association GISTI
Abonné·e de Mediapart

131 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 oct. 2021

association GISTI
Abonné·e de Mediapart

La dissolution du CCIF validée par le Conseil d’État : les associations en danger !

Par un arrêt rendu en catimini le 24 septembre 2021, le Conseil d’État a donné sa bénédiction à la dissolution du CCIF, association dont l’objet était de combattre par les voies de droit les discriminations dont sont victimes les personnes musulmanes. Cette décision risque malheureusement de faire jurisprudence...

association GISTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

... plaçant une épée de Damoclès au-dessus des associations qui ont pour objet la défense des droits et libertés  [1].

La dissolution du CCIF (Collectif contre l'islamophobie en France), sous l’accusation de provocation à des actes de terrorisme, avait été annoncée à grand fracas par le ministre de l’Intérieur en réaction à l’assassinat de Samuel Paty. Le Conseil d’État a bien dû constater que l’accusation ne tenait pas la route, rien ne permettant de suspecter l’association de complicité ni même de complaisance à l’égard de cet acte abominable ou d’autres actes terroristes. Le ministre de l’Intérieur lui-même ne devait pas être si sûr de lui puisqu’il avait aussi invoqué, pour justifier la mesure, la disposition qui permet la dissolution des associations « qui provoquent à la discrimination, à la haine ou à la violence » ou qui propagent des idées justifiant ou encourageant cette discrimination, cette haine ou cette violence.

Par un curieux retournement, la dissolution du CCIF est donc approuvée au motif qu’en luttant - légalement - contre les discriminations et la haine antimusulmanes, il s’est rendu lui-même coupable de discrimination et de haine… En effet, pour le Conseil d’État, «  critiquer sans nuance » des politiques publiques ou des lois qu’on considère comme discriminatoires, c’est pousser les victimes de la discrimination alléguée sur la pente de la radicalisation et les inviter à se soustraire aux lois de la République. En d’autres termes, avoir l’impertinence de critiquer l’État en soutenant qu’il viole le droit, c’est déjà presque un attentat. Curieuse conception de l’État de droit… Pour en arriver à cette conclusion, le Conseil d’État a totalement dévoyé un texte conçu à l’origine pour combattre la propagation d’idéologies violentes, racistes et inégalitaires, qu’il transforme ainsi en arme létale utilisable contre toute association de défense des droits et libertés.

La décision est également inquiétante en ce qu’elle revient à admettre qu’une association est responsable, non pas seulement de ses actions propres et de ses prises de positions publiques, mais aussi de celles de ses anciens dirigeants – y compris lorsqu’ils s’expriment à titre personnel, de celles de ses membres, anciens membres et même des personnes qui commentent ses publications électroniques. Les associations sont ainsi sommées, à peine de dissolution sans mise en demeure préalable, d’exercer une vigilance de tous les instants sur les propos ou actes de leurs membres – propos ou actes qu’en l’espèce le ministère public n’avait du reste jamais jugé opportun de poursuivre.

Mais surtout, par un inquiétant renoncement à sa mission de contrôle, le Conseil d’État prend pour argent comptant les accusations du ministre, sans le moindre recul. C’est ainsi que des propos tenus par l’ancien porte-parole du CCIF, en 2014, affirmant que les attentats islamistes – par ailleurs condamnés avec constance par l’association – représentaient une part minoritaire des attentats commis en Europe (ce qui était exact à l’époque), deviennent des propos « tendant à relativiser, voire à légitimer les attentats ».

Il est légitime de critiquer les interventions du CCIF ou même son positionnement général – comme il est du reste arrivé à certaines des organisations signataires du présent texte de le faire. Le débat d’idées est normal et souhaitable dans une société pluraliste. Il est en revanche incompréhensible – et inadmissible – qu’une association dont l’objet est d’agir par les moyens légaux, notamment en saisissant les tribunaux, pour lutter contre ce qu’elle considère, à tort ou à raison, comme des discriminations illégales, soit traitée, pour cette raison, en ennemie de la République et condamnée à la mort civile.

L’arrêt du Conseil d’État affirme qu’en combattant, par la voie légale, ce qu’on tient pour injuste, on se rend complice des infamies commises au prétexte de l’injustice, et qu’en exigeant de l’État qu’il respecte le droit, on se rend coupable de sédition. Cette décision fait fi des valeurs fondamentales de l’État de droit. Conjuguée avec la promulgation de la loi « confortant le respect des principes de la République », elle place l’ensemble du monde associatif sous la coupe du ministre de l’Intérieur et donne au gouvernement le pouvoir de museler la société civile.

Le 8 octobre 2021

  • ADM - Action Droits des Musulmans
  • Attac
  • Comede – Comité pour la santé des exilé·e·s
  • CRLDHT - Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie
  • Fasti - Fédération des Associations de Solidarité avec les Tout·e·s les Immigré·e·s
  • Fédération nationale de la Libre Pensée
  • Femmes Égalité
  • Fondation Copernic
  • FTCR - Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives
  • Gisti - Groupe d’information et de soutien des immigré·e·s
  • LdH – Ligue des droits de l’Homme
  • Memorial 98
  • MRAP – Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples
  • SAF – Syndicat des avocats de France
  • SM - Syndicat de la magistrature
  • Union syndicale Solidaires 
  • UTAC - Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne
  • VoxPublic

*****

  • AFPS - Association France Palestine Solidarité
  • Alliance citoyenne
  • ATMF - Association des Travailleurs Maghrébins de France

[1] De façon étonnante on ne trouve trace de cette décision ni sur le site du Conseil d’État, ni sur Légifrance

**
Rencontrer le Gisti sur son site, Facebook, Twitter

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit