[9 décembre] Corruption: alerte citoyenne!

Tout le monde se dit, et on le dit autour de soi, nous sommes unanimement «contre la corruption». Une fois qu'on a dit ça, on a du mal à trouver la définition, les cas d'espèce sont imprécis, les petits arrangements entre des gens de pouvoir (petits et grands) nous échappent, et finalement ce n'est pas simple de la caractériser. Les recours sans fin que la loi autorise sont souvent utilisés par les mises en cause, embêtés d'être pris la main dans le sac.

Tout le monde se dit, et on le dit autour de soi, nous sommes unanimement «contre la corruption». Une fois qu'on a dit ça, on a du mal à trouver la définition, les cas d'espèce sont imprécis, les petits arrangements entre des gens de pouvoir (petits et grands) nous échappent, et finalement ce n'est pas simple de la caractériser. Les recours sans fin que la loi autorise sont souvent utilisés par les mises en cause, embêtés d'être pris la main dans le sac.

images?q=tbn:ANd9GcQ1m_aGFNN6bwAJDGH_yI_mpJZyYASfwxWejb-b1obXeFjZ3zTecnyEySa_jw

Un élu, dont même ses coreligionnaires accusent, Guérini (Marseille) vient d'être acquitté par la Justice; Claire Thibout, qui avait apporté des éléments importants pour élucider une "corruption politique", en tant qu'ancienne comptable des Bettencourt, vient d'être mise en examen; non-lieu pour Sarkozy dans cette même affaire; Balkany (Levallois-Perret) réélu malgré les poursuites en cours; Flosse (Polynésie française) qui a retardé pendant des années ses procès; Tibéri (Paris) condamné en appel en 2012 pour inscription frauduleuse sur les listes électorales en 1995 et 1997, dix-sept avant, pendant ce temps leur fils se place en numéro deux à la Mairie du 5ème...

La corruption prend des formes multiples et, même si dans le discours officiel on entend l’affirmation d'une volonté politique et un dispositif législatif qui va dans ce sens, la réalité fait que les conflits d'intérêt, les arrangements (bien calés juridiquement) semblent nourrir souvent des passe-droits et des abus de pouvoir.

Et pour chaque fait social, les Nations Unies invente une journée internationale, celle de la lutte contre la corruption se commémore demain le 9 décembre. Profitons donc de ce moment pour rassembler les engagements, hors institutions, et mobilisations contre la corruption.

Pour la communauté internationale, «la corruption est un phénomène social, politique et économique complexe, qui touche tous les pays. Elle sape les institutions démocratiques, ralentit le développement économique et contribue à l'instabilité gouvernementale. La corruption s'attaque aux fondements des institutions démocratiques en faussant les élections, en corrompant l'État de droit et en créant des appareils bureaucratiques dont l'unique fonction réside dans la sollicitation de pots-de-vin».

En France, Anticor mène une action dont l'objectif est de «porter et transmettre la conviction que l’on ne doit pas renoncer à réhabiliter l’honnêteté en politique, même si une poignée d’élus confondent leurs intérêts privés et l’intérêt général. Sauvegarder le pacte républicain signifie pour Anticor exiger cette probité, condition première pour établir le rapport de confiance qui devrait exister entre les citoyens et leurs représentants».

9 décembre : engagez vous contre la corruption et votez en ligne!

On sait bien que c'est l'action politique qui pourra contribuer à la lutte contre la corruption, et ceci au-delà me des affiliations partisanes ou syndicales. Renforcer ce type d'Associations, c'est une alerte citoyenne qui me paraît une forme de faire connaître les malversations et les abus caractérisés qui sont des détournements du système démocratique qui est ainsi fragilisé.

L'Association Anticor vit exclusivement de ses adhérents et donateurs, et lance un Don'action ouvert jusqu'au 31 décembre. On peut faire un don, on peut aussi adhérer. L'adhésion permettant aussi de participer à la vie de l'Association et surtout être présent dans la vie publique. Rien que le fait de l'évoquer serait ainsi une attention citoyenne auprès des élus qui se servent de la démocratie.

http://www.anticor.org/2014/12/07/9-decembre-engagez-vous-contre-la-corruption-et-votez-en-ligne/

*  *  *

Un exemple de l'action d'Anticor est la récente intervention auprès de la Garde de Sceaux.

En effet, la Ministre étais à Nice le 28 Novembre 2014, pour clôturer le congrès National des tribunaux de Commerce 2014. On sait depuis quelques années que des dérèglements ont été constatés dans cette juridiction et notamment dans cette ville. Saisissant ce déplacement de Mme Taubira, La Présidente d'Anticor, Séverine Tessier et Jean-Christophe Picard, délégué de l'Association dans les Alpes Maritimes, ont remis un dossier soulignant les «dysfonctionnements graves et répétés au sein du tribunal de commerce de Nice», dont j'insère trois paragraphes et qui peut être lu dans l'intégralité sur le site d'Anticor:

«[...] En effet, plusieurs affaires sensibles faisant l’objet d’une très forte polémique locale étayée par constats d’huissier et relayée par voie de presse nous ont alerté sur des cas de conflits d’intérêts au sein du tribunal de commerce de Nice.

Il convient de rappeler qu’un ancien magistrat du tribunal de commerce de Nice, un mandataire judiciaire et deux huissiers niçois ont déjà été condamnés à des peines de prison ferme pour corruption passive, trafic d’influence, détournements de fonds et escroquerie pour avoir organisé des liquidations frauduleuses et truqué les pratiques commerciales pour permettre la reprise à vil prix d’entreprises viables à des repreneurs amis ensuite revendues avec un large bénéfice.

Il est manifeste que le système a été réactivé au préjudice de nombreux commerçants, dont au moins cinq se seraient suicidés face à un système d’autant plus inique qu’il est véritablement de type mafieux [...]».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.