association GISTI
Abonné·e de Mediapart

128 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 juin 2021

Nous, demandeurs d’asile, demandons le respect de nos droits

Le discours de l’État Français dit qu’une demande d’asile est instruite en six à neuf mois et que les demandeurs d’asile sont hébergés pendant cette période dans des lieux dédiés. Et pourtant, pour la plupart d’entre nous, une demande d’asile dure plus de trois ans. À Marseille, sur plus de 7 000 demandeurs d’asile, moins de 1 000 sont hébergés. Et notre situation a encore empiré avec la Covid19.

association GISTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous, demandeurs d’asile, ne sommes pas autorisés à travailler, nous n’avons pas accès aux aides sociales ni aux logements HLM, comme les autres personnes en situation régulière sur le sol français, mais nous avons cependant certains droits.

Les textes gouvernementaux précisent que, dès l’enregistrement de notre demande d’asile, nous pouvons bénéficier d’un hébergement dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile et d’un accompagnement social et administratif. Nous recevons une allocation pour demandeur d’asile (Ada).

Mais la réalité n’a rien à voir avec les discours de l’État Français qui disent qu’une demande d’asile est instruite en six à neuf mois et que les demandeurs d’asile sont hébergés pendant cette période dans des lieux dédiés…

Pour la plupart d’entre nous, une demande d’asile dure plus de 3 ans.

Certains attendent plus de deux ans pour être convoqué à l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides), d’autres n’ont toujours pas la réponse un an après l’entretien.

A Marseille, sur plus de 7 000 demandeurs d’asile, moins de 1 000 sont hébergés.

Nous sommes 6 590 demandeurs d’asile domiciliés (au 31 décembre 2020) à la SPADA de Marseille (Structure de Premier Accueil des Demandeurs d’Asile) par décision de l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) sans qu’aucun hébergement dans une structure dédiée ne nous soit proposé.

La plupart d’entre nous ne trouvent pas d’hébergement et vivent dans la rue, dans des hébergements d’urgence ou squattent des bâtiments trop insalubres pour être habités.

Notre situation a empiré avec le Covid 19 et nous voyons que la crise sanitaire est utilisée pour faire perdurer les mesures prises : dématérialisation des démarches, difficultés pour être reçu…

Nous avons de moins en moins de soutien de l’OFII et de son sous-traitant Forum Réfugiés, les difficultés que nous rencontrons augmentent régulièrement et nous sommes complètement livrés à nous même.

Pour lutter pour le respect de nos droits, nous avons créé un « syndicat » des demandeurs d’asile, l’Association des Usagers de la PADA de Marseille qui regroupe 500 adhérents de 25 nationalités différentes, tous demandeurs d’asile à Marseille.

Nous dénonçons :

  • L’absence d’hébergement pour les demandeurs d’asile
  • Des suppressions régulières de l’ADA (Allocation des demandeurs d'asile) sans justification
  • La suppression de la part hébergement de l’ADA lors des prises en charge par le 115 alors qu’il ne s’agit pas d’une structure dédiée
  • La suppression de la part hébergement de l’ADA dés qu’il y a hébergement provisoire, même en squat
  • Les difficultés rencontrées pour obtenir des aides au trajet pour l’OFPRA
  • Les missions de la SPADA (sous traitée à Forum réfugiés) non assurées
  • Les retards systématiques et pertes dans la distribution de notre courrier
  • L’organisation de la distribution du courrier non adaptée aux contraintes de vie que nous subissons
  • L’absence de traducteurs, notamment pour analyser la vulnérabilité
  • L’aide au récit inexistante
  • L’absence de soutien social (aide à la scolarisation de nos enfants, renouvellement CMU-C, déclaration d’impôts…)
  • Les conditions d’hébergement à Septèmes les Vallons

Nous demandons à la direction territoriale de l’OFII :

  • l’appel systématique à traducteurs
  • la mise en place d’une organisation de distribution du courrier adaptée aux contraintes de vie que subissent les demandeurs d’asile
  • la mise en place d’une organisation permettant l’accès pour tous aux CMU-C après 3 mois
  • la possibilité d’accompagner les demandeurs d’asile dans leurs rendez vous à l’OFII et à la SPADA
  • une meilleure gestion des agents de l’OFII et de son sous traitant Forum Réfugié (manque de personnel, formation insuffisante, turn over trop important à forum refugiés…)
  • une clarification de la notion de vulnérabilité et une meilleure prise en compte de celle-ci

Nous demandons aussi à l’État Français :

  • la mise à l’abri de tous les demandeurs d’asile dans des conditions d’hébergement digne
  • la création de logements dédiés pour les demandeurs d’asile en PACA pour ajuster le parc au nombre de demandeurs d’asile
  • la modification du fonctionnement de la carte ADA permettant des retraits d’argent liquide
  • le rétablissement des CMA (Conditions matérielles d'accueil des demandeurs d'asile) pour tous les dédublinés 18 mois

Nous manifesterons jeudi 10 juin à 14 heure depuis Perrier jusqu’à l’OFII et nous appelons tous les marseillais, les associations humanitaires et les syndicats des personnels qui travaillent à l’OFII et chez ses sous traitants à venir nous soutenir.

L’Association des Usagers de la PADA de Marseille avec le soutien de :

  • AGIR
  • AOUF
  • CCFD-TS Marseille
  • CDP 13
  • CHO 3
  • Cimade Marseille
  • Collectif du 5 Novembre
  • GISTI
  • la Pastorale des Migrants
  • Manba
  • Médecin du Monde PACA
  • Osiris
  • Réseau Hospitalité
  • Réseau Sante Marseille Sud
  • RESF 13
  • RUSF 13
  • Union Solidaires 13
  • Welcome Pays d’Aix

**
Rencontrer le Gisti sur son site, Facebook, Twitter

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm