Communiqué conjoint du CNI et du CCRI-CG de l’EZLN

Communiqué conjoint du CNI et du CCRI-CG de l’EZLN au sujet de l’attaque
des forces fédérales contre la communauté indigène de Santa Maria Ostula.

A la communauté indigène nahua de Santa María Ostula, Aquila, Michoacán :
A la Sexta nationale et internationale :
Aux peuples du Mexique et du monde :

21 juillet 2015.

Au vu des violents évènements perpétrés le 19 juillet 2015 dernier par un
important commando d’unités de la Police Fédérale Préventive, du
secrétariat de la Défense Nationale [armée de terre] et du secrétariat de
la Marine [commandos marins] contre la communauté indigène de Santa María
Ostula, faits durant lesquels fut arrêté le commandant de la police
communautaire d’Ostula, Cemeí Verdía Zepeda, et durant lesquels fut
assassiné par les soldats fédéraux UN ENFANT DE DOUZE ANS, EDILBERTO REYES
GARCÍA, PAR UN IMPACT DE BALLE DANS LA FIGURE, et furent blessés Yeimi
Nataly Pineda Reyes, enfant de 6 ans, Edith Balbino Vera, Delfino Antonio
Alejo Ramos, 17 ans, Horacio Valladares Manuel, 32 ans, José Nicodemos
Macías Zambrano, 21 ans, et Melesio Cristino Dirzio, 60 ans, … :

NOUS DÉNONÇONS

Les agissements criminels de ces corporations militaires et policières
ainsi que leur complicité avec le crime organisé, dans le cas présent avec
le cartel des Caballeros Templarios [Chevaliers du Temple], afin
d’intensifier la guerre de conquête menée depuis des années contre la
communauté indigène nahua de Santa María Ostula. Ceci, afin d’en occuper
les territoires et privilégier les intérêts miniers et touristiques des
multinationales, ainsi qu’afin de punir cette communauté pour avoir osé
récupérer les territoires qui lui avaient été spoliés et avoir organisé
son auto-défense, faisant valoir ainsi son droit à la vie face au crime
organisé, qui joue aujourd’hui le rôle de bras paramilitaire de l’Etat
mexicain.

La justification de ces actions criminelles n’est autre que celle de
gagner du terrain dans la guerre de conquête capitaliste contre Ostula, et
contre les peuples originaires et les communautés indigènes ou non de ce
pays.

Nous exigeons par la même :

1. LA LIBERTÉ IMMÉDIATE ET INCONDITIONNELLE DU COMMANDANT CEMEÍ VERDÍA
ZEPEDA, ET LE RETRAIT DES CHARGES EXISTANTES À SON ENCONTRE.

2. LA CONDAMNATION DES OFFICIERS ET DES MEMBRES DES CORPORATIONS
MILITAIRES ET POLICIÈRES QUI ONT ASSASSINÉ L’ENFANT EDILBERTO REYES
GARCÍA, ET QUI ONT BLESSÉ ET FRAPPÉ DIFFÉRENTS COMUNEROS DU VILLAGE
D’OSTULA.

3. Le respect des terres de la communauté de Santa María Ostula, dont
cherchent à s’emparer des entreprises minières étrangères telles que
Ternium, avec le soutien du mauvais gouvernement allié au crime organisé.

4. La présentation en vie des 6 comuneros d’Ostula portés disparus, et la
condamnation des auteurs intellectuels et matériels de l’assassinat de 33
comuneros appartenant tous à la communauté d’Ostula, tués durant la lutte
menée par cette communauté au cours de ces dernières années afin de
protéger ses terres et ses libertés.

5. Le respect et la garantie du fonctionnement de la police communautaire
de la communauté indigène de Santa María Ostula.

Nous lançons enfin un appel à la communauté internationale et aux frères
et sœurs de la Sexta nationale et internationale afin de rester vigilants
quant aux évènements qui pourraient survenir par le futur au sein du
territoire de la communauté indigène de Santa María Ostula, en se joignant
à la solidarité au travers de votre lutte et de vos exigences.

Bien à vous

Juillet 2015

Jamais plus un Mexique sans nous

Congrès National Indigène
Comité Clandestin Révolutionnaire Indigène- Commandement Général de l’EZLN.

Source du communiqué original : http://enlacezapatista.ezln.org.mx/...

Traduction siete nubes

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.