ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

725 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 févr. 2015

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

En quête de sens ou une histoire de nos vies!

Ce pourrait être un film de nos vies. Pas parce que nous ferions un retour à la terre, ne consommerions que du bio, entamerions le tour du monde avec un sac à dos... Non, film de nos vies car il nous invite par son propos, par ce qu'il nous montre, ce dont il nous parle, les rencontres qu'il nous fait partager, à questionner nos vies, nos choix, nos doutes, nos certitudes. Salutaire En quête de sens, un film-documentaire de deux jeunes auteurs Nathanaël Coste, Marc de La Ménardière.  

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce pourrait être un film de nos vies. Pas parce que nous ferions un retour à la terre, ne consommerions que du bio, entamerions le tour du monde avec un sac à dos... Non, film de nos vies car il nous invite par son propos, par ce qu'il nous montre, ce dont il nous parle, les rencontres qu'il nous fait partager, à questionner nos vies, nos choix, nos doutes, nos certitudes. Salutaire En quête de sens, un film-documentaire de deux jeunes auteurs Nathanaël Coste, Marc de La Ménardière.

Et de là nous sortons ébranlés et joyeux. Ce film ébranle car, par son écriture, les entretiens faits dans une grande diversité de compétences, de sensibilités, d'horizons, la démonstration est faite que nous sommes, à la place que chacun a pris, parfois malgré soi, dans un chemin qui nous conduit vers moins d'humanité et plus de marchandisation des êtres et à un rythme accéléré.

Il n'y a pas de culpabilité, pas de vérités assénées, pas de discours catastrophe. Il y a de l'adulte à l’œuvre. Ils nous prennent pour des adultes et nous font part de leurs découvertes, de leur compréhension des enjeux et du monde et nous rendent notre liberté de choisir. Et là nous sommes joyeux car il y a de la bonne humeur, un montage créatif, des brèves séquences animées qui nous font sourire par des contributions qui complètent ou questionnent ce qui nous est raconté. Une mise au travail qui n'accable pas mais libère la pensée pour mieux comprendre.

La genèse du film est en soi, et déjà, une proposition d'ouverture, de regarder autrement où nous sommes et ce que nous faisons. Nathanaël Coste, Marc de La Ménardière ce sont deux amis d'enfance. L'un est à New York, ayant fait une école de commerce (ça mène toujours loin...) l'autre fait des documentaires sur l'état de nos ressources collectives. Depuis dix ans qu'ils ne s'étaient pas vus. Mine de rien, par des chemins différents, et au bout d'une décade ils poursuivent leur dialogue en pensée, avec les mêmes doutes, les mêmes envies, la même générosité. Et les voilà partis, sac à dos, caméra au poing parcourir le monde, le regarder avec empathie, avec l'envie, avec la curiosité qui permet d'apprendre, de s'instruire et de faire savoir ce qu'on découvre, en somme de le transmettre.

 Et en sortant de leur film, nous ne sommes pas tenus de signer un quelconque engagement pour toujours, mais de nous dire que pour que cela change, rien ne sera fait sans notre prise de conscience de l'inéluctable et du besoin de notre propre contribution pour que cela puisse évoluer autour de nous. Il m'est venu, à un moment donné du film la phrase connue de Gaston Monmousseau (menuisier, militant ouvrier, responsable CGT des grandes heures) «rappelle toi camarade que ce qui est vrai pour toi aujourd’hui, hier ne l'était pas encore». En quête de sens, c'est bien le contenu d'un film qui nous permet de grandir en liberté et sans sectarisme nous interrogeant sur «ce qui était vrai pour nous hier et ce qui ne l'est pas encore aujourd'hui pour nous». Et ce document s'insère dans ce respect de "l'état de la pensée -de la vérité- de l'Autre". 

 le narrateur et Satish Kumar

Film éminemment politique. Au sens premier du mot, en quoi les choix faits correspondent aux besoins des populations, à l'impératif de justice sociale et égalité de traitement de tous les citoyens. On constate, ils constatent, nous constatons que les impératifs des réalités économiques et sociales de la planète, se basent majoritairement sur des logiques de rentabilité et de profit. Et on se rend bien compte que lors d'élections «prometteuses», comme ce fut le cas de mai 2012, les élus ont vite fait de se ranger, en disant le lendemain le contraire de ce qu'ils avaient promis -ou tout au moins laissé entendre- hier. Mais ce documentaire ne nous embrigade pas dans un discours vindicatif ou de critique d'opportunité. Il laisse des petits cailloux sur un parcours de prise de conscience possible, avec autant de mots-clés: «connaissance de soi, sobriété heureuse, altermondialisme, écologie, spiritualité, agriculture urbaine, agro-écologie, démocratie, oligarchie, interdépendance».

En écoutant certaines interventions on pourrait se laisser aller au déprimant «mais alors il n'y a rien à faire...». Ces jeunes réalisateurs -et promoteurs d'un relais à faire passer- nous montrent qu'ils y a des lieux où ont fait, on expérimente, on «utopie», on revendique, on construit. Tout en nous disant que «vivre en harmonie avec soi-même, les autres et l’environnement» ça commence par son choix, sa propre décision.

Nathanael Coste, Marc de La Ménardière. 

Vandana Shiva

 Ce serait un autre billet que de retranscrire ce que des personnages comme Vandana Shiva, Satish Kumar, Trinh Xuan Thuan, Pierre Rabhi, Arnaud Desjardins, Hervé Kempf, José Luis Tenoch Perez, Jules Dewaeres, Cassandra Vieten, Marianne Sébastien et bien d'autres,  expriment dans ce film. La publication de leurs textes ou des résumés, serait peut-être un projet à accompagner la sortie en DVD de ce film qui est pour l’instant diffusé dans les circuits presque confidentiels. Malgré cela, à Paris, au Cinéma l'Entrepôt (Paris 14) depuis quatre semaines que le public accourt à l'unique séance quotidienne, ce qui est bon signe, le bouche à oreille semble porter loin...!

On se souvient de la légende du «colibri» (*). Chacun contribue à sa manière, à son rythme, selon sa capacité. Les auteurs, Nathanaël Coste, Marc de La Ménardière, apportent leur part avec leur équipe. A chacun de nous de prendre celle qui lui convient le mieux et de faire son colibri à soi. La mienne, aujourd'hui, c'est ce billet. Lundi j'en parlerai à mes collègues et demain m'a voisine pense aller le voir. Si ça vous dit, à vous... !

(*) voir dans la partie commentaires

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa