ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

733 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 mars 2010

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Besson sévit toujours !

Le résultat électoral exprimant un désaveu de la politique gouvernementale dans tous ses aspects c'est bien le dernier des soucis du Président et de ses exécutants zélés. C'est ainsi que Monsieur Besson sévit toujours avec ce qu'on pourrait appeler un acharnement méthodique sur un ressosrtissant Angolais père de quatre enfants, nés en France dont la mère, de nationalité Congolaise est en situation régulière.

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le résultat électoral exprimant un désaveu de la politique gouvernementale dans tous ses aspects c'est bien le dernier des soucis du Président et de ses exécutants zélés. C'est ainsi que Monsieur Besson sévit toujours avec ce qu'on pourrait appeler un acharnement méthodique sur un ressosrtissant Angolais père de quatre enfants, nés en France dont la mère, de nationalité Congolaise est en situation régulière.

Je reproduis ici la dépèche de l'AFP.

"Un sans-papiers Angolais a été interpellé ce matin (25 mars) à Lyon devant ses enfants, en vue de son expulsion. Et ce malgré les protestations de parents d'élèves de leur école, mobilisés depuis des semaines pour demander sa régularisation, a souligné son avocat.

Guilherme Hauka Azanga, qui a fui l'Angola en guerre il y a huit ans où sa femme a été assassinée ainsi que leurs enfants, a été placé en garde à vue dans les locaux de la PAF (police aux frontières), en attente d'être conduit en centre de rétention administrative", a affirmé Me Laurent Sabatier.
Son client avait déjà été arrêté une première fois pour être expulsé mais le juge des libertés et de la détention (JLD) avait ordonné samedi sa libération, lui donnant sept jours pour quitter le territoire. Le préfet a toutefois fait appel de cette décision qui a été annulée par un arrêt rendu mardi, ouvrant la voie à une nouvelle interpellation, a expliqué l'avocat.
Selon Me Sabatier, le cas de Guilherme Hauka est "spécial": cet Angolais de 37 ans, qui a déjà purgé deux mois de prison ferme pour "refus d'embarquer", avait été conduit directement à l'aéroport à sa sortie de prison le 18 mars.
Là, il a préféré s'enduire de matières fécales plutôt que d'embarquer. Les policiers lui ont demandé de se nettoyer, il a refusé, et il a été alors recouvert d'une couverture avant d'être mis dans l'avion", a raconté l'avocat. A l'escale de Francfort, le pilote a alors refusé de partir, ce qui avait conduit au rapatriement de M. Hauka en France, où il réside depuis huit ans, et à son passage devant le JLD samedi.
Une dizaine de policiers ont défoncé la porte de son appartement vers 8h30", a raconté à l'AFP, une mère d'élève de l'école où sont scolarisés deux des quatre enfants de Monsieur Hauka - tous nés en France - et de sa compagne, une Congolaise en situation régulière.

L'aînée, en pleurs, a assisté à la scène avant d'aller à l'école. Plusieurs parents ont expliqué avoir essayé de s'interposer, en vain, et tenté de prendre des photos.
"C'était inhumain", a confié l'une des mères d'élèves. Une manifestation spontanée des parents s'est tenue dans la matinée à l'école, tandis qu'une délégation de parents, soutenue par le Réseau éducation sans frontières (RESF), se rendait à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry.

*

Une campagne a été lancée:

Photographiez-vous, faites vous photographier la main ouverte, un G dessiné sur la paume. http://media.tumblr.com/tumblr_kzv04cUwbP1qztuzt.jpg
5 doigts pour Florence et les 4 enfants, le G pour Guilherme au coeur de cette famille qu’on ne doit pas briser.
Envoyez la photo à regularisationguilherme@yahoo.fr avec vos nom et prénom suivis de cette mention dans le mail : j’autorise la publication de ma photo “Main + G”
*

Le site pour s'en informer et le soutenir http://hauka-hazanga.tumblr.com/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte