ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

733 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 janv. 2015

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Le petit-fils du chibani!

C'est par un billet de WataYaga que nous avons appris l'organisation d'un raffut pour les Chibanis, ce samedi 17 janvier. Il s'agit du soutien aux travailleurs immigrés et retraités logés au 73 du Faubourg St. Antoine, à Paris 11ème. Ils risquent l'expulsion depuis qu'à la mi-décembre la Préfecture de Police a pris un arrêté d'interdiction immédiate d'habiter, ce qui signifie qu'ils peuvent être expulsés à tout moment. Il y a actuellement 34 locataires, la plupart des retraités, les «chibanis», en arabe du Maghreb, cela veut dire "vieux, vieil homme ou cheveux blancs".

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est par un billet de WataYaga que nous avons appris l'organisation d'un raffut pour les Chibanis, ce samedi 17 janvier. Il s'agit du soutien aux travailleurs immigrés et retraités logés au 73 du Faubourg St. Antoine, à Paris 11ème. Ils risquent l'expulsion depuis qu'à la mi-décembre la Préfecture de Police a pris un arrêté d'interdiction immédiate d'habiter, ce qui signifie qu'ils peuvent être expulsés à tout moment. Il y a actuellement 34 locataires, la plupart des retraités, les «chibanis», en arabe du Maghreb, cela veut dire "vieux, vieil homme ou cheveux blancs".


Le billet de WataYaga donne des éléments sur la situation actuelle [UN RAFFUT POUR LES CHIBANIS SAMEDI 17 JANVIER à 11h] et j'avais pour ma part publié un billet en septembre lors du déclenchement de leur lutte en août/septembre derniers [Les Chibanis du Faubourg St Antoin]

L'argument de l'expulsion préfectorale consiste dans le «risque d'incendie et l'absence de dispositif de sécurité». Ceci n'est pas contesté par les résidents. Mais s'il y a des problèmes de sécurité on pourrait penser que les services de l’État se tourneraient vers le propriétaire des lieux avec l'exigence, sans délai, de la conformité aux normes. On sait que la société immobilière cherche à faire expulser les résidents. On sait aussi que l'élu municipal chargé du logement, Ian Brossat a évoqué la possibilité de transformer cet hôtel insalubre, par son acquisition par la Mairie, dans un ensemble de logements sociaux permettant à ces actuels occupants d'être relogés.

Mais la Préfecture ne le voit pas ainsi et lance son arrêté pour forcer à une expulsion expéditive. Après une semaine d'émotion pour faire face à la barbarie, il est temps de revenir à la «politique sociale» et d'alerter la population et les associations de cette volonté de "nettoyage" des autorités administratives de la capitale.

C'est ainsi que le raffut de ce samedi matin a été une belle occasion pour faire du bruit... mais aussi de la musique dont la «fanfare invisible» était bien présente pour accompagner le rassemblement et animer le petit cortège qui s'est ensuite rendu au 25 rue Morand, toujours dans le 11ème,  où les locataires avaient, en 2005, été confrontés à une situation semblable d'expulsion. L'expérience des uns est toujours matière à réflexion pour la réalité des autres. Dans ce sens l'association Droit au logement et le CLAC 12 (Collectif Logement Associatif et Citoyens du 12e), animent et soutiennent leurs revendications.

«L'embourgeoisement» du Faubourg

Cet hôtel fait «tâche» (et on peut imaginer que certains rénovateurs urbains de la capital le pensent), donc la transformation de ce lieu insalubre, qui abrite pourtant certains locataires depuis presque quarante ans, à jour de loyer, en résidence sociale risque de faire baisser le prix du marché spéculatif du quartier.

Lire à ce propos "Paris, quinze promenades sociologiques" (pg129) [Petite Bibliothèque Payot] par Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, savoureuse déambulation à faire avec ce précieux guide urbain, aussi bien pour les parisiens que pour les visiteurs soucieux de connaître la ville du dedans!

A titre d'exemple, le 75 du Faubourg est situé entre deux magnifiques cours préservées. D'un côté la Cour de l’Étoile d’or, à découvrir la beauté du lieu, avec un cadran solaire du 18e siècle, qui servait à l’époque à donner l’heure. La porte de cette cour est maintenant fermée, un digicode interdisant aux curieux d'y mettre leur nez. De l'autre c'est la Cour des Shadocks , la plus récente des cours. Construite en 1998, son nom honore Jacques Rouxel, créateur des Shadocks. Comme l'écrivent les Pinçon-Charlot, «Sur les pavés, les tables et les bancs de bois sont des promesses de convivialité... devenue un lieu "tendance", a toutefois épargné un atelier de tapisserie qui travaillait autrefois au capitonnage des sièges pour ses voisins ébénistes».

