Explosion du 8 août 2019 en Russie : le mystère s'épaissit !

Du césium 137 dans l’organisme d’un médecin qui a soigné les victimes de l’explosion, de l’iode radioactif détecté dans le nord de la Norvège, des balises de surveillance de la radioactivité de l’air mises hors service... les questions se multiplient mais les réponses restent rares. Une seule chose est sûre : en France, il n'y a aucune raison de s'inquiéter.

Dans son communiqué du 21/08/2019, la CRIIRAD répond tout d'abord aux personnes qui s'inquiètent des retombées radioactives sur la France. Les simulations de dispersion d'éventuels rejets radioactifs montrent qu'il n'y a pas de risque, ni en France, ni plus largement en Europe de l'ouest.

En revanche, en Russie, le mystère s’épaissit : du césium 137 aurait été détecté dans l’organisme d’un des médecins qui ont soigné les victimes de l’explosion, le 8 août 2019, à l'hôpital régional d'Arkhangelsk. Ce radionucléide est un produit de fission mais s'il est le seul radionucléide présent, le plus probable est son utilisation comme source radioactive lors du test. C'est assez inattendu mais, en matière d'applications nucléaires, le secret prévaut.

Des balises russes de surveillance de la radioactivité de l’air qui font partie du réseau de surveillance international du CTBOT (1) ont été hors mises hors service. Les simulations réalisées par la CRIIRAD montrent qu'elles sont situées sur le parcours des éventuels panaches radioactifs et que leur désactivation a précédé l'arrivée. Coïncidence ?

La CRIIRAD analyse également le communiqué de l'autorité de sûreté nucléaire norvégienne (FSA) qui fait état de la détection d'iode radioactif dans l'air filtré par l'une des stations de contrôle norvégienne. Bien que la station soit située dans le nord-est de la Norvège, à proximité de la frontière avec la Russie, il semble peu probable qu'il y ait un lien avec l'explosion. Les données ne sont toutefois pas suffisantes pour pouvoir conclure avec certitude et la CRIIRAD attend des réponses aux demandes qu'elle a adressées à FSA.

Bonne lecture à tous !

Les précédents communiqué sur l'explosion du 8/08/2019 : le communiqué initial du 9/08/2019 ; le communiqué explicatif du 13/08/2019.

 

(1) Comprehensive Nuclear-Test-Ban Treaty Organization (Organisation du traité d'interdiction complète des essais nucléaires)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.