ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

673 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 juin 2020

Kohler et le “propriétaire...” de l’État!

“Propriétaire...”, c'est le premier mot qui m'est venu en lisant la “note personnelle” du président à son collaborateur, Alexis Kohler, pour le dédouaner de toute malversation du fait du conflit qui paraît manifeste, d'intérêts entre ses affaires de famille et les affaires de l’État: Il est le “Propriétaire...”

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce Président venu aux “affaires politiques” à la faveur d'un candidat de droite englué dans des affaires de “soupçons d'emplois fictifs” (avérés aujourd'hui), d'une gauche et écologie morcelés et d'un Front Nationale estampillé Le Pen, semble s'être approprié de la “démocratie”.

J'ai la légitimité du vote, cela me suffit pour appliquer mon programme... coûte que coûte ! Occupez-vous de vos petites affaires, je m'en occupe des grandes... Circulez et revenez dans cinq ans, point”.

Certes, j'exagère mais c'est quand même un peu comme ça: sa légitimité vient du fait qu'il a eu la majorité (c'est toujours 50+1) face à l'autre candidate. Et ses 66% sont en réalité le vote de 43% des électeurs inscrits.

Au second tour Macron a eu 66,1% des voix, avec 25,44% d'inscrits qui ne sont pas allés voter. Par ailleurs, lors de ce second tour, plus de 4 millions d'électeurs (soit 8,6% des électeurs inscrits et 11,5% des votants) ont déposé un bulletin blanc ou nul dans l'urne. Ce qui revient à dire que Macron a été élu par 43,6% des électeurs inscrits, alors que le total de l'abstention et des votes blancs et nuls atteint 36,96%. Sa victoire est claire et nette, n'a rien d'un triomphe mais ça lui suffit pour en faire le Seigneur.

Peu lui importe et depuis le début du quinquennat, par ses paroles, ses raccourcis agressifs et méprisants et par l'action de sa police et de son gouvernement, il ordonne, commente, dicte, passe en force et, en bras de chemise, fait le ''monsieur Loyal'' avec réponse à tout ou plutôt imposant ses réponse à tous.

Cette séquence de la confusion des rôles, de l'impunité dont il se targue par son statut, d'atteinte à la séparation des pouvoirs, de couverture du secrétaire général de l’Élysée, et de ses lettres (une première quand il était ministre de l'économie et une seconde -notre personnelle... cher Alexis-), me donne le sentiment du “Propriétaire...”, ici de l’État, qui fait la pluie et le beau temps, sans scrupules ni états d'âme, sans rendre des comptes et prêt à dégainer son pouvoir-de-président. C'est son bon vouloir qui fait loi.

Entre Benalla et Kohler, des “affaires”' bien distinctes, par la nature et les personnalités, mais qui disent quelque chose de ses cercles les plus rapprochés, de ses choix, de son “despotisme” sous couvert de libérale-démocratie!

Nous sommes confrontés à des Municipales, et les propos, selon Le Monde, de la candidate du Président (Buzyn) sont clairs "Je souhaite mobiliser ceux qui ont voté Emmanuel Macron en 2017 et veulent sa réélection"... "S’ils votent pour moi, ils marquent leur soutien au président de la République et au gouvernement, qui fait un travail absolument remarquable, notamment face à la crise économique". Le choix est clair... voter Buzyn c'est voter Macron... et un tout petit peu Kohler!

merci Allan Barte pour ce dessin...!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss