ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

716 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 juin 2019

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Mai 68 * “N'effacez pas nos traces” avec Dominique Grange et Tardi

Les moins jeunes s'en souviennent, “À bas l’État policier”, “La Pègre”, “Chacun de vous est concerné”... chansons engagées, politiques de mai 68, qui accompagnaient les manifestations d'étudiants et d'ouvriers. C'était la voix et les paroles de Dominique Grange. Un film documentaire lui est consacré par Pedro Fidalgo: “N'effacez pas nos traces”, la mémoire d'une transmission nécessaire.

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'était, il y a maintenant cinquante et un an que la France a été bouleversée, d'abord le mouvement étudiant et le mouvement social avec grève et occupation d'usines. Et dans toutes les disciplines les idées, les initiatives, les débats, la créativité fourmillaient partout en mai 1968.

Il y avait notamment le CRAC, comité révolutionnaire d'action culturelle, dont nombreux artistes ont apporté leur contribution et inscrit leur engagement. Dominique Grange en faisait partie et reste dans la mémoire militante des chansons engagées qu'on appelait aussi des chansons de protestation.

On se souvient de L’État policier [vous êtes reconnaissables/ vous les flics du monde entier/ le même imperméable/ la même mentalité...] Ou alors la pègre, en réponse aux déclarations officielles et à la chienlit dixit de Gaulle [La pègre on en est/ la chienlit aussi/ des éléments parfait'ment incontrôlés/ des indésirables/ des autres enragés/ et quelques milliers/ d'groupuscules isolés].

Une des chansons que j'appréciais le plus Chacun de vous est concerné”, me paraissait une forme qui dépassait les appartenances pour en appeler chaque citoyen à voir, à réfléchir et à s'engager dans ce que le pays traversait

Même si le mois de mai

Ne vous a guère touché

Même s’il n’y a pas eu

De manif dans votre rue

Même si votre voiture

N’a pas été incendiée

Même si vous vous en foutez

Chacun de vous est concerné

[...]

Même si vous croyez maintenant

Que tout est bien comme avant

Parce que vous avez voté

L’ordre et la sécurité

Même si vous ne voulez pas

Que bientôt on remette ça

Même si vous vous en foutez

Chacun de vous est concerné

*  *

“Engagée à perpétuité”!

L'engagement de Dominique Grange va bien au-delà de la séquence Mai 68, elle a participé à des multiples combats comme le soutien au militant italien Cesare Battisti (arrêté et livré récemment par le nouveau pouvoir d'extrême-droite brésilien au pouvoir “frère” en Italie). Soutien aussi à la cause du peuple Palestinien dont on connaît l’oppression exercée par le gouvernement de l’État d'Israël.

Tout en accompagnant les mouvements sociaux des successifs quinquennats, c'est avec Tardi, qu'ils s'engagent dans un spectacle concert contre la guerre, les destructions et massacres qu'elle provoquent. Il s'agit de “PUTAIN DE GUERRE !” et “LE DERNIER ASSAUT”. Il y a une vingtaine d'années ils ont crée le groupe "AccordzéâmSymphonique" http://accordzeam.org/ " qui est aussi un site de lien et de contact, retraçant la mémoire de ces engagements.

Ne pas effacer les traces de la chanson militante...

Aujourd'hui un film est en cours de réalisation, N'effacez pas nos traces, qui “se veut une œuvre militante autant qu’un documentaire de création”. Jusqu'à maintenant ce film a été auto-produit par Pedro Fidalgo, son réalisateur, ce qui lui a permis “une vraie liberté de ton et de forme”.

Pour la dernière phase de son film-documentaire, Pedro Fidalgo sait que “l’exigence d’une forme et l’engagement pour traiter un sujet politique ne sont pas chose facile quand sa réussite dépend d’une solide post-production. Aussi, pour arriver à une bonne finalisation du projet, le réalisateur a imaginé une autoproduction solidaire et engagée, seule à même de surmonter les différents impératifs financiers”.

C'est donc vers cette nouvelle forme de financement solidaire que Pedro Fidalgo, s'est tourné, nous permettant d'être des 'producteurs occasionnels' en tout cas des contributeurs pour que la mémoire des chansons engagées de Mai 68 continuent à se transmettre.

Il me paraît une bonne opportunité pour donner un coup de pouce à cette contribution à notre histoire commune et de la faire connaître autour de nous: https://www.helloasso.com/associations/a-p-a-c-h-e/collectes/a

Dominique Grange et Pedro Fidalgo, en tournage...

“La chanson est une arme”

Il y a quelques années Dominique Grange avait dit que “les chansons sont des armes dont on peut se servir pour soutenir des luttes, pour en parler, pour exprimer le ressenti, le vécu de ceux qui ne peuvent pas s’exprimer”.

Je l'associe au fait que Pedro Fidalgo, réalisateur de plusieurs documentaires sur des mouvements sociaux en France, a aussi réalisé un film sur un chanteur de la résistance portugaise, José Mário Branco dont une de ses chansons le dit explicitement: A cantiga é uma arma
eu não sabia/ tudo depende da bala/ e da pontaria/ tudo depende da raiva/ e da alegria/ a cantiga é uma arma/ de pontaria.

* * La chanson est une arme/ je ne savais pas/ tout dépend de la balle/ et de la visée/ tout dépend de la rage/ et de la joie/ la chanson est une arme/ de tir. (traduction très libre...)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac