Macron, «vigile-en-chef»!

“Une société de vigilance voilà ce qu’il nous revient de bâtir'' a dit Emmanuel Macron dans la cour de la Préfecture de Police de Paris. Surfant sur la vague d'émotion où quatre policiers ont été victimes de la “folie-religieuse” d'un de leurs collègues, le président, prenant les habits de vigile-major, a ouvert la voie, vers une “société de vigilance...”

La mort de quatre fonctionnaires de police (cinq avec l'assassin) ne laisse personne indifférent, pour ce que cela révèle comme violence sociale, comme ''extrémisme religieux'' et comme défaillance à l'intérieur de la machine toute puissante.

Que nous y soyons associés et que nous soyons tous concernés, cela va de soi. Ceci ne peut pas, ou mieux ne devrait pas autoriser qu'un président appelle à une société de vigilance, désignant certains citoyens à la suspicion de tous les autres. Il ne s'agit pas d'attention à l'autre, il s'agit de soupçon de l'autre. Et un président ne devrait pas dire ça...

Il ne s'agit pas d'être attentif aux difficultés du voisin, du SDF au coin de la rue, des familles qui dorment dans la rue, des enfants qui mendient dans les couloirs du métro, des laissés pour compte de la société, des chômeurs en fin de droits, des mineurs-isolés migrants à Calais ou à La Chapelle... Non, il s'agit de se méfier de tous ceux qui ne font pas ou qui ne sont pas comme nous, dans la norme que la Macronie semble vouloir instituer.

Résultat de recherche d'images pour "un président ne devrait pas dire ça images"

Il ne fat pas tout mélanger, ce n'est pas ça qu'il a dit, pourrait-on m'opposer...

Mais son ministre de l’Éducation, qui a bien appris la leçon et rapidement, traduit en mots simples sa consigne : “On voit parfois des garçons qui refusent de tenir la main à une fille, si cela débouche sur un problème plus grave, on le signale. Un de mes enfants l'a échappé belle, car en moyenne section de maternelle il ne donnait pas la main à la petite voisine qui était aussi dans sa classe... s'en était trop (au temps de la ''société sans vigilance''...).

Et notre brave ministre poursuit sur les mères voilées qui font (ou essaient) de faire une sortie scolaire “Le voile en soi n'est pas souhaitable dans notre société... la loi n’interdit pas cela, mais on peu inciter localement à ce que ce ne soit pas le cas... le voile en soi n’est pas souhaitable dans notre société”. On en a bien le droit de signaler car elle ''porte en elle la preuve''.

La sécurité est un métier difficile, c'est une prérogative major de l’État, ce n'est pas un sujet à commentaires de blogueurs sans responsabilités, peut-être même des citoyens pas électeurs. Le président et son ministre de l'intérieur savent ce qu'il faut faire, ce qu'il faut dire, là où il faut décider, couper, casser et déployer leur police.

Aux vrais citoyens d'être bon pied bon œil, observateurs, prêts à envoyer un tweet à qui de droit : “mon voisin n'a pas l'air très catholique”.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.