On comprends avec tout ça, que les promoteurs n'aient «rien à cirer» des chibanis ou d'autres possibles usagers d'une résidence sociale, prônant par son existence même un brassage de population qui n'est pas du goût des nouveaux commerces du Faubourg qui relie la Bastille à la Nation. Lors de la marche de dimanche je me suis trouvé coincé au croisement de la rue du Faubourg et de la rue Ledru Rollin, M Valls est passé à pied pas loin, mais il n'a pas vu sur sa droite l'hôtel des chibanis. N'était pas le jour, espérons que le raffut de samedi matin arrive aux oreilles de ses Services!

Une belle rencontre

Au cours de cette joyeuse manifestation, j'ai échangé un moment avec un chibani, pas résident mais, habitant de l'autre côté (c'est à dire dans le douzième proche du marché d'Aligre). Il est passé et s'est arrêté un peu en signe de solidarité et parce qu'il avait déjà entendu parler. D'origine marocaine, il a travaillé chez Renault à partir des années 64, 65, d'abord à l'Usine O, Pt de St Cloud et ensuite dans l'Ile Seguin. Il s'est marié avec une Algérienne, a eu des enfants dont un garçon qui a été difficile à canaliser pendant son adolescence. Lui-même est devenu père et son fils, âgé de dix-neuf ans est aujourd'hui «perdu avec les barbus». Et il me racontait ça pour m'expliquer que les crimes commis la semaine dernière n'étaient pas le fait d'étrangers mais de «nos enfants, que nous n'avons pas su mener au bon chemin», embrigadés par des fondamentalistes qui auraient décimé des familles dans le bled de sa femme en Algérie proche de Daouda Marine.

Et quand il me parlait du chemin de son petit-fils, avec des tremblements dans la voix, il voulait me dire que finalement les difficultés qu'il a eu avec son fils, dans le cadre scolaire, au lieu de l'aider et de l'orienter pour voir comment il pourrait rattraper son retard, il a été expulsé plusieurs fois du collège et ensuite de la formation professionnelle, ces embarras se sont aggravées avec son petit-fils.

Le lieu ne permettait pas d'aller plus loin, mais il semblait bien en peine avec le devenir de son petit-fils qu'il ne sait pas si, à un moment ou un autre il ne deviendra pas aussi incontrôlé que les tueurs de Charlie et de Vincennes. Son petit-fils a été un moment placé dans des foyers éducatifs, a été suivi par des éducateurs avec un Juge, mais «c'est de la mauvaise graine, alors qu'il part de moi».

 Invisibles, pièce de théâtre de Nasser Djemaï  qui rend hommage aux chibanis

Nous étions là pour les chibanis du Faubourg, la fanfare animait la rue et rendait joyeux les participants et parfois les passants ou les automobilistes, et cet homme exprimait spontanément, ce qui m'a surpris, la douleur qu'il ressentait à la fois pour ce qui vient de se passer et la destinée de son petit-fils. Musulman pratiquant, si j'ai bien compris avec modération (le ramadan toujours, «c'est aussi bon pour la santé, la mosquée de temps en temps, la prière souvent»). Je n'ai pas eu l'impression qu'il avait honte, il montrait surtout combien cela l'accablait, les crimes commis venant confirmer «son désarroi» et cette façon passive devant la fatalité de subir, inch'Allah!

Souvent décrits comme «invisibles», ce cheveux-blancs, par cette rencontre me fait penser à toutes ces histoires d'hommes et de femmes dont les conditions de vie, le peu de considération qui leur est portée, font d'eux et de leur descendance des citoyens d'en bas,  dont les générations futures semblent vouloir prendre une revanche par la violence et leur propre destruction.

Pour un «raffut» ce fut un sacré raffut pour moi d'entendre ces paroles, qui questionnent sur le rôle de l'institution sociale, scolaire, de la justice, de la santé dont cette génération de français semble exclue. «Nous sommes des Français de papier», s'exclamait à la radio, dimanche pendant la marche, une maman camerounaise, récemment naturalisée, en disant que la carte d'identité ne changeait rien dans la condition qui leur était faite, pour elle et sa petite fille qu'elle élève seule.

La «guerre» vient peut-être de l'extérieur, en argent, en armes et en ordres. Mais les fantassins sont bien de l'intérieur et c'est nous qui les avons élevés!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI