association GISTI
Abonné·e de Mediapart

128 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 nov. 2018

Juste des enfants, remis à la rue

Depuis 2016, l'association Melting Passes réunit des jeunes isolés étrangers et des bénévoles pour participer à des entrainements et des compétitions de football à Paris À l’origine cette belle aventure, racontée par un documentaire sorti cette semaine, il y a un drame, celui des mineur⋅e⋅s isolé⋅e⋅s qui arrivent à Paris sans pouvoir y trouver protection.

association GISTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Belle hypocrisie que l’invitation de France Terre d’Asile, sur sa page Facebook, à aller voir le documentaire Just Kids, et le message sur ce « magnifique documentaire retraçant une aventure humaine, associative et sportive extraordinaire » re-tweeté par Dominique Versini, actuelle adjointe en charge de la protection de l’enfance de la Mairie de Paris. Car à l’origine de la belle aventure de Melting Passes racontée par le documentaire de Mathias Pardo, sorti cette semaine, il y a un drame, celui des mineur⋅e⋅s isolé⋅e⋅s qui arrivent à Paris sans pouvoir y trouver protection. Steve, Dian Malal, Issouf et les autres sont arrivés en France dans les années 2014-2015 de Guinée, du Mali, du Cameroun ou d’ailleurs. Ils et elles ont peu ou prou suivi le même parcours. Après une période d’errance plus ou moins longue dans les rues de Paris, une bonne âme a fini par les guider vers les services de l’aide sociale à l’enfance (ASE) de la ville ou plus exactement vers l’une des associations mandatées par ce service.

De 2011 à 2015, c’est l’association France terre d’asile (FTDA) qui a été chargée par l’ASE de Paris de recevoir les mineur⋅e⋅s isolé⋅e⋅s en demande de protection et de procéder à leur évaluation via une cellule spécialisée, la Paomie. Depuis janvier 2016, c’est la Croix-Rouge qui effectue cette tâche dans le cadre de son Dispositif d’évaluation des mineurs isolés étrangers (Demie). PAOMIE ou DEMIE, les mineur⋅e⋅s sont soumis à même traitement : un entretien suspicieux, parfois ridiculement court, où tout et son contraire peut servir à disqualifier leur demande de protection.

En 2013, à propos de la PAOMIE de FTDA, l’Adjie (Aide et défense des jeunes isolés étrangers) écrivait : « On voit comment tout peut être, jusqu’à l’absurde, objet de suspicion, dès lors que le postulat de base est que beaucoup des jeunes qui demandent à être pris∙e∙s en charge par l’ASE ne seraient ni mineur∙e∙s ni en danger ; seulement des étrangers et, en plus, vécus comme insupportablement nombreux [1]. »

En 2018, rien n’a véritablement changé. Un rapport de Human Rights Watch indique que « de nombreux enfants demandant une reconnaissance légale de leur âge affirment avoir été refusés à l’entrée du DEMIE par le personnel de sécurité. D’autres subissent un bref entretien d’environ cinq minutes, suivi d’un refus verbal expéditif » ; « Quant aux enfants qui reçoivent des entretiens complets », poursuit l’ONG, « ils peuvent faire face à des évaluations manifestement arbitraires et discrétionnaires, sans fondement évident sur des critères objectifs, et au mépris des normes internationales [2] ».

Alors oui, la Mairie de Paris et France Terre d’Asile peuvent se féliciter aujourd’hui : sans eux et quelques autres, l’équipe des jeunes joueurs de Melting Passes, tous remis à la rue par les services parisiens et ses associations affidées, n’aurait jamais vu le jour !

Le 9 novembre 2018

Le Gisti et Melting Passes

[1] Communiqué de l’Adjie du 25 septembre 2013, « Permanence d’accueil et d’orientation des mineurs isolés étrangers (PAOMIE), une moulinette parisienne pour enfants étrangers ».

Voir aussi celui du 23 janvier 2017, « À Paris, la Croix Rouge et la Mairie laissent des mineurs à la rue en plein hiver »

[2] Rapport de Human Rights Watch, « C’est la loterie. Traitement arbitraire des enfants migrants non accompagnés à Paris », 4 juillet 2018

**

Rencontrer le Gisti sur son site, Facebook, Twitter

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
Le courage des Afghanes face aux talibans : « Manifester est bien plus risqué qu’il y a un an »
Un an après leur retour en Afghanistan, les talibans ont mis au pas et invisibilisé les femmes et, pour elles, manifester est de plus en plus risqué, comme on l’a vu ces derniers jours. Entretien sur ce sujet mais aussi sur la grave crise sociale et économique que traverse le pays, avec Hervé Nicolle, codirecteur du centre sur les migrations Samuel Hall.  
par François Bougon
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann