Une ZAD à Daumesnil-Vincennes?

Oui, c'est bien d'une «Zone à Défendre» dont il s'agit car la Mairie de Paris a décidé de créer un complément à Paris-plage au lac Daumesnil, annoncée comme une «baignade écologique». C'est à dire, transformer ce lieu préservé, le lac et l'île, connue sous le nom de l'île aux oiseaux, en fausse-plage voulant accueillir 2.200 personnes par jour! Entraînant des nuisances pour l'environnement.

Résultat de recherche d'images pour "cop 21 images 2017 dessins"

Dans sa politique de grands-travaux, la Mairie de Paris semble  vouloir mettre en vitrine la mise en place, dans l'est parisien du prolongement de Paris-plage. Pour ce faire, dans ce poumon de Paris, on ne sait pas qui Madame Le Maire, mais quelqu'un a eu l'idée de transformer une partie du lac en plage. Au bois de Vincennes il y a quatre lacs dont celui de Daumesnil, à la Porte Dorée où se trouve également le Musée de l'Histoire de l'immigration, l'aquarium dans le même bâtiment, le Zoo, tout ceci desservi par le tram, le métro et le bus. C'est donc là, dans «l'île aux oiseaux», lieu privilégié où on trouve des paons (une famille qui s'y est installée depuis quelques années, ils sont aujourd'hui environ une quinzaine dont deux paons blancs) des cormorans. On s'y ballade au milieu des cygnes, des bernaches, des colverts, des oies. C'est aussi un lieu pour les oiseaux migrateurs et un lieu de nidification.

Pour une municipalité qui affiche une détermination pour l'environnement ce "projet" (si on peut appeler ainsi cette action de nuisance environnementale) surprend. En effet, je pense que d'avoir rendu les berges de la Seine aux piétons, aux cyclistes et à tous les "marcheurs", est un signe fort et courageux pour limiter l'encombrement de la ville par les voitures.

De quoi s'agit-il? «D'un complément à l’offre de piscine, plus axée sur les loisirs et la famille», précise l'adjoint au sport et au tourisme. Et sans rire, il affirme qu'il «n’y a pas d’impact sur la faune et la flore. Non seulement parce qu'il ne s’agit pas d’un espace protégé mais également parce que cette zone de baignade est éphémère, elle ne durera que trois mois par an».

C'est en quelque sorte, et qui est à la mode, une espèce de fake news... soit mensonge par méconnaissance,  soit mensonge par omission. Comment peut-on dire que la création de cet artifice nommé plage, n'a pas d'impact sur la faune et la flore? Le côté éphémère des trois mois d'été, entraîne une mise en service d'installation de plus d'un mois, en pleine période de nidification (les usagers du lac connaissaient bien cette exigence où certains enclos sont protégés pour permettre les meilleures conditions possibles au "couvage"). Et autant pour le démontage. C'est à dire plus de cinq mois de turbulences dans le milieu naturel du lac.

Par ailleurs les travaux pour cette "plage", qu'on peut considérer comme aberrante, voire inutile, doivent durer plus d'un an. Rappelons que dans le rapport de la direction régionale et interdépartementale de l’environnement de l’énergie, l’inspectrice des sites se montrait défavorable à ce projet qui «modifie substantiellement l’aspect et l’état du site classé».

Et nos édiles voient toujours large espérant une affluence de 2.200 personnes par jour et 75.000 par an (en espérant que ce sont des parisiens et des électeurs... mais ça c'est du mauvais esprit!). Une nouvelle occasion pour les déchets en plein air!

Et la Mairie nous informe que finalement cela ne coûte que 9,5 millions d’euros, «alors que la construction d’une piscine olympique coûte environ 19,5 millions d’euros»(?!) Mais qu'est-ce que vient faire la comparaison avec une piscine olympique? Sans oublier le coût de fonctionnement annuel, évalué entre un et 1,5 million d'euros. Contribuables à vos poches!

Dire qu'il s'agit d'une ZAD - Zone à Défendre, ce n'est peut-être pas si absurde comme proposition de mobilisation pour préserver dans la capitale un site naturel protégé, alors qu'il n'y en a pas autant aux portes de la capitale, dont la faune et les citoyens puissent en bénéficier.

A l'heure où des centaines de personnes vivent la précarité du froid et de la rue dans Paris, ce 'combat' peut paraître dérisoire. Mais l'attitude envers l'environnement n'est pas si éloigné de l'attitude envers les personnes.

Où qu'on soit je pense qu'on peut s'associer à cette campagne et faire savoir que les «projets inutiles» ne concernent pas seulement les aéroports, peuvent aussi se déguiser en baignade usurpant le nom écologique! https://www.change.org/u/708048110

Résultat de recherche d'images pour "parisplage mairie images"

et en 2019 "prenez la place des oiseaux... au lac Daumesnil"!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.