de Christian Schiaretti, du 19 novembre au 19 décembre 2015. http://www.tnp-villeurbanne.com/

Du 20 janvier au 14 février 2016, c'est à la Colline (Paris 20ème) qu'elle sera représentée. http://www.colline.fr/  Le travail de Schiaretti est toujours apprécié, nous sommes dans l'expectative de voir comment ce texte en "trente morceaux" sera mis en scène. Il est sûrement opportun de retenir une de ces dates!

 *  *  *

Un accident survenu le 13 octobre, m'immobilise partiellement, ce qui m'empêche de développer ici tout ce que j'aimerais écrire à la suite de cette lecture. Je tenais tout de même à souligner l'initiative du théâtre Athévains et laisser une trace sur mon blog de l'émotion que j'ai eu à l'écoute de Michel Vinaver.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.