Chiapas : Les projets du gouvernement mexicain menacent les communautés autochtones

Le sous-commandant Galeano condamne les futurs projets touristiques et projets environnementaux du nouveau président mexicain, Andrés Manuel López Obrador.

« Les projets du gouvernement du président élu, Andrés Manuel López Obrador, ne détruiront que les territoires des communautés autochtones », a déclaré le commandant Galeano au nom de l'Armée zapatiste de libération nationale (EZLN).

Le chef des insurgés a vivement critiqué le programme de plantation d'un millier d'hectares d'arbres dans les régions de Selva Lacandona, du Corredor del Istmo, de Tehuantepec ainsi que le “Train-Maya” (projet de train touristique qui traversera les principales régions du patrimoine maya). Il a également précisé que la compagnie qui prendra en charge la reforestation, est dirigé par Alfonso Romo, celui-là même qui sera le prochain chef d'état-major du gouvernement mexicain. Pour ce dernier, ces projets vont amener à la destruction des territoires occupés par les peuples autochtones.

Selon Galeano, la quatrième transformation promise par López Obrador est en fait « la quatrième Transformation du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) », qui était déjà au pouvoir. « Les gouvernements peuvent changer, mais si le système de domination reste le même, rien n'évoluera », assène-t-il.

Le leader zapatiste a fait cette déclaration après avoir tenu une réunion avec les réseaux de soutien au Conseil de gouvernement autochtone (CIG) dans la communauté de Caracol à Morelia, dans l’État du Chiapas. Il a appelé à former un réseau de résistance qui va au-delà des peuples autochtones et du territoire national. Il a estimé également que, dans plusieurs pays d'Amérique centrale, de nombreux citoyens ne se sentent pas représentés par leurs gouvernements. L'EZLN cherchera à s’unir avec toutes celles et ceux qui, comme eux, n'ont pas peur de faire face aux « gouvernements prédateurs ». « Nous serons seuls, à l'extérieur de la quatrième transformation, et nous devrons pagayer contre la marée », a-t-il conclu.

Sources. P.MX

mejico

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.