La gangrène

Les jours se succèdent, les révélations aussi ! Est-ce des révélations ou la confirmation d'intuitions, de pressentiments, de constats dont il ne manquait que les «preuves matérielles». Elles ont pour nom Sarkozy, Copé, Buisson, Azibert, Herzog... 

Les jours se succèdent, les révélations aussi ! Est-ce des révélations ou la confirmation d'intuitions, de pressentiments, de constats dont il ne manquait que les «preuves matérielles». Elles ont pour nom Sarkozy, Copé, Buisson, Azibert, Herzog...

 images?q=tbn:ANd9GcRngsRqsH0ALYSPliq6Cy8t1IxgVtFXL01ue3tEghe902QxxFd9

Ces personnages qui nous ont gouverné, qui aspirent à re-gouverner, qui ont le haut du pavé de l'opposition, se révèlent les fossoyeurs de la démocratie, les usurpateurs du pouvoir. Ce ne sont pas seulement les élus, du président au chef de parti, ce sont aussi les membres des corps constitués, garants de l’État de droit comme la Cour de Cassation.

C'est la gangrène des Institutions, de l'idéal des valeurs démocratiques qui fondent et structurent la vie publique. L'autre camp n'est pas plus vertueux. Avant-hier Dumas qui a maquillé les comptes de la campagne de 95, hier Cahuzac qui a menti avec l'assurance de son bon droit, et toujours présent Guérini sévissant à Marseille...

 images?q=tbn:ANd9GcQb_pm_Fg7Lvu5jYHMCEzy03MqvOGZhAOw-fiCUBEaW0CfZNtRR

Pour stopper la gangrène le seul antidote c'est l’engagement politique pour mettre fin -ou y contribuer- aux abus que le pouvoir suscite et qui pour beaucoup le justifient et le légitiment. Et à l'orée du bois, se frottant les mains, prêts à tous les mensonges, le populisme et une extrême-droite qui s'affirme sur le morcellement de nos valeurs.

Accordons au pouvoir actuel ce satisfecit, c'est peut-être un des rares "succès", que la justice poursuive ses investigations!

* *

Oui je sais, un billet pour rien, c'est un coup de colère, aussi inopérant qu'inoffensif... mais ça fait du bien de le laisser sortir !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.