Chasse aux perroquets à la BNF

Courrez- vite à la BNF (Bibliothèque National de France) site de François Mitterrand, voir l'excellente exposition sur "La presse à la Une. De la Gazette à Internet" exposition ouverte jusqu'à la veille de la fête nationale! Pour le débat de cet après-midi c'est raté. Les FTP (faites taire les perroquets) ont réussi à faire taire Joffrin (Nouvel Obs) et Szafran (Marianne) venus discuter sur "Presse, politique et indépendance rédactionnelle", autour de Laurentin(France-Culture).

Courrez- vite à la BNF (Bibliothèque National de France) site de François Mitterrand, voir l'excellente exposition sur "La presse à la Une. De la Gazette à Internet" exposition ouverte jusqu'à la veille de la fête nationale! Pour le débat de cet après-midi c'est raté. Les FTP (faites taire les perroquets) ont réussi à faire taire Joffrin (Nouvel Obs) et Szafran (Marianne) venus discuter sur "Presse, politique et indépendance rédactionnelle", autour de Laurentin(France-Culture).

Un groupe de jeunes inspirés des idées de Pierre Carles,  journaliste et réalisateur de documentaires (pourfendeur entre autres de la fausse interview de Fidel Castro par PPDA...) souhaitaient dénoncer les journalistes (directeurs de presse) qui venaient discourir et débattre sur l'indépendance de la presse. L'animateur a lancé le débat en posant la question de la presse indépendante à la fois du poids politique (en citant Dassault) et de l'argent (Hersant).

Le directeur de Marianne, très docte a "taclé" Laurentin lui disant que finalement il y a des capitalistes qui investissent ce dont la presse a grand besoin. Joffrin a parlé de l'indépendance disant que grâce à lui Libé et le Nouvel Obs ont une charte qui protège la liberté de la presse et les journalistes. Très vite cinq ou dix minutes, le commando, pacifique mais pas trop rigolo, a joué à l'AG de 68!

Mais c'est Joffrin que les chasseurs de perroquets veulent épingler. En plus il est arrivé en retard, sans un mot d'explication et, dès qu'il a senti l'ambiance de l'auditoire il s'est levé et parti. Pas très fair-play pour Emmanuel Laurentin ni pour le public, nombreux,  intéressé par ces questions. Il y avaient des lycéens, mais aussi les habitués des conférences de la BNF... des retraités cultivés, enfin pas que!

Les membres  du FTP (étudiants journalistes, militants de l'audio visuel indépendant...) sont arrivés à leurs fins,  faire taire les journalistes qu'ils appellent les perroquets.

Créateurs d'événements ils ont réussi et en plus nous avons été filmés (nous ferons donc parti du prochain documentaire, comme des trophées de chasse...) Mais pour ce qui est des idées, du débat, de la démocratie, c'est raté, ils l'ont confisqué, comme une censure qu'ils disent vouloir dénoncer. Ayant vécu sous un régime totalitaire je m'oppose à toute tentative de discours (ou parti) unique.

Le pouvoir de l'argent est, bien sûr, totalitaire mais on ne le combat pas avec des confetis ou les siflets de carnaval qu'ils exhibaient et ce n'est pas au petit auditorium de la BNF qu'on peut le trouver!

**   pour l'exposition, informations ici : http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.une_presse.html

*** pour les conférences, voir ici: http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.autour_presse.html?seance=1223907497605

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.