En soutien à la Cité de l'immigration!

La Cité nationale de l'histoire de l'immigration n'a pas besoin de ministres pour être reconnue comme un lieu d'exposition du parcours des populations qui ont participé à la construction de ce pays et de débat sur l'histoire des migrations et la vie des étrangers en France.

Pour inaugurer la médiathèque, monsieur Toubon son directeur avait invité quatre ministres, celui du porte-feuille de l'immigration, celui de l'éducation nationale, la secrétaire d'état à l'enseignement supérieur et la ministre de la Culture. Seuls messieurs Besson et Darcos étaient présents, mesdames Pécresse et Albanel, se sont décommandées grâce à un agenda opportunément chargé.L'ancien ministre de l'immigration avait réuni à Vichy en novembre dernier ses collègues ministres européens associant la ville à ses œuvres sans oser cependant inaugurer la Cité nationale de l'histoire de l'immigration à la Porte Dorée à Paris.

Lors de son ouverture en octobre 2007 le gouvernement n'avait pas estimé utile de marquer l'inauguration de la cité qui était une idée lancée il y a quelques années par quelques historiens « avant d'être sérieusement envisagée par Lionel Jospin, alors Premier ministre puis inscrite dans le programme du candidat Chirac en 2002. Celui-ci en avait confié la réalisation à l'un des ses proches, ancien ministre de la Culture, Jacques Toubon. » (cité par LCI)*

Pour cette cérémonie, le lundi 30 mars, des mouvements divers et notamment le collectif des «chômeurs, des intermittents et précaires coordonnés» avaient annoncé leur présence et ont manifesté, à l'intérieur et à l'extérieur, suffisamment fort pour que le ministre renonce à son discours et se réfugie dans une salle privée pour regretter que les manifestants "aient préféré les slogans à la discussion".

C'est une étonnante façon de parler de discussion quand les étrangers sont soumis à l'arbitraire d'une administration chargée de faire «la chasse aux sans papiers. Les objectifs 2010 sont de 28 000 reconduites à la frontière et de 5 500 interpellations d’aidants (source : Projet de Loi de Finances 2009). Chacun est appelé à participer à la traque, banques et autres entreprises, personnels des institutions sociales, tous sont instamment priés de pratiquer la délation. Et pour les contrevenants : délit d’aide au séjour irrégulier.» (cité dans le communiqué des "chômeurs, des intermittents et précaires coordonnés").

Une étudiante en histoire de l'école normale supérieure a d'ailleurs interpelé «son ministre» : "Est-il indispensable de salir l'éducation nationale en l'associant au ministère des expulsions?"**On peut estimer qu'il est essentiel qu'en démocratie la parole soit libre "y compris pour les ministres..." Mais on comprend bien que dans cette «inauguration par la petite porte» la parole ne l'était pas ni par le dispositif policier ni par les mesures que ce ministère et ce ministre prennent. Certes, en cohérence avec la politique de ce gouvernement dont les mesures sont inhumaines, réveillent quelques souvenirs sombres de l'histoire récente de la République et vont contre le sens des mouvements de l'histoire car « l'immigration, même illégale, a des conséquences globalement positives pour le développement du pays receveur » notamment dans l'Union européenne, pouvant notamment «remédier au déclin des populations». (Joseph Grinblat, dans L'atlas des migrations, édition 'le monde-la vie' 2008-2009)

***

Cette cité de l'histoire de l'immigration a le mérite d'exister et de contribuer à la connaissance sur les migrations, le rôle des populations qui ont participé à la construction de la France d'aujourd'hui. L'information, la formation, le savoir, sont les meilleurs antidotes et arguments contre le racisme et la xénophobie. De ce point de vue il est important que nous soyons nombreux à la visiter, à participer aux débats et à soutenir la création d' une association « des Amis de Cité nationale de l'histoire de l'immigration ».

Actuellement et encore pour quelques jours, jusqu'au 19 avril 2009 puis à Berlin du 15 octobre 2009 au 31 janvier 2010. une exposition à voir “Comment les étrangers sont-ils perçus en France, comme en Allemagne, de 1871 jusqu’à l’actualité la plus récente ?” http://www.histoire-immigration.fr/** dans l'Édition : Iles de France

La galerie des dons

*

à lire également : Cité de l'immigration: Non à l'instrumentalisation d'Abdelmalek SayadUne vingtaine de chercheurs ont fait parvenir à Mediapart une tribune expliquant les raisons de leur hostilité à ce que la cérémonie soit conduite notamment par Éric Besson et Xavier Darcos.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.