ASD-Pro
association suicide et dépression professionnels
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juin 2022

Souffrance au travail : « On lâche rien ! » Le film

Harcèlement, maltraitance managériale et organisationnelle, organisations du travail délétères, perte de sens du travail... conduisent des milliers de salariés à souffrir de leur travail, tomber malades, se suicider !

ASD-Pro
association suicide et dépression professionnels
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Commence alors un véritable parcours du combattant pour ces victimes ou leurs familles afin de faire reconnaitre que ces souffrances, ces maladies ou ces suicides sont le résultat de leur « travail » au sein d’une « organisation » ou d’un « management » pathogène ; et donc obtenir que cette reconnaissance soit acquise en « accident du travail » ou « en maladie professionnelle », et le cas échéant faire condamner au pénal ces employeurs responsables.

Ce combat, car c’en est un, va alors durer des mois voire des années ; confrontés au déni organisé, aux mensonges, à la complexité administrative et judiciaire qui constitue souvent une « double peine » au regard de la souffrance que cette complexité fait perdurer, au regard de son coût financier et de sa lenteur, de la volonté des employeurs de « faire durer » les procédures participant au fort sentiment d’injustice, et de la solitude dans laquelle se retrouvent bien souvent les victimes et/ou leur famille.

Au-delà d’un simple soutien, la mobilisation sociale, médiatique, syndicale, associative.. permet alors à ces victimes de dépasser leur isolement en donnant à ce combat la dimension politique que recèlent ces stratégies de déni, de harcèlement et maltraitance institutionnels ayant cours dans nombre d’entreprises et d’administrations publiques ; cette mobilisation solidaire (car « eux, c’est nous »…) ouvre la voie à la reconnaissance recherchée comme en témoigne l’obtention de ces reconnaissances (minimes par rapport au nombre de victimes…) et la victoire obtenue au procès des ex dirigeants de France Télécom, puisque, grâce à ce procès, le risque de harcèlement « institutionnel », « organisationnel », est désormais reconnu ! Ce qui signifie que d’autres procès de ce genre pourraient avoir lieu dès lors que des syndicats ou organisations porteraient plainte pour « harcèlement institutionnel ».

Dans cette logique de Mobilisation Solidaire, notre association a décidé de consacrer la totalité des dommages et intérêts perçus en tant que partie civile dans ce procès France Télécom (2019) à la réalisation d’un film consacré à ce « parcours du combattant » que doivent mener ces victimes et ayants droits face aux stratégies de déni des entreprises et de la fonction publique.

Au travers de trois situations emblématiques de ces stratégies et de ce parcours, ce film montre comment la mobilisation sociale et solidaire permet aux victimes ou leurs familles de dire : « On ne lâche rien » !

Il montre que ce combat devient ainsi « celui de tous », celui d’ASDpro depuis sa création en 2008, mais aussi celui de toute organisation qui, à l’instar du syndicat des sapeurs pompiers du SDIS 49 dans ce film, décide d’y prendre part pour la justice et, in fine, pour la prévention.

Pour que jamais ces drames ne puissent se reproduire.

Ce film est réalisé par Daniel KUPFERSTEIN, réalisateur scénariste : www.daniel-kupferstein.com

le DVD est disponible sur notre site https://asdpro.fr/

BANDE ANNONCE:

souffrance au travail, on lâche rien © Daniel Kupferstein

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat