AYOTZINAPA:L'EZLN annonce la mobilisation de milliers de zapatistes le 26.09 pour la douleur et la rage, la vérité et la justice


POUR LA DOULEUR POUR LA RAGE

POUR LA VERITE, POUR LA JUSTICE

ezln6.jpg

 


Septembre 2015,

 

Compañeras, compañeroas et compañeros de la Sexta du Mexique et du monde: 

Soeurs et frères des peuples de la Terre:

Notre cœur collectif sait, d'avant et de maintenant, que notre douleur n'est pas une lamentation stérile

Il sait que notre rage n'est pas un soulagement inutile, 

Nous savons qui nous sommes, ce que nous sommes, que nos douleurs et rages naissent et s'alimentent de mensonges et d'injustices.

Car celui qui est en haut au détriment de ceux d'en bas, que nous sommes, ment comme moyen de faire de la politique, et décore la mort, la disparition forcée, l'emprisonnement, la persécution et l'assassinat avec le scandale de la corruption.

 

Il est criminel avec le for et sans , celui qui se trouve au dessus, sans importer sa couleur politique. Peu importe s'il a l'intention de se cacher derrière un changement de nom ou de drapeau.

 

Toujours le même visage, la même fierté, la même ambition et la même stupidité.

 

Comme si en disparaissant et assassinant ainsi ils voudraient faire disparaître et assassiner la mémoire.

 

D'en haut et de ceux qui nichent leurs perversions et leur bassesse, nous ne recevront d'eux le mensonge comme salaire et l’injustice comme paie.

 

Ponctuels arrivent l'injustice et le mensonge, tous les jours, à toutes heures, et partout.

 

Il ne se satisfont pas de nous spolier notre travail, vie, terre, nature.

 

Ils nous volent aussi à ceux qui sont avec nous: Fils, filles, sœurs, frères, pères, mères, familles, compas, ami-e-s.

 

Celui qui est en haut, poursuit. Enferme. Séquestre. Fait disparaître. Assassine.

 

Il ne termine pas seulement nos corps et nos vies.

 

Il détruit aussi nos histoires.

 

Sur le manque de mémoire celui d'en haut construit son impunité.

 

L'oubli est du juge qui non seulement l'absout, mais aussi le récompense.

 

C'est pour ça, et plus, nos douleurs et rages cherchent la vérité et la justice.

 

Tôt ou tard, nous apprenons qu'elles ne se trouvent nulle part, qu'il n'y a pas de livre, ni de discours, ni de système juridique, ni d'institution, ni de promesse ni de temps, ni de lieu pour elles.

 

Qu'il faut les construire en apprenant.

 

Comme si le monde n'était pas encore tout à fait fini encore, comme si un trou le blessait son ventre, lui lacérait le cœur de la couleur dont nous sommes de la terre.

 

C'est ainsi que nous apprenons que sans vérité et sans justice, il n'y a ni jour ni nuit parfaite. Le calendrier ne se repose jamais, la géographie ne se fatigue pas.

 

Dans beaucoup de langues, signes nous nommons à ceux qui nous manquent.

 

Et chaque douleur et chaque rage prend un nom, un visage, une histoire, un trou qui fait souffrir et indigne.

 

Le monde et son histoire se remplissent ainsi d’absences,

 

Et ces absences se font murmures, parole forte, cris, miaulement.

 

Nous ne crions pas pour nous plaindre. Nous ne pleurons pas pour de la peine. Nous ne murmurons pas par résignation.

 

C'est pour que ceux qui nous manquent trouve le chemin du retour

 

Pour qu'ils sachent qu'ils sont là bien qu'ils nous manquent

 

Pour qu'ils n'oublient pas que nous n'oublions pas

 

C'est pour ça: par la douleur, par la rage, pour la vérité, pour la justice,

 

Pour Ayotzinapa et tous les Ayotzinapas qui blessent les calendriers et géographies d'en bas.

 

Pour ça la résistance.

 

Pour ça la rébellion.

 

Car arrivera le temps qu'ils paient, ceux qui nous doivent tout.

 

Paiera celui quia poursuivit, paiera celui qui enferma, paiera celui qui frappa et tortura. Paiera aussi celui qui imposa le désespoir de la disparition forcée. Paiera celui qui assassine.

 

Car le système qu'il a créé, alimenté, couvert et protégé le crime qui se déguise en mauvais gouvernement, sera détruit. Pas maquillé, ni réformé, ni modernisé. Démoli, détruit, terminé, enterré il sera.

 

C'est pour ça en ces temps, notre message n'est pas de consolation ni de résignation pour ceux qui souffrent pour une ou plusieurs absences.

 

De rage est notre message, de colère.

 

Car nous connaissons cette même douleur.

 

Car nous avons dans les intestins la même rage.

 

Car, étant différents, ainsi nous nous ressemblons.

 

C'est pour ça notre résistance, pour ça notre rébellion.

 

Pour la douleur et la rage

 

Pour la vérité et la justice.

 

Pour cela:

 

Ne pas vaciller. Ne pas se vendre. Ne pas se rendre.

 

Pour cela:

 

VERITE ET JUSTICE

 

Depuis les montagnes du Sud-est Mexicain

 

Sous Commandant Insurgé Moisés Sous Commandant Insurgé Galeano

 

Dans un coin de la planète qui s'appelle Terre, Septembre 2015

ezlnayotzinapa2.jpg

 

Cette journée du 26 septembre, des milliers de zapatistes, garçons, filles, jeunes, femmes, hommes, autre, anciens et anciennes, vivant-e-s et mort-e-s nous manifesterons dans nos territoires pour embrasser ainsi toutes les personnes qui ont la douleur et la rage à cause de la prison, la disparition et la mort imposées par celui d'en haut.

 

Nous vous embrasserons aussi car nous nous embrasserons aussi nous, les zapatistes.

 

Et ainsi nous appelons à toutes les personnes honnêtes et justes de la planète pour qu'elles fassent de même, dans leurs calendriers, leurs géographies, selon leurs temps et modes.

Car tant qu'ils nous nourriront de leurs mensonges et moqueries les manques de vérité et justice, l'humanité continuera seulement d'être une grotesque grimace sur la face de la terre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.