association GISTI
Abonné·e de Mediapart

131 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 mai 2019

association GISTI
Abonné·e de Mediapart

Asile : l’Europe organise sa propre crise de l’accueil des exilés

À leur arrivée en Europe, les exilés ne peuvent pas choisir le pays dans lequel ils ou elles pourront demander l’asile. Entrant principalement par un pays du Sud de l’Union (Italie, Grèce, Espagne, Bulgarie...), c'est à ce pays et à aucun autre qu'ils sont en principe astreints à demander une protection internationale. D'où des errances sans fin, de renvoi en renvoi, de pays en pays.

association GISTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                    Mobilisation européenne
À Paris : manifestation le 25 mai 2019 à 14h du Métro La Chapelle à République

Les exile(e)s ne peuvent pas choisir le pays dans lequel ils souhaiteraient demander l’asile.
Le Règlement dit “Dublin III” prévoit qu’une demande d’asile doit être examinée dans le premier pays européen où les empreintes du demandeur d’asile ont été prises. Les demandeurs d’asile arrivant principalement dans les États a la frontière sud de l’Union Européenne (Italie, Grèce, Espagne, Bulgarie...), leurs empreintes y sont prises de façon plus ou moins forcée : ils sont automatiquement soumis à ce règlement. L’Europe a fait le choix de répondre à la “crise migratoire” en créant une véritable crise de l’accueil.

Le système Dublin nie la solidarité entre les États !
Le règlement Dublin n’est pas une politique d’asile. Il permet aux pays du nord de l’Europe de renvoyer les demandeurs d’asile, essentiellement dans les pays du sud qui doivent assumer la gestion de presque toutes les demandes d’asile.

Le système Dublin nuit gravement au droit d’asile !
Encore aujourd’hui, tous les pays ne se sont pas mis d’accord sur un système d’asile européen. Selon la nationalité et le pays où la demande est déposée, la protection n’est pas la même. C’est un système par ricochet : les États renvoient des demandeurs d’asile vers les pays d’arrivée, se rendant ainsi complices des expulsions pratiquées vers les pays d’origine à haut risque.

Le système Dublin est coûteux, absurde et inefficace !
Des millions d’euros sont dépensés chaque année par les États pour contrôler leurs frontières et se renvoyer les demandeurs d’asile, qui errent d’un pays à l’autre pendant des mois. En France en 2016, il y a eu autant de “dublinés” renvoyés que de “dublinés” réadmis depuis d’autres pays ! Tout cet argent dépensé dans l’application du règlement Dublin pourrait être utilise pour une véritable politique d’accueil.

Le système Dublin nuit gravement a la santé des exilés !
Les “dublinés” font l’objet de mesures punitives pour les forcer à accepter leurs transferts : privés des conditions matérielles d’accueil et de ressources, remis à la rue, ils sont confrontés à de graves problèmes de santé physique et psychique.
Le système Dublin empêche l’intégration des réfugiés !
La procédure Dublin allonge le temps avant de pouvoir demander l’asile et obtenir une protection internationale. Après de longs mois dans l’angoisse d’un renvoi, en errance ou à la rue, comment se reconstruire durablement et engager un projet de vie ?

Pour sortir de cette politique inhumaine, absurde, inefficace et coûteuse, le demandeur d’asile doit avoir le choix du pays où déposer sa demande : en conséquence le règlement Dublin III doit être abrogé.

Téléchargez :

www.stopdublin.eu / stopdublincampaign@tutanota.com
Facebook : StopDublinCampaign-Europe ou StopDublinCampaign-France

Qui sommes-nous ?

STOP DUBLIN Campaign est une initiative européenne de citoyens solidaires engagés quotidiennement auprès des demandeurs d’asile, portée en France par la Coordination Française du Droit d’Asile - CFDA, le Collectif pour une Nation Refuge - CNR, et les États Généraux des Migrations - EGM.

Elle est le fruit d’un constat d’impuissance face aux dérives de la procédure Dublin, et de la généralisation de l’application de cette procédure aux demandeurs d’asile. Ces derniers sont transférés d’un État européen à l’autre en vertu de ce règlement, sans prise en compte de leur choix. Cette procédure, non seulement dysfonctionnelle, expose de plus les demandeurs à un déni du droit d’asile.

Soumis à cette procédure, les demandeurs d’asile "dublinés" font face à une insécurité qui peut avoir des conséquences physiques et psychologiques sévères. Ceux qui soutiennent les personnes dublinées sont témoins de situations de plus en plus fréquentes de détresse extrême et sont démunis face au durcissement législatifs ou institutionnels qui empêchent les dublinés d’accéder à leurs droits.

Les initiateurs de la campagne en France :

  • CNR
  • CFDA
  • EGM
  • RESF
  • Utopia 56
  • United migrants

Premiers signataires de la campagne :

  • Ah Bienvenus Clandestins !
  • Ardhis
  • AEDH - Association Européenne pour la Défense des droits de l’Homme
  • Association Kolone
  • Association Mas (Montagne Accueil Solidarité )
  • Association Polyvalence
  • Association Tous citoyens
  • Association WISE
  • Collectif Accueil en Pays de Lorient CAPDL
  • Collectif accueil migrants Valfleury
  • Collectif des travailleurs-euses de l’asile
  • Collectif Migrants 83
  • Collectif Paris 20ème Solidaire avec tous les migrants
  • Collectif réfugiés du Vaucluse
  • Collectif Saint-Lois d’Aide aux migrants
  • Collectif Solidarité Migrants-Etorkinekin
  • Flandre Terre Solidaire
  • Gisti
  • Hospitalité Chinonaise aux Migrants
  • Itinérance Dieppe
  • Jarez Solidarités
  • JRS France
  • La Gamelle de Jaures
  • L’Auberge des Migrants
  • L’Autre Cantine Nantes
  • Les Amoureux au ban public Montpellier
  • Collectif Migrants Bienvenue 34
  • MRAP
  • P’tits Dej’s Solidaires
  • Collectif Quid’Autre
  • Refugee Youth Service France
  • Refugies Montpellier
  • Réseau Foi & Justice Afrique Europe antenne France
  • RESF
  • RESF44
  • RESF Hautes-Pyrénées
  • RESF 82
  • SALAM Nord/Pas-de-Calais
  • SOlidarité MIgrant-e-s COllectif 06 qui réunit les associations : ATTAC 06 - LDH - PACA - UD CGT 06 – FSU Alpes-Maritimes– Alternatives et autogestion – CLAJ - Citoyens Solidaires 06 – Collectif citoyen Bevera - DTC - Défends ta citoyenneté - Fcpe 06 - Conseil Départemental des Parents d’Elèves - Mouvement de la Paix - MRAP 06 – RESF 06 - Roya citoyenne - Solidaires 06 - Solidaires étudiant-e-s Nice - Syndicat des Avocats de France - Vallées solidaires 06, avec le soutien de : La France Insoumise 06 - Parti de Gauche des Alpes Maritimes - 06
  • Solidarité migrants Wilson
  • Tadamund70
  • Tous Migrants
  • TPC Maison Solidaire
  • United Migrants
  • Utopia 56
  • Une Ecole, un Toit, des Papiers - Pays dacquois
  • Une Terre Pour Tous

**

Rencontrer le Gisti sur son site, Facebook, Twitter

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard