Toujours pas de protection contre la radioactivité des matériaux de construction !

La règlementation européenne impose depuis 2014 le contrôle des matériaux préoccupants pour la radioprotection mais la France continue de jouer la montre. En atteste le projet d'extension de la carrière de St-Julien-Molin-Molette que le Préfet de la Loire s'efforce de déclarer d'intérêt général en "oubliant" la radioactivité des roches et les risques qu'elle génère !

La société DELMONICO DOREL exploite une carrière de granite à Saint-Julien-Molin-Molette, dans le parc naturel régional du Pilat, aux limites sud-est du département de la Loire. Pour passer outre à l’opposition de la municipalité à un nouveau projet d’extension, le Préfet de la Loire a ouvert une procédure de déclaration d’intérêt général. L’enquête publique se termine le 27 octobre prochain.

Vu la gravité des anomalies découvertes dans le dossier, la CRIIRAD a adressé au Préfet une demande de suspension de l’enquête publique. Cette suspension devra permettre de corriger les carences et erreurs de l’enquête environnementale, faute de quoi toute décision ultérieure serait illégale et attaquable devant la juridiction compétente.

La radioactivité naturelle des roches et granulats doit être caractérisée, les indices réglementaires déterminés, et les doses de rayonnements (internes et externes) évaluées pour les différentes catégories exposées : travailleurs, riverains et grand public.

Lire le communiqué de presse du 19/10/2017

Lire le courrier RAR adressé par la CRIIRAD au Préfet de la Loire du 18/10/2017

Plus d’information sur le site de la CRIIRAD

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.