ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

715 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 nov. 2014

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Joâo Moniz, peintre portugais à Paris

C'est un peintre Portugais, Joâo Moniz, l'actuel artiste invité de l'espace Lusofolie's (*) à Paris. Après le Brésil, (photos et le caracol) cette galerie présente quelques œuvres d'un artiste de Porto, déjà bien reconnu qui organise son travail entre Lisbonne et Paris. Ses Infinitudes du blanc, des huiles sur toile et collage, nous invitent à déambuler parmi des tonalités qui ressortent du blanc, cher à l'artiste, comme des ondulations musicales, tantôt dans les aigus fins ou des graves massifs et qui nous emballent dans une sorte de balancement.

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est un peintre Portugais, Joâo Moniz, l'actuel artiste invité de l'espace Lusofolie's (*) à Paris. Après le Brésil, (photos et le caracol) cette galerie présente quelques œuvres d'un artiste de Porto, déjà bien reconnu qui organise son travail entre Lisbonne et Paris.

Ses Infinitudes du blanc, des huiles sur toile et collage, nous invitent à déambuler parmi des tonalités qui ressortent du blanc, cher à l'artiste, comme des ondulations musicales, tantôt dans les aigus fins ou des graves massifs et qui nous emballent dans une sorte de balancement.

Le choix de Joâo Moniz est de partir d'un encadrement blanc, travaillé, qu'on perçoit différemment en fonction de l'angle et de la lumière. Au milieu, un rectangle accueille autour d'une ligne médiane, les variations qui, selon le regard que nous lui portons, nous octroie la liberté de nous laisser prendre, d'imaginer voire d'inventer d'autres facettes dans la création qui nous est ainsi ouverte.

Les tableaux qui nous ont davantage pris, parfois dans les tonalités nuancées du vert comme des images aquatiques, ce sont les tons bleus. Quelque chose, soudain s'ouvre comme un coloris "suave" qui laisse appréhender le regard.

Je souligne deux de ses derniers travaux, des bleus, avec une composition qui suggère une forme d'idéogrammes faisant ressortir le bleu "crépi" du fond géométrique. J'ai appris, après l'avoir vu, l'intérêt de Joâo Moniz pour Macao, ancienne "possession" portugaise aux portes de la Chine. Comme si ces formes étaient en quelque sorte une ouverture au-delà des frontières qui nous encerclent et peut-être le désir de nous lancer sur les ponts qui nous transcendent.

Pour complémenter ce bref regard d'un "appréciateur mais non critique d'art", un extrait du texte de présentation de l'exposition par Fernando Antonio Baptista Pereira, Professeur aux Beaux-Arts de Lisbonne : «[...] Nous sommes devant une identité artistique qui se définie intrinsèquement pour être toujours la même et être toujours une autre, différente, c'est à dire, devant les mille faces d'un visage, toujours le même et toujours un autre, tel que les orientales stèles des mil bouddhas, mais aussi devant l'analogue identité fugitive de la Peinture, elle même toujours la même et toujours une autre, hésitant entre l'éternel et l'infini de l'Idée et la variation et le contingent d'Exister».

*  *  *

Par ailleurs l’activité de ce nouvel espace de la lusophonie, se poursuit entre la convivialité des multiples rencontres, les "petiscos" et les couleurs de la langue portugaise à travers la peinture, les livres, la musique...! La semaine dernière, dans son Cercle de Poésie, un poète portugais de Porto, Pedro Eiras a parlé de la poésie d'aujourd'hui au Portugal. C'est également le traducteur, entre autres, de Pascal Quignard.

Et là où il a de la musique portugaise il y a du fado. C'est ainsi que le dernier mercredi de chaque mois en soirée, comme on dit table ouverte on peut dire «fado de porta aberta» où, autour de quelques jeunes professionnels, on entend parfois d'autres voix, non lusitaniennes mais passionnées de fado. Et puisque c'est porte ouverte, on entend la "guitarra portuguesa" et, si le cœur vous en dit on chante le fado. Il y a trois semaines, une "passante venue de Tokyo" est rentrée et l'a chanté en japonais...

La littérature y est aussi présente. Le 3 décembre, l'auteure Lidia Jorge, y viendra partager son regard sur le 25 avril 1974, la révolution des œillets! Un de ses derniers livres traduit en français,  "La nuit des femmes qui chantent" est publié aux éditions Métaillé, 2012.

(*) 57 avenue Daumesnil * 75012 Paris * métro gare de Lyon

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste