Moi Président, un Brottes exemplaire

C'est par un décret, paru  le 18 août au Journal Officiel, prolongeant la mission temporaire de François Brottes, que la manœuvre a été officialisée. Ce décret prolonge la mission temporaire du député PS François Brottes, qui va prendre la tête de RTE (Réseau de Transports d'électricité), entérinant de fait son remplacement à l'Assemblée par son suppléant, sans besoin d'élection partielle.

C'est par un décret, paru  le 18 août au Journal Officiel, prolongeant la mission temporaire de François Brottes, que la manœuvre a été officialisée. Ce décret prolonge la mission temporaire du député PS François Brottes, qui va prendre la tête de RTE (Réseau de Transports d'électricité), entérinant de fait son remplacement à l'Assemblée par son suppléant, sans besoin d'élection partielle.

Comment ça marche? Un député chargé d'une mission par le gouvernement, reste à l'Assemblée et n'est pas remplacé par son suppléant, sauf si la mission est prolongée au-delà de six mois. C'est le cas. Le suppléant Pierre Ribeaud prend donc la place du député lequel est promu par la volonté du Président (pour le remercier de bons et loyaux services,  pourrait-on ajouter). Ainsi, le peuple, les électeurs n'ont rien à dire, ni à faire. C'est qu'ils risquaient de mal voter, c'est à dire, ne pas voter PS. Ainsi, le premier des François (le H) à trouvé la parade et le François B, un de ses obligés, sera remplacé sans préjudice pour la boutique du Parti.

IMAGE_20141014_26097415-644x365.jpg
- Ségolène Royal mardi 14 octobre 2014, entourée de deux des rapporteurs du texte de loi sur la transition énergétique, Denis Baupin (EELV) et Sabine Buis (PS) et du président de la commission spéciale, François Brottes (PS) photo de Frédérique Vergne/Le Moniteur

Et pourquoi faire?C'est que François Brottes, ex-conseiller du candidat pour les questions d'énergie, méritait d’être recasé avant les tempêtes électorales qui s'annoncent et comme il n'a pas démérité,  il sera le futur grand chef du Réseau de Transports d'électricité, le RTE, une filiale d'EDF. Il va ainsi diriger  l'organisme pour lequel il aura fixé les règles ou contribué à les inscrire dans la loi, en tant que président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée.  C'est à peu près ce que le Président précédent avait concocté pour son François à lui (le Pérol. un procès a eu lieu en juin dernier...). C'est en 2009 que Pérol a pris la tête du groupe bancaire français BPCE né de la fusion des réseaux Banque Populaire et Caisse d’Épargne, après avoir été la cheville ouvrière de ce rapprochement à l’Élysée, Ce qui se passait dans l'ère de la Sarkozie ne surprenait personne tellement leur fond de commerce politique était nanti de ces exemples.

Avec la République exemplaire du Moi Président, les méthodes et les artifices sont les mêmes  au point de se confondent.

La nomination par Ségolène, l'ex-du Président, du fidèle François Brottes, comme député en mission, sur  «la sécurité d’approvisionnement en électricité», le 19 février 2015, lui permettait d'assurer jusqu'au 18 août. Après cette date, grâce au décret de prolongation, son suppléant est autorisé  à prendre automatiquement la place de député et le François peut partir tranquille et s'installer à la présidence du directoire de Réseau de Transport d’électricité à compter du 1er septembre. Il n'a pas dû hésiter longtemps sachant que la Française des Jeux-de-la-République lui  assure un «rendement» annuel de 398.000€. Ceci jusqu'en 2021 pour ses 65 ans, date limite pour ce poste.

Avant mai 2012, nous avons assisté à des multiples passe-droits. Notre indignation avait un espoir,  celui de l'alternance politique. Telle était en tout cas ma conviction. Nous constatons aujourd'hui, sur ce terrain,  les mêmes détournements et utilisation de la démocratie et de la République. Il nous reste la mobilisation dans un fort mouvement citoyen d'information contre les usurpateurs de la politique, en quelque sorte une «corruption de la démocratie».

 

* *   à lire l'article de Jade Lindgaard et Mathieu Magnaudeix, qui expose précisément l'enjeu de ce nouveau arrangement avec la République:

http://www.mediapart.fr/journal/economie/240715/francois-brottes-de-lassemblee-edf-sans-transition

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.