Raclée, légitimité et Désir !

Tous ceux qui sont abonnés à TFI comme source d'information, ont beaucoup entendu dire que la raclée prise par le PS était, entre autres, de la responsabilité de son Secrétaire Général, Harlem Désir. Les mêmes ont beaucoup entendu dire en haut lieu et sur tous les tons, nous avons entendu le message. Et toujours sur TF1,  ils ont entendu annoncer la nomination de Harlem Désir comme Secrétaire d’État de la République, c'est à dire, celui qu'on disait responsable de la raclée.

http://www.vazy-jetecrois.com/IMG/jpg/Premiere_place_01_small.jpgTous ceux qui sont abonnés à TFI comme source d'information, ont beaucoup entendu dire que la raclée prise par le PS était, entre autres, de la responsabilité de son Secrétaire Général, Harlem Désir. Les mêmes ont beaucoup entendu dire en haut lieu et sur tous les tons, nous avons entendu le message. Et toujours sur TF1,  ils ont entendu annoncer la nomination de Harlem Désir comme Secrétaire d’État de la République, c'est à dire, celui qu'on disait responsable de la raclée.

C'est légitimement qu'on peut se demander s'il s'agit d'une punition, d'une compensation ou d'un arrangement entre camarades? Pour les abonnés à TF1 comme source d'information ça ne peut que les confirmer dans l'idée que la politique ce n'est pas pour eux et que les gagnants d'hier, perdants d'aujourd'hui ne risquent pas de pointer à Paul-emploi! En revanche il y a une gagnante aujourd'hui.

 Rappelons qu'en 2008 127 villes de plus de neuf mille habitants sont passées de droite à gauche. En 2014 155 ont fait le chemin inverse. Le chef du PS a dit aujourd'hui ce que le chef de l'UMP avait dit à l'époque et vive versa.

Aucun d'eux n'a songé à démissionner. Ce n'est pas dans la pratique ni dans les mœurs politiques que celui qui dirige les « troupes » au moment de la déroute, de mettre sa place à disposition pour renouveler les responsables politiques. Ce n'est pas la façon de faire dans les partis dits de « gouvernement », dans les autres n'ont plus d'ailleurs. C'est comme si on jouait au « qui perd gagne » !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.