ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

716 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 févr. 2015

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

En quête de sens ou une histoire de nos vies!

Ce pourrait être un film de nos vies. Pas parce que nous ferions un retour à la terre, ne consommerions que du bio, entamerions le tour du monde avec un sac à dos... Non, film de nos vies car il nous invite par son propos, par ce qu'il nous montre, ce dont il nous parle, les rencontres qu'il nous fait partager, à questionner nos vies, nos choix, nos doutes, nos certitudes. Salutaire En quête de sens, un film-documentaire de deux jeunes auteurs Nathanaël Coste, Marc de La Ménardière.  

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce pourrait être un film de nos vies. Pas parce que nous ferions un retour à la terre, ne consommerions que du bio, entamerions le tour du monde avec un sac à dos... Non, film de nos vies car il nous invite par son propos, par ce qu'il nous montre, ce dont il nous parle, les rencontres qu'il nous fait partager, à questionner nos vies, nos choix, nos doutes, nos certitudes. Salutaire En quête de sens, un film-documentaire de deux jeunes auteurs Nathanaël Coste, Marc de La Ménardière.

Et de là nous sortons ébranlés et joyeux. Ce film ébranle car, par son écriture, les entretiens faits dans une grande diversité de compétences, de sensibilités, d'horizons, la démonstration est faite que nous sommes, à la place que chacun a pris, parfois malgré soi, dans un chemin qui nous conduit vers moins d'humanité et plus de marchandisation des êtres et à un rythme accéléré.

Il n'y a pas de culpabilité, pas de vérités assénées, pas de discours catastrophe. Il y a de l'adulte à l’œuvre. Ils nous prennent pour des adultes et nous font part de leurs découvertes, de leur compréhension des enjeux et du monde et nous rendent notre liberté de choisir. Et là nous sommes joyeux car il y a de la bonne humeur, un montage créatif, des brèves séquences animées qui nous font sourire par des contributions qui complètent ou questionnent ce qui nous est raconté. Une mise au travail qui n'accable pas mais libère la pensée pour mieux comprendre.

La genèse du film est en soi, et déjà, une proposition d'ouverture, de regarder autrement où nous sommes et ce que nous faisons. Nathanaël Coste, Marc de La Ménardière ce sont deux amis d'enfance. L'un est à New York, ayant fait une école de commerce (ça mène toujours loin...) l'autre fait des documentaires sur l'état de nos ressources collectives. Depuis dix ans qu'ils ne s'étaient pas vus. Mine de rien, par des chemins différents, et au bout d'une décade ils poursuivent leur dialogue en pensée, avec les mêmes doutes, les mêmes envies, la même générosité. Et les voilà partis, sac à dos, caméra au poing parcourir le monde, le regarder avec empathie, avec l'envie, avec la curiosité qui permet d'apprendre, de s'instruire et de faire savoir ce qu'on découvre, en somme de le transmettre.

 Et en sortant de leur film, nous ne sommes pas tenus de signer un quelconque engagement pour toujours, mais de nous dire que pour que cela change, rien ne sera fait sans notre prise de conscience de l'inéluctable et du besoin de notre propre contribution pour que cela puisse évoluer autour de nous. Il m'est venu, à un moment donné du film la phrase connue de Gaston Monmousseau (menuisier, militant ouvrier, responsable CGT des grandes heures) «rappelle toi camarade que ce qui est vrai pour toi aujourd’hui, hier ne l'était pas encore». En quête de sens, c'est bien le contenu d'un film qui nous permet de grandir en liberté et sans sectarisme nous interrogeant sur «ce qui était vrai pour nous hier et ce qui ne l'est pas encore aujourd'hui pour nous». Et ce document s'insère dans ce respect de "l'état de la pensée -de la vérité- de l'Autre". 

 le narrateur et Satish Kumar

Film éminemment politique. Au sens premier du mot, en quoi les choix faits correspondent aux besoins des populations, à l'impératif de justice sociale et égalité de traitement de tous les citoyens. On constate, ils constatent, nous constatons que les impératifs des réalités économiques et sociales de la planète, se basent majoritairement sur des logiques de rentabilité et de profit. Et on se rend bien compte que lors d'élections «prometteuses», comme ce fut le cas de mai 2012, les élus ont vite fait de se ranger, en disant le lendemain le contraire de ce qu'ils avaient promis -ou tout au moins laissé entendre- hier. Mais ce documentaire ne nous embrigade pas dans un discours vindicatif ou de critique d'opportunité. Il laisse des petits cailloux sur un parcours de prise de conscience possible, avec autant de mots-clés: «connaissance de soi, sobriété heureuse, altermondialisme, écologie, spiritualité, agriculture urbaine, agro-écologie, démocratie, oligarchie, interdépendance».

En écoutant certaines interventions on pourrait se laisser aller au déprimant «mais alors il n'y a rien à faire...». Ces jeunes réalisateurs -et promoteurs d'un relais à faire passer- nous montrent qu'ils y a des lieux où ont fait, on expérimente, on «utopie», on revendique, on construit. Tout en nous disant que «vivre en harmonie avec soi-même, les autres et l’environnement» ça commence par son choix, sa propre décision.

Nathanael Coste, Marc de La Ménardière. 

Vandana Shiva

 Ce serait un autre billet que de retranscrire ce que des personnages comme Vandana Shiva, Satish Kumar, Trinh Xuan Thuan, Pierre Rabhi, Arnaud Desjardins, Hervé Kempf, José Luis Tenoch Perez, Jules Dewaeres, Cassandra Vieten, Marianne Sébastien et bien d'autres,  expriment dans ce film. La publication de leurs textes ou des résumés, serait peut-être un projet à accompagner la sortie en DVD de ce film qui est pour l’instant diffusé dans les circuits presque confidentiels. Malgré cela, à Paris, au Cinéma l'Entrepôt (Paris 14) depuis quatre semaines que le public accourt à l'unique séance quotidienne, ce qui est bon signe, le bouche à oreille semble porter loin...!

On se souvient de la légende du «colibri» (*). Chacun contribue à sa manière, à son rythme, selon sa capacité. Les auteurs, Nathanaël Coste, Marc de La Ménardière, apportent leur part avec leur équipe. A chacun de nous de prendre celle qui lui convient le mieux et de faire son colibri à soi. La mienne, aujourd'hui, c'est ce billet. Lundi j'en parlerai à mes collègues et demain m'a voisine pense aller le voir. Si ça vous dit, à vous... !

(*) voir dans la partie commentaires

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal — Afrique
Burkina Faso : récit d’un putsch sur fond de rejet de la France
Huit mois après avoir pris le pouvoir par la force, le lieutenant-colonel Damiba a été déchu à son tour. Les « néo-putschistes » et des activistes l’ont présenté comme le suppôt de la France afin de mobiliser la jeunesse. Sans cela, ils ne seraient peut-être jamais arrivés à leurs fins.
par Rémi Carayol
Journal
Comment l’exportation de lait et de viande « bas de gamme » démultiplie la catastrophe écologique
Dans un rapport publié mardi 4 octobre, Greenpeace, Oxfam et Réseau Action Climat analysent les conséquences de l’élevage français destiné au marché international. Un désastre environnemental et une concurrence déloyale pour les pays importateurs.
par Amélie Poinssot
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost