Un Ferrand dans la chaussure...

Tout semblait aller de l'avant pour les «marcheurs» et voilà qu'un grain de sable, est devenu un gros caillou dans la chaussure d'En Marche. Quelques jours après la formation du gouvernement, le Canard Enchaîné a levé le voile sur une drôle de pratique du ministre de la cohésion des territoires, Richard Ferrand. Et quand il y a un caillou dans la chaussure, le mieux c'est de l'enlever "presto"!

En effet, Monsieur le ministre Ferrand, ex-député PS, soutien de la première heure du nouveau Président, secrétaire-général du mouvement En Marche, élu sous l’étiquette PS depuis 1998, jonglait avec brio de promesse de vente en création de société, de mutuelle conciliante prenant en charge les travaux en étant locataire et juteuse plus-value pour sa compagne officielle et mère de la fille du ministre.

Militant PS depuis 1980, ce n'est pas un nouveau-venu dans la chose politique, après presque trente ans de mandats électoraux. Il pourrait peut-être se rendre compte (sachant ce qu'il sait de la combinaison d'affaires à laquelle il s'est consacré depuis 2011) que le mieux c'était de lever le pied rapidement, surtout que sa nouvelle appartenance politique, inscrit la «virginité» dans la probité et l'éthique.

Mais voilà, comme d'autres avant lui, il a joué la carte du déni, en s'enfermant et l'affirmant à tout vent «c'est légal». Peut-être qu'on peut le dire ainsi, quoique le code des mutuelles aurait été quelque peu contourné... mais cela n'est plus la question. Et contrairement aux déclarations qu'on prête au nouveau Président, «les choses ne vont pas forcément bien quand la presse devient juge», quand la presse investigue et informe, ce n'est pas un jugement, mais le devoir d'informer et pour les citoyens le droit de savoir! La question c'est l'intégrité d'un élu, voir la cohérence d'un projet de gouvernement qu'au premier "couac" fait l'autruche!

Résultat de recherche d'images pour "ethique cartoon"

Là dessus, le nouveau Garde des Sceaux fait un exercice redoutable, le jour même où une enquête préliminaire est ouverte par le Parquet de Brest sur l'affaire du ministre Ferrand, voilà que François Bayrou, qui a tant fait pour être là où on l'a mis, lance publiquement les termes d'une réforme qui vise plus qu'à «moraliser la vie politique», il s'agit de «mettre en place des pratiques et des règles qui préservent les citoyens des abus et leur rendent confiance dans la vie démocratique». Ayant un exercice pratique sous la main sur le «rendre confiance», il s'est refusé et on le comprend, à dire l'incongru de la situation.

Le premier-ministre y est allé aussi de sa sentence «Il n'y a pas de procédure juridictionnelle en cours, il n'y a donc pas une affaire, il y a un débat. Ce débat, il est politique et il sera tranché par ceux qui sont les plus à même de trancher les débats politiques qui sont les électeurs et les citoyens français». Manque de peau, il y a une procédure de la justice mais plus grave, M Philippe laisse entendre ainsi que si le ministre est élu aux législatives, il serait «blanchi» comme Dassault ou Balkany. Cela augure mal, Monsieur le Premier-ministre, d'utiliser les élections pour «sauver les copains et les coquins»! Il semblerait que le nouveau Ministre, une fois élu changerait d'affectation pour prendre le perchoir de la législature En Marche. Tout ça n'invite pas à "faiblir"...

Les institutions, les lois, la transparence, ne rendent pas vertueux et il ne s'agit pas naïvement de s'attendre à des élus au-dessus de la condition humaine, mais les citoyens, ont bien le droit d'exiger de l'exemplarité et surtout du respect des valeurs de la démocratie et du respect de l'éthique.

Anticor saisit la justice

L'association AntiCor, a décidé de saisir la justice suite à la décision du parquet de Brest de ne pas ouvrir d'enquête. De ce fait l'association anti-corruption a déposé une plainte le 31 mai, au parquet de Brest exigeant l'ouverture d'une enquête.

Le président de l'Association, J-C Picard a précisé que la plainte vise "Richard Ferrand, mais également les membres du conseil d'administration des Mutuelles de Bretagne [qu'il dirigeait à l'époque] ainsi que la bénéficiaire de l'opération, à savoir la compagne de Monsieur Ferrand".

Pour l'avocat d'AntiCor, Jérome Karsenti, il ne peut pas ne pas y avoir d'enquête : "La question est de savoir si la convention de bail qui liait les Mutuelles de Bretagne à la compagne de Monsieur Ferrand à travers une SCI a été réalisée ou conclue dans l'intérêt des Mutuelles ou dans l'intérêt de cette proche en violation des droits des adhérents qui versent des cotisations, ce qui serait constitutif d'un enrichissement personnel". Depuis, le jeudi 1er juin, le parquet de Brest a ouvert une enquête préliminaire sur les révélations qui mettent en cause Richard Ferrand , dans une affaire de location immobilière.

 Eva Joly applaudit...

 En attendant l'ancienne Magistrate, Eva Joly se réjouit du projet du nouveau ministre de la Justice au point de souligner que si la reforme aboutit, François Bayrou pourrait être reconnu comme le meilleur garde des Sceaux... «Pour la première fois depuis que je vis en France, on touche au cœur du problème. Le ministre de la Justice a annoncé une réforme constitutionnelle sur l'indépendance des magistrats du parquet, c'est très important … «le fait que ce soit les premiers textes du quinquennat d'Emmanuel Macron, c'est prometteur sur l'envie de moraliser la vie publique». C'est peut-être un peu "juste" comme événement,  mais espérons que pour le bien public et de la politique,  ce sera un pas en avant au crédit de cette méthode "macroniste"!

Selon les sondages, la majorité présidentielle, c'est à dire les soutiens En Marche, seraient majoritaires au soir du second tour des législatives. Probablement la péripétie Ferrand n'aura pas d'influence -majeure- sur les résultats, la façon dont l’exécutif a traité le début de l'affaire ne laisse pas présager cependant une véritable volonté de mettre fin aux mœurs politiques qui «minent et corrompent» la démocratie.Résultat de recherche d'images pour "ethique cartoon"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.